Retour à la liste de la catégorie Associations
mer. 02 déc. 2020 - mar. 08 déc. 2020 Associations # Saint-Nazaire

« Donner plutôt que prendre »

Contre grande précarité, exclusion et solitudes grandissantes, les associations solidaires multiplient leurs efforts, inlassables “sisyphes” humanitaires des temps modernes, et font face à l'urgence. Rencontre avec Elodie Berasaluze, présidente-fondatrice de R'Eveillons la solidarité.

Estuaire. Pourquoi et comment est née R’Eveillons la solidarité ?
Elodie Berasaluze. Je voulais passer un réveillon différent, et je voulais le faire avec d’autres. Sachant que je suis travailleuse sociale et que je suis donc sensibilisée aux situations de précarité. Tout a commencé à cinq avant le 31 décembre 2018. Nous avons lancé sur Facebook un appel à dons, et un appel à maraude dans Saint-Nazaire le 30 décembre afin de prévenir les personnes à la rue que nous pouvions rencontrer. En à peine trois jours, nous avons réceptionné un nombre incroyable de vêtements, produits d’hygiène et conserves. Le 31, nous avons pu installer un petit dispositif près de l’hôtel de ville où nous avons servi de la soupe, du chocolat chaud, du pain d’épices et offert les dons. Nous avons fait la même chose en 2019, mais près de la gare, avec un repas assis. Bénévoles y compris, nous étions plus de cent personnes à changer d’année ensemble.

Estuaire. La précarité extrême se vit tous les jours de l’année…
EB. C’est pour cela que nous faisons des maraudes tous les samedis soir de l’année et que nous demandons aux personnes ce dont elles auraient besoin pour la semaine suivante. Nous lançons ainsi chaque semaine des appels aux dons spécifiques en donnant des rendez-vous de dépôts, cela peut être des vêtements, des tentes, des duvets, des lingettes nettoyantes… Le samedi matin,  nous allons en plus récupérer les invendus du Leclerc de Guérande, puis nous cuisinons. Nous nous retrouvons le soir près de la gare, ce sont des moments forts de chaleur humaine. Pour ceux qui ne veulent pas venir à la gare, nous allons déposer les dons dans certains lieux plus pratiques pour eux.

Une collecte auprès des habitants.

Estuaire. De semaine en semaine, vous devez bien connaître ces personnes sans abri. Mais est-ce toujours les mêmes que vous suivez ?
Au départ, nous étions en lien avec dix personnes, aujourd’hui elles sont une cinquantaine, à la rue, dans des squats, des tentes ou des voitures. Beaucoup de nouveaux, à 90 % des hommes, de tous les âges. La plupart sont domiciliés au CCAS et suivis par l’ASC via le Trait d’union où ils peuvent prendre leurs petits déjeuners, leurs déjeuners et des douches, ou par la Fraternité pour les petits déjeuners et les douches. Nous ne pouvons rien faire à leur place, mais nous tentons de les conseiller et de les orienter vers les services sociaux et ces associations.

Estuaire. Comment vous êtes-vous organisés durant les confinements ?
Nous avons préparé des sacs individuels et avons continué notre travail.

Estuaire. La fin décembre approche à grands pas, qu’avez-vous imaginé ?
Evidemment, nous ne pourrons pas organiser de repas, mais nous venons de lancer l’opération “calendrier de l’Avent inversé”*. “Inversé”, parce qu’il s’agit de donner plutôt que de prendre. Les paquets seront offerts le 26 décembre avec toujours un rendez-vous à la gare, mais aussi ailleurs sur Saint-Nazaire et sur Montoir-de-Bretagne. Nous serons autour de vingt-cinq bénévoles. Une partie se partagera en quatre groupes pour couvrir quatre secteurs de rendez-vous, et nous sommes en train d’essayer de mettre en place le circuit d’un camion avec des mets festifs. Ce sont des moments intenses partagés avec ceux que nous aimons appeler les “copines et les copains de le rue”. Et nous savourons chaque petite victoire, sans nous en contenter.
Propos recueillis par Mireille Peña 

* Une idée lancée en 2016 par une association belge.

///// Comment ça marche /////

A faire seul ou en famille :
Choisir un carton solide.
Y apposer une étiquette avec, selon son destinataire : F ou H ou Mixte, ou même T(outou).
A partir du 1er décembre et ce jusqu’au 24 décembre, ajouter chaque jour un objet : livre, jeu, lampe torche, sac à dos, gants, chaussettes, bonnet, lingettes, produit d’hygiène, mais aussi friandises et petits mots…
Décorer le carton.
Contacter l’association quand le colis est prêt.
Date limite de dépôt : samedi 26 décembre.
Privilégier les contacts en message privé sur Facebook ou par courriel : reveillonslasolidarite.sn@gmail.com
Renseignements généraux : 06 05 80 28 51 ou 07 60 33 57 88.

Distribution devant la gare de Saint-Nazaire.

///// Appel à dons de fin d’année /////

L’épicerie Totem participe à l’action nationale initiée par le comptoir Utopie-A table en conscience de Saintes et organise une opération Noël solidaire en invitant à déposer à sa boutique (110, av. de la République) des boîtes à chaussures contenant divers cadeaux. Celles-ci seront ensuite distribuées aux personnes les plus démunies.

Les boîtes sont à emballer comme un vrai cadeau de Noël avec au maximum quatre produits par boîte.
Préciser sur la boîte : M (mixte), H (homme), F (femme), E (enfants).
Respecter le format “boîte à chaussures”.
Respecter les règles d’hygiène en désinfectant chaque produit avant de
l’emballer.
Quelques idées pour remplir votre boîte :
Un vêtement chaud (chaussettes, gants, bonnet) en bon état
Des produits alimentaires longue conservation (chocolat, gâteaux, bonbons, thé, café…)
Jeux de société, livres…
Un produit de beauté neuf,
Un mot doux pour les fêtes de Noël ou un dessin.

Pour ceux qui le souhaitent, il est possible de remettre un ou plusieurs produits directement à l’épicerie ou de déposer une certaine somme d’argent dans la
cagnotte se trouvant à côté de la caisse. Cet argent servira à acheter des produits alimentaires qui seront intégrés aux boîtes cadeaux.
Dépôt des dons jusqu’au 19 décembre.
Renseignements : 02 40 24 37 33.

Partager votre avis