Saint-Nazaire

Adapter son énergie

Publié le 07 novembre 2017

Comme l’art qu’il pratique et transmet, le Centre d’étude de karaté de Saint-Nazaire ne cesse de chercher de nouvelles ressources en lui-même.

« Le CEK a près de quarante ans d’existence, la société change, nous devons évoluer avec elle sans perdre nos valeurs fondamentales », explique Christian Vaillant, bénévole. Pour preuve, il y a dix ans déjà, le club avait abaissé l’âge de ses élèves, qui devaient jusqu’alors avoir plus de 12 ans pour monter sur le tatami. « Nous avons créé les groupes karaté Kid, qui s’adressent à des enfants de 7 à 13 ans, et les Baby karaté, pour les 4 à 7 ans. Nous travaillons avec ces petits dans une approche ludique, par des jeux pédagogiques, c’est un éveil à la motricité et à la concentration. Nous dirigeons aussi depuis deux ans des ateliers périscolaires auprès des maternelles et des primaires Jean-Zay et Victor-Hugo. Notre objectif est d’élargir notre public pour toucher toutes les générations. Contrairement aux idées reçues, le karaté traditionnel, à la différence du karaté sportif, peut se pratiquer tout le long de la vie en s’adaptant à l’âge et à l’état de santé de chacun. » Pourtant, cela ne suffit pas à séduire certaines tranches d’âges : avec 200 adhérents cette année, le CEK « ressent un trou chez les adolescents, qui préfèrent les formes de sports de combat plus agressives ».

Ne pas rester au bord du tatami

Mais le club a du ressort et de la souplesse. Il continue de mener ses cours et des stages de loisir et de compétition partout en Pays de la Loire. Il a ajouté à ses disciplines le Kung-fu, le Tai-chi, le Qi-gong, a ouvert ses cours à tous, aux tout-petits donc, mais aussi aux seniors, il intègre des personnes en situation de handicap, a enseigné le self-défense et le self-contrôle au regroupement de femmes de la Maison de quartier de la Bouletterie, Femmes Plurielles, avec qui il mène maintenant des ateliers de relaxation et de sophrologie. « Nous avons le label Sport Santé, pour nous le corps et le mental forment un tout. C’est pourquoi nous avons signé une convention avec le Centre d’expertise médico-sportif en cours de création porté par l’association Saint-Nazaire Ville S’port. Nous aimerions aller plus loin, inventer, mais c’est difficile car il existe peu d’accompagnement de la part de l’Etat, qui favorise les sports collectifs. Pour anticiper l’entrée du karaté comme discipline olympique en 2020, nous avons créé cette année une section Elite avec une préparation physique et mentale menée par Bernard Bizeul, et dirigée par Charly Piau, un jeune de 23 ans venu du Baby karaté, salarié en contrat aidé. Mais l’avenir est plus qu’incertain, avec la fin des CAE. Nous ne sommes pas seuls pour autant avec la mutualisation du Cekama* et le soutien du Fondes**, qui va nous permettre de nous restructurer pour continuer à enseigner ce en quoi nous croyons. » Avec des tas de projets sous leurs kimonos, dont des ateliers pour lutter contre la sédentarité infantile et l’obésité. Perdre l’équilibre n’est pas chuter...

Mireille Peña

*Cekama : regroupement de clubs d’arts martiaux de Saint-Nazaire et la Presqu’île (voir Estuaire 1444 ou sur www.estuaire.org).

**Dispositif local d’accompagnement proposant un diagnostic et un accompagnement personnalisé.

CEK (président : Michel Lebrun) : 07 83 69 74 52, www.cek-stnazaire.com

 
 
 
Saint-Nazaire associations tous droits réservés 2010 - Mentions légales