Retour à la liste de la catégorie Cinéma
lun. 17 févr. 2020 Cinéma

[zoom] La fille au bracelet

(France 2020) drame de Stéphane Demoustier avec Melissa Guers, Chiara Mastroianni, Roschdy Zem.
Durée : 1h36.

Note de la rédaction :

Un père et ses deux enfants jouent sur la plage, scène sereine et banale. Des policiers s’approchent et repartent avec l’adolescente, on ne comprend pas ce qui se passe, la caméra est trop loin, la scène paraît étrangement calme mais n’est pas lisible.

On retrouve la même jeune fille deux ans plus tard dans sa chambre, un bracelet électronique à la cheville. Son procès débute aujourd’hui, elle est accusée d’avoir assassiné à coups de couteau son amie de lycée Flora. Commencent des tenues de séances tendues où se dessinent les différents possibles du déroulement des faits. Chacun joue son rôle – de défense ou d’accusation – dans la dramaturgie codée de la Justice sans pour autant réussir à saisir une vérité qui s’acharne à fuir. Quant aux parents (Roschdy Zem et Chiara Mastroianni, parfaits), ils contemplent, impuissants et désemparés, cette accusée silencieuse et opaque qu’ils ne connaissent plus : leur fille. Ni confrontations de témoignages, ni vidéos adolescentes de réseaux sociaux, ni reconstitutions d’emplois du temps, ni interprétations des avocats général ou de la défense n’arrivent à éclairer la part inconnue d’une jeunesse que tous ces adultes découvrent sans pouvoir la comprendre. D’autant que la jeune fille (une Melissa Guers fermée comme un poing) ne leur donne aucune piste. On ne peut qu’imaginer en creux qui elle est et ce qu’elle ressent à travers des images aussi contradictoires que pouvait être la relation entre les deux amies.

La fille au bracelet est décidément un film inconfortable, positionnant le spectateur parmi les jurés qui ne peuvent ici avoir que leur “intime conviction”. Que peut-on faire de cela face à la mort d’une jeune fille et à deux familles dévastées ? Face à une accusée peut-être coupable, oui mais pourquoi, peut-être innocente, oui mais de quoi.

Avis à chaud d’un spectateur
« C’est extrêmement bien filmé, avec rigueur, sans pathos, presque sec. Passionnant. Et très dérangeant. » (Gérald, 52 ans)

 

Partager votre avis