Saint-Nazaire

Eloge des chimères

Avec Sur le fil, le quintet Doucha livre une création musicale de klezmer fantastik, plus féerique et ardente que jamais.

C'est une fête envoûtante et virevoltante orchestrée par des alchimistes du son. Un voyage par-delà la logique et le réel où clarinette, accordéon, clochettes, scie musicale, saxophones, lame, contrebasse, batterie, voix et machines s’épousent le temps d’une cérémonie hypnotique et crépitante. Ici, la tradition musicale klezmer fusionne en douceur avec le jazz quand le rock et les tendances actuelles s’invitent subitement pour alimenter un immense brasier de songes et de mots. Les textes, tantôt chantés tantôt parlés, font s’envoler les imaginaires vers des contrées qui sondent l’absurde et le mystérieux, bouleversant les sens et se moquant du sens. Alice, le personnage de Lewis Caroll, surgit par enchantement, les chevaux galopent dans les nuages, Monsieur Crabe claque des pinces sur une plage de notes... On pense alors aux univers cinématographiques de Tim Burton, David Lynch, Tony Gatlif ou Kusturika tant l’onirisme et l’étrange jouent l’union sacrée et transportent l’auditeur sur la corde d’un funambule somnambule. En réalité (toute relative !), nous sommes au cœur de Sur le fil, le dernier projet du groupe nanto-nazairien Doucha, présenté en avant-première ce vendredi 10 novembre sur la scène du Vip. L’album, lui, sera disponible au printemps 2018, l’année qui célébrera les 10 ans d’existence de cette formation aussi atypique qu’hybride. L’occasion de revenir sur cette aventure avec Joëlle Nassiet, sa clarinettiste.

Estuaire. 2008/2018 : sur quel fil Doucha a-t-il évolué en une décennie ?

Joëlle Nassiet. Sur un fil qui me semble finalement très logique. Au départ, nous nous inscrivions dans un registre exclusivement imprégné de musiques traditionnelles d’Europe de l’Est. Mais très vite, chacun des musiciens, de part ses goûts et sa formation, a su y instiller sa propre touche. L’affirmation de cette relecture moderne du registre klezmer s’est concrétisée avec notre premier album Baschmak, sorti en 2013.

Estuaire. A cette époque, vous revendiquiez un klezmer “génétiquement modifié”, celui d’aujourd’hui se définit comme “fantastik”. Quelle est la nuance ?

JN. Depuis Baschmak, notre désir d’aller encore plus loin dans l’imaginaire et de réduire les frontières entre les genres s’est imposé naturellement avec non seulement l’arrivée de notre nouveau batteur Florent Chaigne, mais aussi au gré de nombreuses rencontres. Ces dernières années, Doucha s’est beaucoup investi auprès des jeunes à travers des concerts commentés pour les scolaires, des projets artistiques comme le spectacle Chadoucham créé avec les classes Cham et Chad du collège Jean-Moulin, à Saint-Nazaire, ou encore des ateliers d’écriture initiés auprès des élèves du département. Toute cette jeunesse nous a nourris et convaincus de poursuivre sur cette voie qui nous relie à notre âme d’enfant.

Estuaire. Dans cette distanciation toujours plus affirmée avec le monde réel, vous vous rapprochez paradoxalement du public avec des textes écrits en français, contrairement à Baschmak…

JN. C’est vrai que nous avons souhaité donner des clés aux spectateurs pour qu’ils puissent plonger plus facilement dans notre univers. Mais que l’on ne s’y trompe pas ! Notre “plume”, incarnée par le saxophoniste Vincent Rousselot, s’amuse beaucoup avec l’absurde et, comme il le dit lui-même, « chacun prend et comprend ce qu’il veut ». Ce n’est pas un fan d’Henri Michaux pour rien.

Estuaire. L’album Sur le fil innove en accueillant des invités de marque sur certains titres.

JN. Oui, comme K20, le batteur de Ko Ko Mo, Guillaume Hazebrouck, de la compagnie Frasque, et Fabien Ewenczyk, de la Baronne Bleue. Là encore, c’est le fruit de rencontres un peu magiques et d’un besoin d’enrichir notre univers de multiples influences. Estuaire. Vous allez dévoiler votre album sur la scène du Vip, comme cela avait été le cas en 2013. Un symbole ? JN. Un symbole, mais surtout une vraie histoire d’amitié artistique. Le Vip nous accompagne depuis le début et nous nous y produisons pour la cinquième fois je crois. Au-delà de la scène, c’est un espace de création et une équipe qui continuent à nous soutenir de manière professionnelle et bienveillante dans notre évolution. On espère que cela durera encore longtemps.

Propos recueillis par

Nathalie Ricordeau

Concert le vendredi 10 novembre, 21h, au Vip, Saint-Nazaire.
Tarifs : de 6 € à 11 €.
Rnseignements et réservation : 02 51 10 00 00, www.levip-saintnazaire.com

 

Saint-Nazaire

Photographier Calais

Le photographe Thibault Vandermersch, Nazairien depuis peu, expose face à l’estuaire les exilés de Calais.

