Retour à la liste de la catégorie Livres
lun. 07 déc. 2020 Livres # Donges

La poésie médiévale dans les choux ?

Après une vie professionnelle bien remplie d'étals de marchés et de primeurs bio, le Dongeois Joël Guigand prend le temps de se consacrer à sa passion plus secrète que les chalands étaient loin de soupçonner, la poésie. L'écrivain nazairien Jean-Pierre Suaudeau nous offre ici son regard sur l'ouvrage que l'ancien commerçant vient d'éditer : “Promenade dans la poésie médiévale”.

On ne sache pas que François Villon, Charles d’Orléans ou Marie de France, poètes médiévaux, aient eu une quelconque activité maraîchère. En revanche, Hildegarde de Bingen, sur les bords du Rhin, et Pétrarque, à Vaucluse, en bord de Sorgue, entretenaient, l’une un jardin de simples*, l’autre, un potager. Poésie et jardinage n’étaient donc pas incompatibles au Moyen Age.

Quel rapport peut-il bien y avoir entre poésie médiévale et maraîchage ? Peut-être faut-il renverser la question : peut-on s’intéresser à la poésie médiévale et aux choux ? La réponse, affirmative, nous est fournie par Joël Guigand. Dongeois bien connu des Nazairien.ne.s, il a tenu pendant une trentaine d’années et jusqu’à ces derniers mois un banc de fruits et légumes bio sur le parvis du marché de Saint-Nazaire. Parti à la retraite, il a publié à compte d’auteur un petit livre, Promenade dans la poésie médiévale, poésie dont il est passionné : « J’ai découvert, écrit-il, un monde extraordinaire : les grands écrivains, les grands sentiments, les grandes histoires d’amour,  les grands paysages, les grandes épopées, tout y était déjà ! Et puis quelle grâce, quelle sensibilité, quelle musicalité ! »

Utiles rappels car la plupart d’entre nous avons gardé, pour tout souvenir de la poésie médiévale, les séances fastidieuses, interminables, que nous infligeaient des professeurs pas toujours inspirés. Peut-être suffisait-il que ces poètes-là soient inscrits au programme de français pour que nous nous en détournions avec ostentation. Nos troubadours de l’époque flamboyaient devant des salles énervées, portaient cheveux longs, guitare en bandoulière et rimaillaient à leur façon, qui était aussi la nôtre. Ils valaient bien, pensions-nous (on n’imaginait pas alors que l’un d’entre eux obtiendrait le Nobel de littérature**), ces poètes d’un autre âge, incompréhensibles, que les siècles avaient recouverts d’un suaire de cendre.

Joël Guigand a donc compilé et traduit en français contemporain une dizaine de poètes médiévaux : Chrétien de Troyes, Christine de Pizan et François Villon, mais aussi, moins illustres que les précédents, Gace Brulé ou Eustache Deschamps. Après une préface posant les jalons nécessaires pour aborder cette poésie, l’auteur fournit pour chaque poète une courte biographie suivie d’extraits de leurs œuvres.

C’est donc à une promenade inédite qu’il nous convie, animé par la seule ambition de partager une passion, de faire connaître des œuvres largement méconnues du plus grand nombre. Qu’il en soit remercié. Car son choix, judicieux, réfléchi, séduit. On y retrouve des incontournables (« Frères humains qui après nous vivez / N’ayez les cœurs contre nous endurcis » de Villon ou le « Le temps a laissé son manteau / de vent, de froidure et de pluie » de Charles d’Orléans) et d’autres plus confidentiels mais non moins touchants (« Grand bien m’a fait quand dans mon cœur elle entrait. / Toutes pensées vont à elle, où que j’aille, / et personne sauf elle ne peut m’ôter / La douleur qui me fait souffrir caché » de Gace Brulé) ou plus légers (« Jamais à table ne serai / Si ne vois le vin tout prêt / A boire et verser sans arrêt » d’Eustache Deschamps).

A la fois érudite et d’une grande modestie, illustrée avec un talent certain par l’auteur lui-même, cette promenade poétique est une mise à disposition qui honore son rédacteur.

Comme l’homme est à la fois désintéressé et modeste, le recueil (8,80 €) n’est trouvable, à ma connaissance, que chez l’auteur***, à Donges, et sur le stand de fruits et légumes bio qu’il a animé toutes ces années au marché de Saint-Nazaire.

* Jardin médicinal
** Bob Dylan (2016)
*** joel@guigand.com

Partager votre avis