Retour à la liste de la catégorie Portraits
mar. 12 juin 2018 Portraits # Saint-Malo-de-Guersac

La vie sur une roue

Championne du monde de monocycle trial, Laura Philippe trace son chemin en équilibre sur une roue.

A 18 ans, Laura Philippe quittera cet été Saint-Malo-de-Guersac pour s’envoler vers Ansan, en Corée du Sud*. Ce ne sera pas pour y faire du tourisme ni un séjour linguistique… mais pour participer à une compétition sportive : les championnats du monde de monocycle. La jeune malouine ira en effet défendre son titre en monocycle trial (catégorie 15-20 ans) obtenu il y a deux ans en Espagne.

Pour arriver à ce niveau-là, il lui aura fallu moins de dix ans. Tout a commencé lors d’une promenade familiale à Saint-Brévin en 2008. « Un groupe de Cirqu’en Retz s’entraînait en extérieur sur une piste d’athlétisme. J’ai intégré l’association le jour-même ! » En un claquement de doigts, Laura réussit à trouver l’équilibre sur une roue, peut-être grâce à ses sept années de gymnastique. Depuis, la passion ne l’a plus quittée. « Ce qui m’intéresse dans cette discipline, c’est le challenge de rouler à une roue. Une fois qu’on a trouvé le truc, c’est parti ! C’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas. »

Laura Philippe débute par les séances monocycle famille de Cirqu’en Retz, en cours libre. L’année suivante, elle s’attaque à deux disciplines : le free style et le trial. « Le free style, c’est un peu comme le patinage artistique : on présente une chorégraphie notée sur la technique et l’artistique. Le trial, c’est l’équivalent du BMX : il faut réaliser des figures sur une zone aménagée », explique la lycéenne.

En 2012, Laura Philippe participe à ses premiers championnats de France, et depuis cette année, c’est elle l’entraîneur des séances monocycle famille. « A l’été 2017, j’ai passé un diplôme d’initiateur monocycle qui me permet d’encadrer des séances en tant que bénévole. »

Pour Laura, ce diplôme est une façon de faire connaître et reconnaître sa discipline encore très peu répandue en France. « Quand on parle de monocycle, on pense au cirque. Alors que le monocycle trial et le free style n’ont rien à voir avec le cirque. » A ce jour, il n’existe pas de fédération française, donc, malgré son titre de championne du monde 2016 et plus de douze heures d’entraînement par semaine, Laura n’a pas pu être reconnue comme sportive de haut niveau pour le baccalauréat qu’elle passe cette année.

Peu importe, la Malouine trace sa route : pour partir en Corée, elle a elle-même cherché des sponsors et a mis en place un programme d’entraînement « pour ne pas avoir de regrets sur ce que j’aurais pu faire et que je n’ai pas fait ».

Animée par une soif de réussir, Laura Philippe s’investit à 100 % dans chaque projet. « On ne vit pas du monocycle trial. Bien avant de connaître cette discipline, en 2006, j’avais l’envie de devenir kinésithérapeute du sport, donc je vais m’orienter vers des études en Staps**. En tout cas, tant que ce sport me plaira, je continuerai ! »

* Du 29 juillet au 10 août.
** Sciences et techniques des activités physiques et sportives.

Partager votre avis