De l’autre côté de la mer, il y a le possible d’une vie meilleure, d’une vie supportable, peut-être même d’une belle vie. En attendant, il y a le dénuement, la boue, la violence, la peur, et des têtes aussi pleines de souvenirs que d’espoirs. C’est de ce quotidien du goulet d’étranglement des bidonvilles de Calais que le photo-reporter Thibault Vandermersch témoigne depuis dix ans, « un quotidien tourmenté où malgré la misère, le déracinement, et l’attente d’un passage vers l’Angleterre, la vie garde le dessus ». Parce qu’il faut bien se nourrir, dormir, se laver, lutter contre le froid. Et passer ce temps entre parenthèses en jouant au foot ou en frabriquant des cerfs-volants.

Basé à Lille avant de venir s’installer à Saint-Nazaire, Thibault Vandermersch est connu pour son travail sur des sujets de société « au long cours » telles ses séries de photos sur les Roms dans le Nord, mais aussi ses couvertures de la crise économique grecque, la France vue du long de la Nationale 7 ou le camp de Res Jedir, en Tunisie, lors de la fuite de Libye de milliers de travailleurs étrangers durant la guerre civile qui fit suite à la révolution arabe de 2011. « Mais mon sujet de prédilection est Calais et ses réfugiés, que ce soit pour des agences de presse* ou en free-lance. Photographier, c’est pour moi une façon d’être digne de la confiance que m’ont accordée ces femmes et ces hommes afghans, érythréens ou syriens en me laissant être le témoin de cette période si particulière de leur vie. » Jusqu’au démantèlement de la jungle en ce mois d’octobre 2016, « trois jours pour déplacer 7 000 personnes vers les 450 Centre d’Accueil et d’Orientation de France. Pour beaucoup de migrants, un espoir, un soulagement et l’angoisse de demain ».

En attendant de repartir avec son appareil photo sur le littoral de la Manche et de la mer du Nord, et de « reprendre l’histoire car cette migration ne s’est évidemment pas arrêtée, elle s’est disséminée », Thibault Vandermersch expose des clichés de ces femmes et hommes de Calais sur les vitres du café Sous la palmiers la plage : « Elles sont posées sur des supports adhésifs sablés, de manière à permettre un rétroéclairage, visibles donc de l’intérieur le jour grâce à la lumière extérieure, et de l’extérieur le soir avec la lumière artificielle intérieure. » Intérieur, extérieur, d’un côté, de l’autre, du bon, du mauvais...

Mireille Peña

* Photographies publiées dans Libération, The Guardian, Le Figaro, USA Today, ABC news, Nice-Matin...

Las Border : Sous les palmiers la plage (8, bd de Verdun), à Saint-Nazaire, du mercredi 7 au dimanche 18 février.
Vernissage vendredi 9 février à 18h. Entrée libre. Renseignements : 06 75 37 14 49.

 

Saint-Nazaire

Les mots comme caresses

L’Astrolabe 44 reprend Love Letters pour deux nouvelles représentations, une pièce sur l’amour et le temps.

Melissa et Andy se sont connus à la petite école. Là est né un amour qu’ils n’ont jamais pu vivre. Deux chemins aux intersections ratées qu’ils transformeront en une relation épistolaire de plus de cinquante ans, de 1937 à 1980. Cet amour séparé qui s’exprime par le langage littéraire et scénique a fasciné tant de comédiens, d’Anouk Aimée et Philippe Noiret à Mylène Demongeot et Jean Piat, qu’il est devenu un immense succès populaire représenté un peu partout à travers le monde.
« Nous avions joué la pièce en mai dernier, mais dans le cadre plus large d’une journée avec un spectacle clownesque et une lecture de textes accompagnés de musique. Nous avons eu envie d’en faire une représentation complètement dédiée », explique Pierre Reipert, président de l’Astrolabe 44, qui a laissé le soin de la mise en scène à Florian Landat, récente recrue de la compagnie, et qui prend plaisir – une fois n’est pas coutume – à se consacrer totalement à son jeu d’acteur. « Ce genre épistolaire est étonnamment théâtral car il laisse des temps comme des blancs sur des strates de dizaines d’années qui sont des espaces de jeu formidables. »
Florian Landat a fait le choix d’un plateau nu où les mots et les corps des comédiens prennent toute leur puissance. « Sept acteurs sont toujours présents sur scène, trois pour Mélissa, trois pour Andy, plus le père d’Andy. Florian n’a pas distribué les rôles d’une façon linéaire, selon le vieillissement des personnages, il a préféré un découpage émotionnel, selon les connexions intimes et les silences qui parlent. »
Regrets, imaginaire, fantasmes, mélancolie, blessures... qui prennent vie grâce à la singulière rencontre de mots écrits à l’encre de l’absence et du déjà passé, et de l’art vivant du présent qu’est le théâtre.

Mireille Peña.

Love Letters, de A.R. Gurney, par l’Astrolabe 44 : théâtre Jean-Bart (route-du Fort-de-l’Eve).
Samedi 17 février à 20h30 et dimanche 18 février à 15h.
Tarifs : prévente 9 € (www.astrolabe44.fr), sur place 10 € (tarif réduit 6 €).

