Retour à la liste de la catégorie Associations
mar. 12 janv. 2021 Associations # Pornichet

Pornichet : le choix de l’agroécologie

La Ville de Pornichet, en collaboration avec l'association les Jardiniers de la Presqu’île, a décidé de transformer une partie de son Parc paysager en lieu d’expérimentation d'un verger tout au naturel.

Les initiatives en faveur du développement durable se multiplient sur le territoire. La commune de Besné* a récemment fait le choix d’expérimenter l’écopâturage pour l’entretien de certaines de ses parcelles publiques. Aux forges de Trignac, un projet de jardin pédagogique avec une mise en valeur de plantes dépolluantes est à l’étude. La Ville de Pornichet, de son côté, a choisi de s’associer avec les Jardiniers de la Presqu’île pour refondre son parc paysager en pariant sur l’agroécologie. Une centaine d’arbres fruitiers de variétés anciennes et variées y sont actuellement plantés. « Toutes les espèces sont locales, assure Michel Le Bars, co-fondateur de l’association les Jardiniers de la Presqu’île. Elles sont adaptées à la terre et à notre climat. » Exit donc toutes les variétés de pommiers, pruniers et poiriers que l’on trouve habituellement dans les pépinières. Pour certaines, quasiment disparues de nos régions, l’association pornichétine a dû notamment faire appel à ses confrères du jardin du château de Versailles qui fait office de conservatoire ou encore à des producteurs de pommes bretons qui ont misé sur des variétés locales.

« Ce verger est expérimental, précise Michel Le Bars. Nous allons donc voir comment les espèces vont évoluer dans cet environnement. »

Mais planter d’anciennes espèces ne suffit pas. La gestion environnementale de ce nouvel espace prendra en compte la biodiversité dans son ensemble, selon les principes de l’agroécologie. A la place d’installations de ruches pour favoriser la pollinisation,  « des haies seront créées afin de servir de refuge aux insectes pollinisateurs », explique un responsable du service Environnement de la Ville. De même, l’écopâturage sera de mise pour l’entretien. La commune possède déjà quelques boucs et fera appel à un éleveur local de moutons d’Ouessant.

« Nous voulons mettre en place des projets pédagogiques autour de ce parc afin de favoriser la connaissance, comme au moment de la récolte des fruits, ou encore expliquer aux visiteurs les bonnes pratiques », rappelle la mairie. Ce projet « répond à une promesse de la campagne électorale », tient à préciser cette dernière.

D’autres actions dans ce domaine seront donc annoncées prochainement, comme par exemple la gestion des dunes.

Lire “Un mouton fait moins de bruit qu’une tondeuse”, 1er décembre 2020.


/////
L’agroécologie, qu’est-ce-que c’est ? /////

L’agroécologie se définit comme une démarche scientifique attentive aux phénomènes biologiques qui combinent développement agricole, protection et régénération de l’environnement naturel en adoptant des pratiques qui tiennent compte des équilibres de la nature et des services qu’elle rend. Un Projet agroécologique pour la France a été lancé en avril 2012 par le gouvernement et a été inscrit dans la loi en 2014 (Légifrance 2014).

Partager votre avis