Retour à la liste de la catégorie Cinéma
mar. 22 juin 2021 Cinéma # Salle Jacques-Tati

[zoom] Nomadland

(Etats-Unis 2021) drame de Chloé Zhao avec Frances McDormand, David Strathairn, Gay DeForest.
Durée : 1h48.

Note de la rédaction :

Une page se tourne : Fern, la cinquantaine, se décide à abandonner sa maison et Empire, sa ville exsangue de ses habitants et qui n’existe même plus pour l’administration depuis que ses mines d’extraction de gypse ont fermé. Une ville d’entreprise propriété de la US Gypsum Corporation Empire, aussi vite disparue que poussée dans le désert du Nevada. Seule dans sa camionnette soigneusement aménagée avec ses derniers sous, une assiette offerte par son père et la boîte à outils de son mari décédé pour seuls souvenirs, elle prend définitivement la route, sans but précis, au hasard de rencontres avec des “voyageurs” comme elle, de tuyaux qui circulent sur des campements pas chers, de petits contrats de travail, périodes de grandes ventes dans un entrepôt d’Amazon, récolte des betteraves, remplacement dans un diner de bord de route.

Interprétée par Frances McDormand (aussi inoubliable que dans le personnage de Mildred de 3 Billboards, les panneaux de la vengeance, de Martin McDonagh), cette femme endurcie dont les rares sourires bouleversent nous conduit à travers les Etats-Unis des “misfits” des temps modernes et nous permet de faire la connaissance de personnes nomades réelles, telles les si touchantes Swankie et Linda May. Et si nous basculons de l’autre côté d’une effroyable frontière sociale étanche, nous pénétrons grâce à elle dans une société parallèle faite de générosité, de camaraderie, de solidarité et de tendresse malgré la vie rude, le froid ou la brûlure de la chaleur, le manque de confort et beaucoup de passés brisés. Avec elle, nous découvrons la beauté sauvage des paysages américains, le respect de la nature, et l’apprentissage de la liberté, même chèrement payée, procurée par la marge. Fern ne dit-elle pas souvent « Je ne suis pas sans toit, je suis sans maison » quand elle sent sur elle des regards de pitié ?

“Liberté et dignité”, voilà ce que scande Nomadland au fil des kilomètres et des campements. Parce que, n’en déplaise à l’Américan way of life, les perdants du rêve américain peuvent posséder une autre richesse que celle des dollars. Merci à la réalisatrice Chloé Zhao de nous offrir ce film inspiré du livre de la journaliste Jessica Bruder, Nomadland : Surviving America in the Twenty-First Century, paru en 2017, qui mélange intelligemment documentaire et fiction. Un film immensément politique, mais qui ne le dit pas, un film puissamment humain.

Trois Oscars 2021 (Meilleur film Meilleure actrice Meilleure réalisation), Lion d’or à Venise.

Partager votre avis