 

Saint-Nazaire

Un dancefloor propice aux rencontres...

L’été chasse l’hiver avec le Wave O’Sound Festival 2e édition.

Wave O’Sound, c’est une vague de son sur le Vip, mais aussi et surtout une vague d’énergie. « Les étudiants ne restent en général à Saint-Nazaire que le temps de leurs études. L’objectif est d’aller à contre-courant afin qu’ils utilisent les ressources du centre-ville, ne restent pas entre eux, s’investissent dans la vie de la ville, et de mélanger la jeunesse, qu’elle soit locale ou juste de passage », explique un des cinq organisateurs du festival. Cinq, cela fait bien peu, mais ce serait sans compter sur leur capacité de travail et sur les synergies fédératrices qui fondent cet événement. « Nous sommes en deuxième année de technique de communication à l’IUT et sommes bénévoles à l’association étudiante le Bureau de la Musique. L’équipe qui a créé le festival l’année dernière nous a choisis, comme nous avons déjà choisi ceux qui sont en première année et qui nous succéderont, c’est un passage de relais afin que cet événement soit pérenne. »
Une délégation de confiance, donc, et totale, les étudiants gérant tout de A à Z, accompagnés par Muriel Bousseau, directrice de LMP Musique*, en ce qui concerne la programmation, et d’autres associations d’étudiants, dont Polygraph et Polytrip, pour les décors. « Nous voulons en effet que ce soit comme une grande boîte de nuit d’été en plein hiver, avec palmiers et lumière ! »
Tout pour réchauffer les oreilles et les corps.

Mireille Peña

* Dans le cadre d’un partenariat avec La Carene.

___________ Le Programme ___________ . . .
• French Fuse (duo electro qui fait un tabac viral sur Internet).
• Scars (ragga dancehall qui peaufine la langue française).
• Soulsquare (la référence hip-hop rap du moment).
• Et les musiciens étudiants qui joueront sur la mezza pendant les changements de plateau.
______________________________________ . . .

Wave O’Sound : jeudi 15 février, de 21h à 2h, au Vip.
Tarif unique : 10 €. Réservation : 02 51 10 00 00, www.levip-saintnazaire.com

 

Saint-Nazaire

Dédicace au Parvis

Rencontre avec le rugbyman Aristide Barraud autour de son ouvrage Mais ne sombre pas (éd. Seuil), qui retrace sa reconstruction après ses blessures et ses traumatismes lors des attentats du Petit Cambodge en 2015.

Gratuit.
Le Parvis (passage Henri-Soulas), 14h.
Renseignements : 02 40 22 51 23.

Saint-Nazaire

Concert-lecture au Café Scott

Avec Eric Arlix autour de son roman Golden Hello, et les musiciens Serge Teyssot-Gay et Christian Vialard. Rencontre proposée par le Centre de culture populaire et la Maison de la poésie de Nantes.

Gratuit.
Café Scott (53, av. de la République), 19h.
Renseignements : 02 40 53 50 04.

Saint-Nazaire

Concert à la galerie des Franciscains

En première partie, Concerto pour quatre claviers en La Mineur de Vilvaldi arrangé par Bach, par les élèves de percussions, piano et harpe du Conservatoire, suivi du Concerto n°1 en ré mineur BWV 1052 pour clavier et ensemble à cordes et du Concerto Brandebourgeois n°3 en sol majeur BWV 1048, de Bach, interprétés par le chœur de chambre et la classe de cordes du Conservatoire ainsi que l’ensemble Barok en Stock.

Tarifs : 5 € et 3 €, gratuit pour les élèves du Conservatoire.
Galerie des Franciscains (rue du Croisic), 20h.
Renseignements : 02 44 73 43 40.

Saint-Nazaire

Théâtre

La résistible ascension d’Arturo Ui, de Bertold Brecht, dans une mise en scène de Pierre Sarzacq.

Tarifs : de 14 € à 25 €.
Le Théâtre, 20h30.
Renseignements et réservation : 02 40 22 91 36, www.letheatre-saintnazaire.fr

Saint-Nazaire

Conférence au Parvis

“Du concordat à la séparation : les cultes dans la société française contemporaine”, par Pierre Legal, professeur des universités.

Gratuit.
Le Parvis (passage Henri-Soulas), 20h30.
Renseignements : 02 40 22 51 23.

Saint-Nazaire

Photographie au pré vert

Photographies d’Isabelle Giraudeau inspirées de L’étrange histoire de Peter Schlemihl, conte philosophique d’Albert Chamisso.

Entrée libre.
Au pré vert (30, rue du Maine). Du jeudi 1er au mercredi 21 février.
Renseignements : 02 40 42 16 76.

Une “lecture ombrageuse” du texte sera donnée vendredi 2 février à 18h.

Saint-Nazaire

La résistible ascension d’Arturo Ui

Un texte de Brecht revisité pour en révéler la force, une parabole intemporelle sur la fascination du pouvoir.

