Retour à la liste de la catégorie Portraits
mar. 02 oct. 2018 Portraits # Saint-Nazaire

La danse dans la peau

Avec ses vingt ans d’expérience, la danseuse Vanessa Leprince s’est nourrie du travail de grands chorégraphes contemporains. Aujourd’hui, elle transmet cette énergie au sein de La Petite Pièce, à Saint-Nazaire.

©PUK Samia Hamlaoui

Aux fêtes de son village, elle était toujours la première sur le podium ! Arrivée à Saint-Nazaire, quand une école de danse a ouvert près de chez elle, elle se faufilait pour regarder les cours de modern’jazz…  « J’aime la musique, qui est elle-même reliée à la danse. La danse, c’est viscéral, même s’il m’est arrivé de vouloir tout arrêter. Quand je danse, je me sens entière. » Diplômée en 1998 en danse contemporaine au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, cette Nazairienne a rapidement intégré sa première compagnie, Paul les Oiseaux.

Elle a aussi travaillé pour la Cie L’Esquisse de Régis Obadia, figure de la Nouvelle danse française, un mouvement novateur né dans les années 1970 pour s’affranchir de la danse moderne. « C’était mon deuxième contrat et j’ai eu la chance d’entrer dans cette grande compagnie avec laquelle j’ai voyagé au Brésil, au Mexique… Pourtant, lors de l’audition, je n’avais pas été prise ! Plus tard, j’ai suivi l’un des cours de Régis Obadia. Il ne m’a pas reconnue et m’a embauchée. Cela a été une super expérience grâce aux membres de l’équipe avec qui je garde un lien particulier. »

©PUK Samia Hamlaoui

Vanessa Leprince a été interprète pour plusieurs compagnies jusqu’à sa dernière collaboration, avec Olivier Dubois, ancien directeur du Centre chorégraphique national de Roubaix. « Son travail m’a marquée. Il m’a permis d’aller plus loin car il exige un engagement total. Cette implication forte m’a nourrie et portée. Je sais que cela a enrichi mon travail en tant que professeur. Si je devais redevenir intermittente, ça serait avec lui. Je peux le dire, c’est quelqu’un que j’admire. »

 

///// TRANSMISSION /////

En parallèle de sa carrière d’interprète, Vanessa Leprince a créé, en 2004, son association de danse à Saint-Nazaire, Le Labo, avec laquelle elle a lancé un festival et monté une compagnie. L’aventure a duré près de dix ans. Il y a quatre ans, à 38 ans, la danseuse a souhaité se former à une nouvelle pratique : le shiatsu. « En tant qu’interprète ou professeur, mon travail est de restituer du mouvement, d’en donner aussi, et de transmettre mon savoir. Là, j’avais envie d’être juste apprenante. »

©PUK Samia Hamlaoui

Aujourd’hui, au sein de sa nouvelle association La Petite Pièce, créée en 2015, elle mêle donc ces deux disciplines et continue de transmettre son savoir avec des cours à Saint-Nazaire et à La Baule. « On intervient en milieu scolaire et, avec la cellule chorégraphique, des danseuses amateurs participent à la création de A à Z : la chorégraphie, la scénographie, le choix de la musique, des costumes et des lieux de représentation. » La danse de Vanessa Leprince bouscule donc les frontières, investit l’espace public pour créer la surprise et susciter la curiosité.

Partager votre avis