Retour à la liste de la catégorie Associations
ven. 19 avril 2019 Associations # Saint-Nazaire

Poétique de la rencontre

Les associations nazairiennes Elan’vie et Ekilibre s’unissent pour fêter ensemble la Journée mondiale de la biodanza. Ce sera ce vendredi 19 avril.

« La biodanza est une façon de danser ensemble le plaisir, une joyeuse communication non verbale. Il n’est absolument pas nécessaire d’être danseur, elle s’adresse à tous, quel que soit l’âge, c’est pourquoi nous proposons cette soirée ouverte à tout adulte ayant l’envie de découvrir et de partager », explique Julien Lenoir, professeur à Ekilibre.

« La Journée internationale de biodanza est un élan collectif que Saint-Nazaire a rejoint il y a quatre ans, continue Claire Letertre, enseignante à Elan’vie. Cette soirée est aussi pour nous l’occasion de mener un projet commun avec la nouvelle section de biodanza d’Ekilibre, et nous en sommes très heureux. »

Une soirée pour s’initier à ce système que son créateur, le psychologue praticien et professeur d’anthropologie médicale chilien Rolando Toro, a appelé  “Danse de la vie”. Pratiquée dans les hôpitaux et centres sociaux au Brésil, reconnue dans le système national de santé anglais, elle est toujours animée par des professeurs diplômés appelés “facilitateurs”. « Ce sont eux qui donnent les consignes au groupe, sur toutes sortes de musiques du monde entier qui induisent de l’émotion. Ils sont les garants d’un contexte environnemental qui permette la liberté d’être dans la bienveillance, reprend Julien Lenoir. La biodanza n’est pas une finalité en soi, c’est un moyen. »

Un moyen pour des objectifs de bien-être profond : un travail sur sa conscience corporelle, sur l’estime de soi, sur la confiance en soi à l’intérieur d’un groupe. « Il s’agit d’élargir sa zone de confort et de gagner en qualité relationnelle en assumant de se laisser aller dans le mouvement quel que soit le regard des autres », détaille Claire Letertre. « A travers des petits défis, comme danser au milieu d’un cercle de participants, on peut dépasser ses limites liées à sa propre histoire, son éducation, sa culture. Tout cela dans la bienveillance, envers les autres et envers soi-même », précise Julien Lenoir.

Soirée festive et solidaire

Mais revenons à cette soirée du 19 avril qui sera un petit avant-goût de cette pratique : il est conseillée de s’y rendre en tenue confortable, d’amener avec soi de quoi partager un dîner et de se laisser aller au plaisir de bouger avec d’autres. Ce sera également l’occasion de rencontrer l’épicerie associative et coopérative la Coop du coin, à qui les recettes de cet événement seront reversées : « Nous partageons les  mêmes valeurs de solidarité, nous travaillons tous au bien-être des personnes, que ce soit à travers la biodanza ou l’alimentation, et nous privilégions le collectif, se félicite Isabelle Chauvet, adhérente des Amis de la Coop du coin. Cet argent nous aidera à mettre en place une épicerie mobile dans les quartiers de Saint-Nazaire. »

Partager votre avis