Retour à la liste de la catégorie Rendez-vous
mar. 17 mars 2020 Rendez-vous # Saint-Nazaire

Enfances en abandon

Entre témoignage personnel et écoute de ceux des autres, le Nazairien Michel Hervoche continue à interroger le passé des enfants pupilles de la Nation et de l’Etat dans les années 50. Le public pourra le rencontrer ce mardi 17 mars à la Maison des associations de Saint-Nazaire.

Quand, arrivé à la retraite, Michel Hervoche écrivait son premier ouvrage, Les trois pupilles de la Nation*, rien ne pouvait supposer un tel succès. Ce récit autobiographique d’une enfance abîmée par l’abandon et le manque d’amour a non seulement été accueilli avec chaleur, mais a délié les langues.

« J’avais besoin d’écrire sur mon histoire, je voulais comprendre en remontant le fil, il y avait chez moi une volonté presque thérapeutique. Ce que j’ignorais, c’est que tant de personnes allaient se reconnaître en moi. J’ai reçu un nombre incalculable de courriers, neuf ans après la sortie du livre, j’en reçois encore au moins un par semaine », s’étonne encore Michel Hervoche.

Abandonné à 2 ans, séparé de ses frères, transformé en objet générique sous l’appellation de “pupille de l’Etat” ou de “gosse de l’Assistance”, il a pourtant su rebondir, avancer dans sa vie, retrouver sa mère puis son père biologiques, et, longtemps plus tard, racheter la maison “paternelle” de sa petite enfance, à l’Immaculée, où il vit toujours aujourd’hui avec la famille qu’il s’est construite. C’est d’ailleurs dans le grenier de cette maison qu’il a trouvé par hasard des cartons remplis de documents et de photographies qui lui ont permis de reconstituer des bouts de son histoire familiale. Et c’est de cela qu’il viendra témoigner ce 17 mars, invité par l’association Loisirs Solidarité des retraités de Loire-Atlantique.

« Mes frères et moi sommes pupilles de l’Etat, condition des enfants abandonnés, nés sous X ou de parents déchus de leurs droits. Mais j’ai appelé mon ouvrage Les trois pupilles de la Nation en hommage aux enfants orphelins de guerre ou d’attentat adoptés par l’Etat, comme le fut mon père, dont le propre père est mort pendant la guerre de 14-18. Il y a tant de choses à en dire, tant de mémoires à réactiver, tant de silences à briser, tant de paroles blessées à écouter et, finalement, tant de gens directement ou indirectement concernés », explique Michel Hervoche, qui, pour élargir son propos et soutenir le débat, projettera le documentaire suisse Au nom de l’ordre et de la morale, réalisé par Bruno Joucla, qui retrace la violence infligée aux femmes qui sortaient du cadre de la conformité sociale et que l’on obligeait à accoucher sous X**. Des vies de femmes brisées, des vies d’enfants. 

* Les trois pupilles de la Nation, de Michel Hervoche, éd. du Traict, 16 €.

** Michel Hervoche est également l’auteur de Derrière les murs (éd. Opéra), qui raconte, sur le même sujet, les secrets de la Maison maternelle du château de Gâtine (Issé, Loire-Atlantique).

Partager votre avis