Retour à la liste de la catégorie Associations
ven. 14 févr. 2020 Associations # Saint-Nazaire

Faire ensemble, vivre ensemble

Le Carillon invite tous les habitants à venir déguster une grande “soupe impopulaire” devant la mairie de Saint-Nazaire ce vendredi 14 février.

On connaissait les soupes populaires, ces “repas gratuits distribués aux indigents par des organismes charitables”, selon la définition du Larousse. Le Carillon, le réseau de solidarités avec les personnes à la rue lancé par l’association parisienne la Cloche et dont l’objectif est de mettre en relation sans-abri, commerçants de proximité et citoyens solidaires, a innové avec le concept de soupe impopulaire, préparée et servie pour la première fois en 2016 par des sans-abri et des bénévoles du 11e arrondissement à la Friche urbaine des 3 Couronnes. “Impopulaire” ne veut pas dire ici “qui n’a pas la faveur de la population”… mais bien passer de l’autre côté du miroir. Une révolution au sens propre des rapports sociaux et du langage, les gens de la rue devenant acteurs dans le quartier ou la ville où ils vivent, montrant qu’ils sont capables d’aller vers le reste de la population, de cuisiner, de servir, d’échanger avec le grand public, de réchauffer les ventres et les cœurs. Depuis, le Carillon s’est étendu et a essaimé ses soupes d’un autre type aux quatre coins de la France.

Renverser les rôles…

Ce 14 février, ce seront donc les sans-abri de Saint-Nazaire qui seront derrière les fourneaux pour cuisiner un cappuccino de légumes aux épices douces, citronnelle et gingembre avec Eric Guérin*, chef étoilé de La Mare aux oiseaux de Saint-Joachim. « Il a de suite était partant, se réjouit Philippe Colmard, président de l’Association Solidarités et Créations (ASC), qui porte le réseau du Carillon de Saint-Nazaire. Il sera accompagné de son second et de Christian Saley, ambassadeur bénévole du Carillon, chef cuisto, ancien formateur Afpa, qui dort aujourd’hui dans sa voiture. Dans une logique anti gaspillage, les légumes viendront du glanage auprès des commerçants du marché par le collectif Sourie Ion Anti Gaspi. »

… et partager

« Etre avec tout le monde, comme tout le monde, c’est important. Même quand on n’a pas de logement ou que l’on est dans une situation d’exclusion, on peut prendre du plaisir à cuisiner pour les autres et à partager quelque chose de l’humain, continue Gweltaz, ambassadeur du Carillon, à la rue, qui arpente chaque jour avec Laurent les rues de Saint-Nazaire pour sensibiliser sans-domicile fixe, commerçants et habitants sur le sens de la solidarité du Carillon. On m’a aidé, je veux maintenant le faire à mon tour. Les personnes que nous avons rencontrées pendant nos maraudes de jour comme de nuit ont d’abord été étonnées, mais ont vite adhéré à l’idée. Se partager une soupe, c’est vivre un moment ensemble. On a déjà rencontré de belles personnes, on se marre bien. »

Le public est donc invité à rejoindre les cuisiniers, sans abri ou acteurs du réseau – les pistes enfin brouillées – pour le grand épluchage de légumes à partir de midi et/ou à venir déguster le fruit de leur travail de 17h à 21h. Sont également prévus des chants à entonner avec la chorale Au clair de la rue et quelques petites surprises musicales. Un cadre propice pour casser l’entre-soi par un regard nouveau porté sur l’autre et briser les freins provoqués par la gêne, un peu comme dans une nouvelle fête des voisins. 

* Eric Guérin est propriétaire de La Mare aux Oiseaux (1 étoile au Michelin), du Jardin des Plumes à Giverny (1 étoile au Michelin) et du bistrot le Café du Musée d’arts de Nantes

 ✏️ Lire nos articles « Le Carillon des portes qui s’ouvrent » et « Elle est à toi cette chanson« .

 

///// LE CARILLON /////

Le réseau du Carillon est né en 2014 à Paris. Des franchises sociales se sont ensuite créées dans les grandes villes avant d’atteindre les villes moyennes. Celle de Saint-Nazaire, ouverte en décembre 2018 grâce à l’ASC, a été la première de ce type. A ce jour, 25 commerçants nazairiens ont adhéré au concept, proposant tout type de services, de la conciergerie à la discussion autour d’un café, de la coupe de cheveux à l’accès à un micro-onde ou au transport en ambulance. Ils sont repérables grâce au logo apposé sur leurs devantures. Un annuaire est également disponible dans leurs boutiques et au local de l’ASC (17, rue Jean-Pierre-Dufrexou).

Pour info, si 50 personnes à la rue sont actuellement officiellement comptabilisées sur Saint-Nazaire, les ambassadeurs et bénévoles du Carillon les estiment plus près des 280, de plus en plus jeunes, auxquelles il faudrait ajouter une trentaine de femmes, encore plus invisibles.
https://www.facebook.com/lecarillon44600/

Partager votre avis