Lorsque Bertolt Brecht écrit cette pièce, on est en 1941 et le monde est en plein conflit mondial. Le dramaturge nous transporte dans le Chicago des années 20 pendant la prohibition et décrit pas à pas l’ascension d’un petit malfrat du nom d’Arturo Ui. Un petit magouilleur qui fricote avec la pègre, travaille ses techniques d’orateur pour emporter les foules dans ses grands shows et met la presse à sa botte. Véritable fable politique, La résistible ascension d’Arturo Ui tente une plongée aux racines du mal en disséquant tous ses mécanismes : comment Hitler, homme plutôt médiocre, a-t-il pu tisser sa toile pour accéder au pouvoir et devenir le “Führer”, le grand chef d’une dictature ?
Le metteur en scène Pierre Sarzacq s’est emparé de cette fresque épique pour en révéler toute la modernité et la faire résonner avec l’actualité. Quels sont aujourd’hui les lieux du pouvoir politique et économique ? Qui sont les gangsters de notre 21e siècle ? Dans une société aux mécanismes anesthésiants, comment se réveiller et se rebeller ? “Le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde.”

RENCONTRE…
Estuaire. Pourquoi adapter cette pièce en 2018 ?
Pierre Sarzacq. Quand on lit ce texte, les correspondances avec aujourd’hui sont évidentes. De quoi nous parle-t-il ? Du pouvoir, évidemment. Comment on y accède, comment on s’en empare ? Il est question de corruption, de justice, de démocratie en danger. A l’heure où la puissance d’une compagnie financière peut dépasser celle d’un Etat, quelle est la place du citoyen, peut-il se dresser contre ce pouvoir ? C’est une interrogation universelle, comme une invitation à la vigilance…

Estuaire. Vous avez créé un nouveau personnage, quel rôle tient-il ?
PS. Oui, c’est un slameur-poète, le fil rouge qui traverse le spectacle, on l’appelle “le jeune homme qui regarde”. Mais il est là aussi pour interpeller à la manière d’un lanceur d’alerte, en lien avec les jeunes d’aujourd’hui, et résolument contemporain. Avec une vitalité salutaire, il engage sa personne pour témoigner des événements de l’Histoire, il apporte une musicalité urbaine et un nouvel éclairage à la pièce.
 

Gagnez des invitations avec Estuaire pour le mercredi 21 février en téléphonant au 02 40 66 97 39 mercredi 14 février à 14h.

La résistible ascension d’Arturo Ui, par la Cie NBA Spectacles.
Le Théâtre, Saint-Nazaire. Mardi 20 février à 20h30 et mercredi 21 février à 19h30. Tarifs : de 14 € à 25 €.
Réservations : 02 40 22 91 36, www.letheatre.saintnazaire.fr

Saint-Nazaire

Cuisine de quartier

Invités en 2016 par le JOK’cœur et les bibliothécaires du bibliobus de la ville de Saint-Nazaire à créer des recettes de cuisine sur les thèmes du “quartier idéal” et du “bien vivre ensemble”, des habitants de Méan-Penhoët avaient assemblé des mots (ingrédients, adverbes et verbes…) pour créer des recettes. Cette exposition de photographies présente ces recettes ainsi que leurs auteurs.

Entrée libre.
Mairie Annexe de Méan-Penhoët (106, rue de Trignac). Jusqu’au vendredi 23 février.
Renseignements : 02 40 22 51 41

Saint-Nazaire

L’Immaculée au fil du temps

“1943, la vie au quotidien” avec photographies et archives.

Entrée libre.
Maison de quartier de l’Immaculée (Point-du-Jour). Jusqu’au jeudi 1er mars, aux heures d’ouverture.
Renseignements : 02 51 10 11 20.

Saint-Nazaire

Peinture à la maison de quartier d’Avalix

Portraits de Yannick Salaün, peintre de la couleur.

Entrée libre.
Maison de quartier d’Avalix (rue Calmette). Du lundi 5 février au vendredi 2 mars.
Renseignements : 02 40 70 95 92.

Saint-Nazaire

Patrimoine et mémoire catholique Saint-Nazaire et sa région

Pour cette exposition inédite, images d’archives et objets de culte sortent de l’ombre pour faire revivre le patrimoine catholique dans le bassin nazairien.

Entrée libre.
Le Parvis (passage Soulas), du jeudi 1er février au samedi 3 mars. Visite guidée tous les mardis à 14h.
Renseignements : 02 40 22 51 23.

Saint-Nazaire

Exposition à la médiathèque Etienne-Caux

"Mémoires minérales" Sous forme de séries de peintures et de dessins, de lithographies et d’installations, Sophie Keraudren convoque les forces naturelles de la matière, entre l’infiniment grand et l’infiniment petit, à la frontière entre le visible et l’invisible. 

Entrée libre.
Médiathèque Etienne-Caux. Du jeudi 4 janvier au samedi 3 mars 2018.
Renseignements : 02 44 73 45 60, http://mediatheque.mairie-saintnazaire.fr

Saint-Nazaire

Les enfants d’abord

Artistes et chercheurs questionnent les modèles d’éducation et de transmission à travers documents et vidéos.

