Retour à la liste de la catégorie Musique
mar. 01 sept. 2020 Musique # Saint-Nazaire

Saint-Nazaire, décor du clip de Daisies Fields

Daisies Fields, le groupe pop électro acoustique originaire du Mans, a passé trois jours dans la ville portuaire pour tourner le clip d’Odila, morceau tiré de son premier album à sortir, “Pareidolie”.

Du toit de la base sous-marine, une caméra filme en contre-plongée. Dans une lumière de soir d’été, un homme et une femme se croisent sur le quai du Commerce lorsque surgit une danseuse en longboard (Giulia Alfeo, artiste virtuose du longboard dancing). Acteurs hors champs, mauvais timing… la scène est répétée inlassablement. Du toit de la base, Daisy, claviériste et chanteuse du groupe qu’elle forme depuis 2016 avec le guitariste Florent Havard, redonne les consignes. Il faut recommencer. Tout est dans le détail. D’autant que le groupe doit faire avec ses « petits moyens ». La manière est certes artisanale, mais ses précédents clips démontrent qu’esthétique ne rime pas forcément avec gros moyens.

Les paysages de Saint-Nazaire

Daisies Fields a choisi Saint-Nazaire par un jour de mauvais temps, au hasard de visites impromptues. « Nous avions ciblé plusieurs villes de l’Ouest. Mais nous avons trouvé Saint-Nazaire intéressante par ses paysages et surtout ses grandes travées. C’est ce que nous recherchions », explique Daisy. Un décor parfait pour servir d’écrin à la musique poétique, contemplative, presque abstraite, qu’affectionne le groupe.

Leur titre “Odila” a pour thème central les notions de loyauté dans la relation amoureuse. « Chacun pourra l’interpréter selon son ressenti », indique Daisy. Une séquence doit se tourner près des portes jaunes à l’arrière de la base. Clin d’œil : « Vous saviez que les roses jaunes sont la marque de la trahison et de l’infidélité ? »

Pareidolie, leur premier album, doit bientôt sortir. Avec du retard, Covid-19 oblige. Un album à écouter… et à regarder.

Partager votre avis