Retour à la liste de la catégorie Cinéma
lun. 02 avril 2018 Cinéma # Ciné Donges

[zoom] Madame Hyde

(France 2018) comédie fantastique de Serge Bozon avec Isabelle Huppert, Romain Duris, José Garcia. Durée : 1h35.

Madame Géquil est professeur de sciences au lycée polyvalent Arthur Rimbaud de Garges-lès-Gonesse : le décor est planté, le poète est bien mort et les adolescents de la filière technique bien loin des Illuminations. Madame Hyde désespère de ces élèves qui se vengent de ses cours ennuyeux en la maltraitant. Voilà trente ans qu’elle enseigne, elle s’éteint, consumée. Petite chose souffreteuse, elle laisse M. Géquil, son mari, s’occuper d’elle comme d’une enfant délicate. Mais, un soir, la foudre frappe son laboratoire…

Madame Hyde commence comme un film français classique sur la banlieue, la machine Education nationale, la souffrance au travail et la solitude des enseignants, avec juste un tout petit brin de décalage dans le jeu des comédiens. Puis arrive la métamorphose et voilà que le réalisme côtoie sans peine le fantastique : Madame Géquil se transforme en super-héros, en une Madame Hyde électrique et à l’énergie explosive ! Evidemment, les élèves apprécient, de même que le proviseur (un Romain Duris extrêmement drôle) et l’inspecteur d’académie. Mais la femme de feu peut aussi calciner ce et ceux qu’elle touche, Super Woman maléfique et hautement dangereuse.

Le dernier Serge Bozon est un film déjanté, étrange et violent. Les gens y ont des allures de personnages de dessins animés, la cruauté y devient gag, la science s’y déclame en poésie. Quant à Isabelle Huppert, fidèle à elle-même, elle joue en douceur les basculements hystériques de son rôle, passant sans mal d’une Madame Géquil rétrécie à une Madame Hyde… allumée.

Avis à chaud d’un spectateur
« J’ai eu beaucoup de mal avec les scènes dans la classe, le harcèlement est très bien filmé, on souffre pour elle. Par contre, pour le reste… heu… je n’ai pas vraiment compris de quoi Bozon veut nous parler. » (Florence, 52 ans)

Partager votre avis