Entrée libre.
Le LiFE. Jusqu’au dimanche 1er avril, de 14h à 19h, le mercredi de 11h à 19h, fermé le lundi.
Renseignements : https://lelifesaintnazaire.wordpress.com

Saint-Nazaire

Le phare

Photographies autour d’un projet avec l’hôpital psychiatrique de Madhia, en Tunisie.

Entrée libre.
Maison de quartier de la Chesnaie (1, rue des Ajoncs). Jusqu’au vendredi 9 mars.
Renseignements : 02 28 55 99 90.

Saint-Nazaire

Ciné-concert au Vip

Fargo, film culte des frères Coen, accompagné par le groupe rennais Fragments, bien loin de l’instrumentation classique de sa bande originale.

Gratuit.
Le Vip, 19h.
Renseignements : 02 51 10 00 00, www.levip-saintnazaire.com

Saint-Nazaire

Rencontre au bar Sous les palmiers la plage

Rencontre avec Claire Auzias autour de son livre Trimards, “Pègre” et mauvais garçons de Mai 68 (éd. Atelier de création libertaire, Lyon) : Mai 68, c’était les étudiants, puis les ouvriers. Mais aussi les “trimards” à Lyon, les “katangais” à Paris, les “zonards” à Nantes, les “loulous” à Grenoble... Une autre façon de lire l’histoire à travers ceux qu’elle oublie.

Gratuit.
Bar Sous les palmiers la plage (9, bd de Verdun), 19h30.
Renseignements : 02 40 22 13 97.

Saint-Nazaire

Théâtre-débat à Agora 1901

Chroniques d’une ex-banquière, conférence gesticulée d’Aline Farès, ancienne du groupe Dexia au Luxembourg : pour comprendre les banques et leur fonctionnement, les marchés financiers et leur logique, les réponses réglementaires et leurs limites. Soirée organisée par Attac.

Participation libre.
Agora 1901 (2 bis, av. Albert-de-Mun), 20h.
Renseignements : 06 71 62 53 49.

La Chapelle-des-Marais

Contes à la médiathèque Gaston-Leroux

“Après-midi contée” pour les plus de 6 ans.

Gratuit.
Médiathèque Gaston-Leroux, 15h30.
Renseignements : 02 40 42 42 00.

Pornichet

Contes à la médiathèque Jacques-Lambert

West Cat Story, une histoire racontée en chanson par Monsieur Mouch. Pour les plus de 5 ans.

Gratuit, sur inscription.
Médiathèque Jacques-Lambert, 16h.
Inscription : 02 51 73 22 22, http://mediatheque.ville-pornichet.com

Saint-Nazaire

Mon métier rêvé

A travers leurs dessins, les enfants laissent parler leur imagination et expriment leur vision du monde du travail.

Entrée libre.
Maison de quartier de la Chesnaie (1, rue des Ajoncs). Jusqu’au vendredi 16 février.
Renseignements : 02 28 55 99 90.

Saint-Nazaire

Le phare

Photographies autour d’un projet avec l’hôpital psychiatrique de Madhia, en Tunisie.

Entrée libre.
Maison de quartier de la Chesnaie (1, rue des Ajoncs). Jusqu’au vendredi 9 mars.
Renseignements : 02 28 55 99 90.

Saint-Nazaire

Un dancefloor propice aux rencontres...

Lire la suite

Saint-Nazaire

Conférence à l'hôtel Aquilon

“Quelle énergie pour nos petits-enfants”, par Georges Nard, proposée par Agora de l’Estuaire.

Tarif : 5 € (gratuit pour les adhérents).
Hôtel Aquilon (Océanis), 18h30.
Renseignements : 02 40 61 80 03.

Saint-Nazaire

Théâtre

Monsieur de Pourceaugnac, une comédie-ballet de Molière et Lully, dans une mise en scène de Clément Hervieu-Léger : un spectacle entier plein de fougue et de petites folies.

Tarifs : de 14 € à 25 €.
Le Théâtre, 19h30.
Renseignements et réservation : 02 40 22 91 36, www.letheatre-saintnazaire.fr

Saint-Nazaire

Conférence au Parvis

“Le calvaire de Pontchâteau de 1710 à 2010”, par André Martin.

Gratuit.
Le Parvis (passage Henri-Soulas), 20h30.
Renseignements : 02 40  22 51 23.

Saint-Nazaire

Conférence musicale à la médiathèque Etienne-Caux

“Au cœur de ma chanson française”, conférence de Cécile Prévost-Thomas, chercheur et maître de conférences à l’Université Sorbonne Nouvelle, autour de Romain Didier et Allain Leprest. Certaines de leurs chansons seront interprétées par un professeur du Conservatoire.

Gratuit.
Médiathèque Etienne-Caux, 18h.
Inscription conseillée : 02 44 73 45 60.

Saint-Nazaire

Boxe à la Soucoupe

Gala de boxe du Boxing nazairien avec le combat pour le titre de champion de France de David Papot et Romain Garofalo, et  pour le titre de champion de l’Union européenne de Joroy Weiss et Aitor Nieto.

