L’épopée d’un film

Publié le 28 novembre 2017

Fiction décalée, La voie du Paladin est en cours de production. Retour sur l’aventure d’un projet amateur.

Quatre preux chevaliers partent en guerre pour vaincre les forces obscures du Chaos qui sévissent sur un continent jadis prospère et heureux. Derrière ce pitch d’Heroic Fantaisy médiévale traditionnel, se cache un scénario qui mélange humour, second degré et sources d’inspiration diverses : « C’est une sorte de cross-over entre Kamelott et The expendables. Nos influences se nichent aussi bien dans Le Seigneur des anneaux que dans des jeux de figurines comme Warhammer, des jeux de rôles ou des nanars d’action des années 80 », explique le Nazairien Benoît Benabdallah, l’un des cinq protagonistes d’une initiative 100 % do it yourself qui a pris racine il y a bien longtemps. « Jean-Baptiste Troissant, Amaury et Thibaut Long, Arnaud Jourdain et moi sommes potes depuis l’adolescence. On a commencé à faire des vidéos avec une mini-caméra familiale jusqu’à ce que je me fasse offrir du matériel plus perfectionné pour mes 18 ans. Ce fut le début d’une série de courts-métrages dont nous assumons plus ou moins la qualité aujourd’hui », sourit Benoît Benabdallah, qui est le seul de la bande à avoir reçu une formation dans le domaine cinématographique : « J’ai fait deux ans d’études dans une école audiovisuelle à Paris et enchaîné un stage ‘accessoires et décors’ aux Guignols de l’info sur Canal+. J’ai finalement choisi  de travailler dans le social* et de continuer à nourrir ma passion à travers des productions amateurs. »

La Voie du paladin est ainsi la première grande réalisation du groupe : « Nous y travaillons depuis quatre ans. C’est long puisque nous sommes à la fois devant et derrière la caméra, acteurs, scénaristes, décorateurs, cadreurs, metteurs en scène, costumiers, monteurs et même à la création d’une musique originale. » Sans compter que les situations professionnelles et géographiques de chacun limitent les temps de tournage : « On s’y consacre les week-ends, certains soirs, bref quand on peut. C’est une question de motivation. »

Le métrage dure aujourd’hui environ une heure, seule la dernière scène doit être revue et corrigée : « Nous allons la re-tourner afin qu’elle constitue en elle-même un court-métrage, format plus facilement distribuable. » Pour cela, l’équipe s’est lancée dans une campagne de financement participatif via une page Ulule** qui permettra à cette traversée chevaleresque de se terminer sur grand écran fin 2018. « Il sera diffusé au niveau local dans un premier temps avec les Pieds dans le PAF, j’ai aussi des contacts à Nantes avec les Utopiales et le Katorza. » A votre bon clic.

Nathalie Ricordeau

* Animateur pendant dix ans à la Maison de quartier de Méan-Penhoët.

** https://fr.ulule.com/la-voie-du-paladin

Plus d’infos sur La voie du paladin : https://lavoiedupaladin.com, chaîne YouTube et page Facebook.

 
 
 
Saint-Nazaire associations tous droits réservés 2010 - Mentions légales