Retour à la liste de la catégorie Associations
mar. 17 mars 2020 - mar. 31 mars 2020 Associations # Saint-Nazaire

Au service de l’Histoire nazairienne

Les associations nazairiennes d’Histoire réunissent leurs compétences et leurs énergies pour faire bouger les lignes de la mise en valeur de tous les types de patrimoines de la ville.

>> Les représentants de Saint-Nazaire Histoire.

Fort d’une collaboration réussie sur la construction de l’exposition “14/18 Les Nazairiens dans la Grande Guerre – La vie bouleversée” qui avait attiré plus de 10 000 visiteurs à la Galerie des Franciscains en novembre 2016, ce qui était un collectif éphémère de huit associations est devenu l’union d’associations Saint-Nazaire Histoire en 2017, à l’occasion de l’édition de l’ouvrage du même nom que l’exposition.

Saint-Nazaire Histoire comprend donc aujourd’hui six associations nazairiennes : Angénéa, Aremors, Cité 50, Aristide Briand, Mémoire et Savoir nazairiens et APHRM*, les Anciens combattants et l’Université Inter-âge n’étant pas dans les mêmes objectifs. « Après le Centenaire, nous nous sommes demandé : est-ce que l’on continue, et comment ? Nos  associations ont leur autonomie et leurs différences de par leurs recherches et leurs productions. L’union de ces richesses individuelles peut constituer une richesse collective à travers tous les moyens d’expression que nous avons dans tous les domaines de l’Histoire », explique Christian Morinière, le président de la nouvelle association. De cette certitude est née la volonté de mettre leurs moyens en commun, qu’il s’agisse de connaissances, de logistique ou même de finances.

Créer un pôle d’Histoire

« Notre souhait est de travailler sur une Histoire vivante qui implique les habitants. Quoi que l’on en dise, Saint-Nazaire n’est pas une ville champignon, elle a des racines. Des racines dont les Nazairiens et les nouveaux arrivants sont très curieux car elles sont les fondements de la réflexion », continue Christian Morinière.

L’association s’est à ce jour donné deux objectifs : promouvoir l’Histoire et la mémoire, et ouvrir une cellule de recherche sur la période de l’entre-deux-guerres, de 1919 à 1939, dont l’aboutissement serait à nouveau une exposition et un livre qui mettraient en lumière le quotidien des habitants en couvrant tous les domaines, de l’économique au social en passant par le politique et le culturel. Pour cela, l’association s’est élargie à quatre “experts” tout autant passionnés : le féru d’art Bernard Jagot, le fondateur du blog “Chronique de Saint-Nazaire” Loup Odoevsky Maslov, l’ex-journaliste sportif Maxence Ponroy et l’ancien directeur de l’Ecomusée Daniel Sicard.

Un panel de propositions

L’association travaille en outre à l’élaboration d’outils dans et pour la ville, telle une Maison de l’Histoire qui serait gérée par un collectif d’associations, sur le modèle de celle ouverte en 2016 à La Bernerie-en Retz. « Une Maison de l’Histoire permettrait le regroupement de toutes nos archives, ce serait un lieu de recherche, d’expositions, de conférences, de rencontre avec les scolaires. Il nous semble aussi nécessaire de redécouvrir des collections de la Ville totalement inconnues du public. Nos associations siègent au Conseil du patrimoine de la Ville et la question est dans les tuyaux… L’obtention du label Ville d’Art et d’Histoire – et les obligations qui vont avec – peut être un levier de pression pour nous car il va obliger à l’ouverture », se félicite Christian Morinière. Et les souhaits ne s’arrêtent pas là : un refondement de l’Ecomusée dont le contrat entre la Ville et le ministère de la Culture se termine en 2021 et « qui est aujourd’hui un musée plus qu’un écomusée puisqu’il fonctionne sans co-construction » et une réflexion sur Escal’Atlantic « qui se doit de devenir une vitrine cohérente, qui mette en valeur le travail des hommes ».

Saint-Nazaire Histoire n’oublie cependant pas de saluer « le travail énorme » des Archives municipales même si, de fait, elles ne peuvent recueillir que des documents et non des objets (NDLR : elles ont commencé à en photographier pour numérisation).

« Nous demandons une reconnaissance plus grande des institutions, une reconnaissance aussi de la mémoire et des savoirs des Nazairiens. La ville a été construite par eux, son Histoire leur appartient. »

 

///// LA CONFÉDÉRATION /////

Angenea (créée en 1988) : association de généalogie possédant une très belle collection de photographies d’écoles. Elle participe aussi à un travail de recherche sur les colonies de vacances et les centres aérés.
angenea.fr

APHRN (créée en 1970 par Fernand Guérif) : éditrice de la revue Histoire et Patrimoine (97 numéros à ce jour).
www.aphrn.fr

Aremors (créée en 1979 par des militants syndicaux) : association de recherche et d’études sur le mouvement ouvrier de la région nazairienne qui a déjà publié 4 livres d’Histoire ouvrière de la ville ainsi que des cahiers.
https://sites.google.com/view/aremors

Aristide Briand (2012) : association qui travaille avec des chercheurs sur Aristide Briand et qui détient et gère toutes les archives de l’homme politique.
aristidebriand.eu

Cité 50 (2009) : créée pour le 50e anniversaire de la cité scolaire, éditrice du livre sur le Résistant nazairien Jean Brossaud.
Local dans la cité scolaire.

Mémoire et Savoir nazairiens (1995) : association qui a déjà publié 24 ouvrages, le prochain devant être consacré au foyer du travailleur.
memoire.savoir.nazairiens@gmail.com

Partager votre avis