Tarif : 15 €.
La Soucoupe, 19h.
Réservation : www.placeminute.com

Saint-Nazaire

Concert au Trou du fût

Harlem Jazz Cats, jazz de la Nouvelle-Orléans.

Gratuit.
Le Trou du fût (19, rue du 28-février-1943), 20h30.
Renseignements : 02 40 22 21 88.

Saint-Nazaire

Concert au café-concert le Centre

The Swinging Dice, une musique originale à danser, forcément.

Gratuit.
Café-concert le Centre (Saint-Marc-sur-Mer), 22h.
Renseignements : 02 40 91 90 22, http:/cafeconcert-lecentre.fr

Donges

Théâtre à l'espace Renaissance

Sitcom, comédie d’Isabelle Oheix, par le Groupe artistique du Pouliguen : la série télévisée Amours et trahisons est en perte d’audience, il faut la sauver à tout prix…

Tarifs : de 4 € à 8 €.
Espace Renaissance (4 ter, rue Boulay-Paty), 20h30.
Réservation : 02 40 91 00 06, saisonculturelle@ville-donges.fr

Pornichet

Chanson à Quai des Arts

Deux auteurs-compositeurs-interprètes avec la délicate Manon Tanguy, suivie du charismatique Barcella.

Tarifs : de 11 € à 19 €.
Quai des Arts, 20h30.
Réservation : 02 28 55 99 43, http://quaidesarts-pornichet.fr

Trignac

Littérature à la salle Lucie-September

Rencontre avec Jean-Pierre Suaudeau autour de son ouvrage Les Forges, un roman (éd. Joca Seria, lire notre
chronique dans le n°1456 d’Estuaire
), proposée par Auteur, lecteurs dans la ville.

Gratuit.
Salle Lucie-September (15 bis, rue Baptiste-Marcet), 20h30.
Renseignements : 02 40 22 69 60.

Saint-Nazaire

Les mots comme caresses

Lire la suite

Saint-Nazaire

Forum au Garage

“Journée de la tendresse” « pour mieux vivre dans une société dominée par l’argent et la compétition » avec le Réseau Arc-en-ciel Théâtre, la Cie T-Rex et la Fabrique des Gestes.

- De 10h à 12h30 : La table ambulante par la Cie T-Rex, déambulations sonores et atelier de fabrication Bois.
- De 14h à 16h : Conférence populaire (dispositif de recherche collective) par la Fabrique des Gestes.
- De 16h15 à 18h : théâtre Forum par la Fabrique des Gestes, et atelier fabrication Bois.

Gratuit.
Le Garage (40, rue des Halles), de 10h à 18h, repas partagé entre 12h30 et 13h45.
Renseignements : fabriquedesgeste@gmail.com, contact@compagnietrex.fr

Saint-Nazaire

Conte à la médiathèque Etienne-Caux

Heure du conte pour les 0-4 ans.

Gratuit.
Médiathèque Etienne-Caux, 10h30.
Renseignements : 02 44 73 45 60.

Saint-Nazaire

Conférence à la médiathèque Etienne-Caux

“Une start-up nazairienne à la pointe de l’innovation”, par Jean-Luc Longeroche, directeur de la société GEPS Techno, qui s’est vu décerner le prix EDF Pulse dans la catégorie Smart Business pour avoir conçu une station flottante qui produit de l’électricité en combinant l’énergie de la houle et du soleil.

Gratuit.
Médiathèque Etienne-Caux, 10h30.
Inscription conseillée : 02 44 73 45 60.

Saint-Nazaire

Conférence à l'hôtel Aquilon

“Le mystère Tintin”, par Renaud Nattiez, inspecteur général au ministère de l’Education nationale et auteur de deux ouvrages consacrés à Tintin,  invité par l’association Les 7 Soleils.

Tarif : 5 €.
Hôtel Aquilon (Océanis), 16h.
Renseignements : 06 77 76 16 94.

Saint-Nazaire

Théâtre à la médiathèque Etienne-Caux

L’adolescent, vie et mœurs... en médiathèque, conférence burlesque de la Cie Téatralala. Deux “experts” se penchent sur les mœurs des adolescents et dressent un portrait plutôt humoristique de ces étranges animaux.

Gratuit.
Médiathèque Etienne-Caux, 16h.
Inscription conseillée : 02 44 73 45 60.

Saint-Nazaire

Contes à la maison de quartier de Kerlédé

“Le temps des contes” avec les Kerlédits, suivi d’un débat sur l’archéologie locale avec le Groupe archéologique de Saint-Nazaire, qui exposera ses travaux.

Gratuit.
Maison de quartier de Kerlédé (70, rue Ferdinand-Buisson), 17h30.
Renseignements : 02 40 53 50 00.

Saint-Nazaire

Concert au Trou du fût

Searching for Elves, groupe jazz & blues.

Gratuit.
Le Trou du fût (19, rue du 28-février-1943), 20h30.
Renseignements : 02 40 22 21 88.

Saint-Nazaire

Concert au Vip

Lo’Jo, sculpteur de douceur + Faustine Seilman, chanteuse intimiste folk et indie-rock.

