Retour à la liste de la catégorie Sortir
mar. 21 avril 2020 Sortir

L’effet papillon

Les associations Revivre et Les Vieux gréements soutiennent  le Secours populaire Saint-Nazaire.

« Pour avoir tous eu l’occasion de connaître des bénéficiaires, de donner lors des collectes dans les supermarchés, de voir des affiches annonçant des braderies, nous pensions connaître le Secours populaire et savions bien qu’il continuait à œuvrer au profit des plus démunis dans cette période de pandémie. Mais nous n’avions pas conscience de ses difficultés nouvelles à recueillir des ressources suffisantes, des dons qu’il ne reçoit plus, des actions qu’il ne peut plus mener suite au confinement généralisé. L’article d‘Estuaire “L’aide alimentaire coûte que coûte” a attiré notre attention sur ses difficultés conjoncturelles et sur l’évolution du type de bénéficiaires », explique Françoise Lacroix, présidente de l’association nazairienne Revivre qui anime un groupe de soutien de personnes en dépression ou en situation de grand isolement psychique.

Les membres du Bureau de Revivre ont ainsi unanimement décidé de faire un don au nom et sur les finances de l’association, forcément modeste vu le faible nombre d’adhérents payant une cotisation, elle-même peu élevée, mais abondé d’une somme de même montant prélevée sur la subvention de fonctionnement octroyée par la Ville,  « puisque Revivre n’a pas “fonctionné” en mars, et donc rien dépensé ».

« Comme me l’a écrit la secrétaire de l’association, psychologue clinicienne engagée bénévolement à nos côtés, “la solidarité fait écho aux valeurs de Revivre”. Et il est vrai que l’on ne sort pas de la dépression, on ne vit pas avec une souffrance psychique, sans pouvoir compter sur le soutien d’autres personnes. Nous savons, également, combien la précarité est génératrice de mal-être, alors, si nous pouvons aider un peu, tant mieux. »

Une initiative solidaire reprise par l’association des Vieux gréements, qui va non seulement verser une somme au nom de l’association, mais aussi interpeller ses 180 adhérents pour leur proposer de faire un don direct au Secours populaire.

« Nous allons également contacter d’autres associations et mettre en route notre réseau », assure Marc Bongrain, trésorier des Vieux gréements.

Quand l’expression “Associativement vôtre” prend tout son sens…

Partager votre avis