Tarifs : de 13 € à 18 €.
Le Vip, 21h.
Réservation : 02 51 10 00 00, www.levip-saintnazaire.com

Saint-Nazaire

Concert au Café Scott

Lazy Bones blues band.

Gratuit.
Café Scott (53, av. de la République), 21h.
Renseignements : 09 70 31 31 00.

Besné

Théâtre à l'espace A Capella

Oncle Vania, d’après Anton Tchekhov, par la Cie Théâtrale Francophone. Un Tchekhov non russe et avec moins de personnages ? A voir.

Tarifs : 8 €, enfants de 12 ans et plus 4 €, Pass famille 20 €.
Espace A Capella, 20h30.
Réservation : 02 40 01 30 13, billetterie sur place.

Saint-Nazaire

Visite croisée au LIFE

Visite guidée des expositions “Les enfants d’abord” actuellement au LiFE (base sous-marine) et de “L’enfant : ville vécue, ville rêvée” qui se tient à l’Atelier (16, av. de la République).

Gratuit, sur inscription.
RDV au LiFE, 15h.
Inscription : 02 40 00 41 68, life@mairie-saintnazaire.fr

La Chapelle-des-Marais

Concert illustré à la salle Krafft

A travers moi, par le collectif A l’envers, interprété par Gweltaz Hervé et Stevan Vincendeau : saxo et accordéon diatonique accompagnent un film d’animation lui-même inspiré par la musique. Spectacle proposé dans le cadre du Projet culturel de Territoire.

Tarifs : de 7 € à 13 €.
Salle Krafft, 20h30.
Renseignements et réservation : 02 40 42 42 00 ou 02 40 22 91 36 et en Mairie.

Montoir-de-Bretagne

Théâtre à la salle Bonne-Fontaine

Maman pète les plombs, comédie de boulevard de Marie Laroche Fermis, par les Tréteaux Montoirins, ou quand une épouse bafouée laisse éclater sa colère.

Tarifs : 7 €, moins de 12 ans 3,50 €.
Salle Bonne-Fontaine, 20h30.
Sans réservation.

Pornichet

Rencontre musicale à la médiathèque Jacques-Lambert

“Au cœur de la chanson française” : Nathalie Marec, professeur au Conservatoire de Saint-Nazaire, interprète Romain Didier, en sa présence. Une rencontre animée par Cécile Prévost-Thomas, maître de conférence à la Sorbonne.

Gratuit.
Médiathèque Jacques-Lambert, 16h30.
Renseignements et inscription : 02 51 73 22 22, http://mediatheque.ville-pornichet.com

Pornichet

Cabaret à l'hippodrome

Cabaret spécial Saint-Valentin, par l’association Rendez-vous.

Tarif : 13 €.
Hippodrome, 20h30.
Réservation : Office de tourisme, 02 40 61 33 33.

Trignac

Ciné-concert au centre culturel Lucie-Aubrac

Plumes à gogo, par les musiciens Luluberu, alias Sharlubêr & Ludo Mesnil, de la Cie Label Caravan. Cinq films d’animations sur une création musicale et sonore tout en douceur. A partir de 2 ans.

Tarifs : 3 € ou 10 € groupe de 4 à 6 personnes.
Centre culturel Lucie-Aubrac, 11h.
Réservation : 02 40 90 32 48, centre-culturel@mairie-trignac.fr

Saint-Nazaire

Théâtre au Jean-Bart

Love Letters, d’Albert Ramsdell Gurney, dans une mise en scène de Florian Landat, par l’Astrolabe 44.

Tarifs : 10 € (9 € en ligne) et 6 €.
Théâtre Jean-Bart (route du Fort-de-l’Eve), 15h.
Réservation : www.astrolabe44.fr

Donges

Théâtre à l'espace Renaissance

Sitcom, comédie d’Isabelle Oheix, par le Groupe artistique du Pouliguen.

Tarifs : de 4 € à 8 €.
Espace Renaissance (4 ter, rue Boulay-Paty), 15h.
Réservation : 02 40 91 00 06, saisonculturelle@ville-donges.fr

Montoir-de-Bretagne

Théâtre à la salle Bonne-Fontaine

Maman pète les plombs, comédie de boulevard de Marie Laroche Fermis, par les Tréteaux Montoirins.

Tarifs : 7 €, moins de 12 ans 3,50 €.
Salle Bonne-Fontaine (5, av. de l’Ile-de-France), 15h.
Billetterie sur place.

Pornichet

Danse à Quai des Arts

Grand concours régional de danse de la FFDanse (classique, jazz et contemporain).

Tarifs : 12 €, licenciés et moins de 12 ans 8 €.
Quai des Arts, 14h30.
Renseignements : 06 11 72 66 72.

Saint-Joachim

Concert à l'église

Quatuor à cordes dit “américain”, de Dvorák, et la classe d’Orchestre Symphonique du Conservatoire de Saint-Nazaire.

Gratuit.
Eglise, 15h.
Renseignements : 02 40 88 42 31.

Saint-Nazaire

La résistible ascension d’Arturo Ui

Un texte de Brecht revisité pour en révéler la force, une parabole intemporelle sur la fascination du pouvoir.

Lorsque Bertolt Brecht écrit cette pièce, on est en 1941 et le monde est en plein conflit mondial. Le dramaturge nous transporte dans le Chicago des années 20 pendant la prohibition et décrit pas à pas l’ascension d’un petit malfrat du nom d’Arturo Ui. Un petit magouilleur qui fricote avec la pègre, travaille ses techniques d’orateur pour emporter les foules dans ses grands shows et met la presse à sa botte. Véritable fable politique, La résistible ascension d’Arturo Ui tente une plongée aux racines du mal en disséquant tous ses mécanismes : comment Hitler, homme plutôt médiocre, a-t-il pu tisser sa toile pour accéder au pouvoir et devenir le “Führer”, le grand chef d’une dictature ?
Le metteur en scène Pierre Sarzacq s’est emparé de cette fresque épique pour en révéler toute la modernité et la faire résonner avec l’actualité. Quels sont aujourd’hui les lieux du pouvoir politique et économique ? Qui sont les gangsters de notre 21e siècle ? Dans une société aux mécanismes anesthésiants, comment se réveiller et se rebeller ? “Le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde.”

RENCONTRE…
Estuaire. Pourquoi adapter cette pièce en 2018 ?
Pierre Sarzacq. Quand on lit ce texte, les correspondances avec aujourd’hui sont évidentes. De quoi nous parle-t-il ? Du pouvoir, évidemment. Comment on y accède, comment on s’en empare ? Il est question de corruption, de justice, de démocratie en danger. A l’heure où la puissance d’une compagnie financière peut dépasser celle d’un Etat, quelle est la place du citoyen, peut-il se dresser contre ce pouvoir ? C’est une interrogation universelle, comme une invitation à la vigilance…

Estuaire. Vous avez créé un nouveau personnage, quel rôle tient-il ?
PS. Oui, c’est un slameur-poète, le fil rouge qui traverse le spectacle, on l’appelle “le jeune homme qui regarde”. Mais il est là aussi pour interpeller à la manière d’un lanceur d’alerte, en lien avec les jeunes d’aujourd’hui, et résolument contemporain. Avec une vitalité salutaire, il engage sa personne pour témoigner des événements de l’Histoire, il apporte une musicalité urbaine et un nouvel éclairage à la pièce.
 

Gagnez des invitations avec Estuaire pour le mercredi 21 février en téléphonant au 02 40 66 97 39 mercredi 14 février à 14h.

La résistible ascension d’Arturo Ui, par la Cie NBA Spectacles.
Le Théâtre, Saint-Nazaire. Mardi 20 février à 20h30 et mercredi 21 février à 19h30. Tarifs : de 14 € à 25 €.
Réservations : 02 40 22 91 36, www.letheatre.saintnazaire.fr

Saint-Nazaire

Dédicace au Parvis

Rencontre avec le rugbyman Aristide Barraud autour de son ouvrage Mais ne sombre pas (éd. Seuil), qui retrace sa reconstruction après ses blessures et ses traumatismes lors des attentats du Petit Cambodge en 2015.

Gratuit.
Le Parvis (passage Henri-Soulas), 14h.
Renseignements : 02 40 22 51 23.

Saint-Nazaire

Concert-lecture au Café Scott

Avec Eric Arlix autour de son roman Golden Hello, et les musiciens Serge Teyssot-Gay et Christian Vialard. Rencontre proposée par le Centre de culture populaire et la Maison de la poésie de Nantes.

Gratuit.
Café Scott (53, av. de la République), 19h.
Renseignements : 02 40 53 50 04.

Saint-Nazaire

Concert à la galerie des Franciscains

En première partie, Concerto pour quatre claviers en La Mineur de Vilvaldi arrangé par Bach, par les élèves de percussions, piano et harpe du Conservatoire, suivi du Concerto n°1 en ré mineur BWV 1052 pour clavier et ensemble à cordes et du Concerto Brandebourgeois n°3 en sol majeur BWV 1048, de Bach, interprétés par le chœur de chambre et la classe de cordes du Conservatoire ainsi que l’ensemble Barok en Stock.

Tarifs : 5 € et 3 €, gratuit pour les élèves du Conservatoire.
Galerie des Franciscains (rue du Croisic), 20h.
Renseignements : 02 44 73 43 40.

Saint-Nazaire

Théâtre

La résistible ascension d’Arturo Ui, de Bertold Brecht, dans une mise en scène de Pierre Sarzacq.

Tarifs : de 14 € à 25 €.
Le Théâtre, 20h30.
Renseignements et réservation : 02 40 22 91 36, www.letheatre-saintnazaire.fr

Saint-Nazaire

Conférence au Parvis

“Du concordat à la séparation : les cultes dans la société française contemporaine”, par Pierre Legal, professeur des universités.

Gratuit.
Le Parvis (passage Henri-Soulas), 20h30.
Renseignements : 02 40 22 51 23.

 
Saint-Nazaire associations tous droits réservés 2010 - Mentions légales