Retour à la liste de la catégorie Rendez-vous
jeu. 18 nov. 2021 - dim. 21 nov. 2021 Rendez-vous # Saint-Nazaire

Meeting n°18 : La vie des langues, d’Oslo à Hanoï

La 18e édition des rencontres littéraires Meeting organisée par la Maison des écrivains étrangers et des traducteurs de Saint-Nazaire se tiendra du 18 au 21 novembre.

Après l’annulation en 2020, pour sa 18e édition, les rencontres littéraires du Meet seront ancrées sur la vie des langues. D’un pays à l’autre, chaque langue évolue, se nourrit des influences de la littérature mondiale et de sa contemporanité. Sauf peut-être pour Patrick Deville, directeur de la MEET qui reconnaît écrire « pour être lu au XIXe siècle. Je ne fais pas d’effort conscient pour faire évoluer la langue dans laquelle j’écris ». L’évolution de la langue a toujours eu ses partisans et ses détracteurs, en particulier en France où le débat est vif. Dernier exemple en date, le pronom « iel » issu de l’écriture inclusive qui a fait son apparition dans le dictionnaire le Robert.

En invitant des romanciers venant du monde entier, ces rencontres littéraires sont une occasion de dépasser notre horizon hexagonal et notre passion pour la langue comme définition politique, qui l’est d’ailleurs tout autant en Norvège et au Vietnam, deux pays mis à l’honneur pour ce Meeting 2021. « Les écrivains norvégiens sont confrontés à la dualité nationale de leurs langues d’usage, nynorsk et bokmal », écrit Patrick Deville dans sa préface au recueil La vie des langues. Avec ses deux langues officielles en Norvège, chaque écrivain choisit d’écrire dans l’une de ces deux langues. « On peut même identifier de quel territoire de Norvège il est originaire ».

Censure vietnamienne

« Les écrivains vietnamiens manient l’une des rares langues asiatiques transcrites en alphabet latin, le quôc ngû, après les écritures hàn puis nôm d’origine chinoise », poursuit-il dans cet éditorial. Au Vietnam, c’est seulement à partir des années 1920 que le pays a pu avoir accès à la littérature mondiale. Mais celle-ci doit encore franchir l’obstacle de la censure imposée par le parti communiste au pouvoir. « Peste & Choléra a bénéficié d’une sortie politique très officielle avec une préface de l’ambassadeur de France. En revanche, Kampuchéa, mon précédent livre, reste interdit. Même en français », indique l’écrivain récompensé en 2012 du Prix Femina et Prix des prix pour son roman Peste & Choléra. Une censure que combat le poète invité Bui Chat depuis 2003, année pendant laquelle il fonda avec d’autres poètes de Saigon le groupe contestataire “Ouvrir la bouche” (Mo Mieng). « Les livres ont le pouvoir de rendre le monde libre », clama-t-il en 2011 avant d’être arrêté par la police vietnamienne après avoir reçu le prix Liberté de publier de l’Union internationale des éditeurs à la Foire du livre de Buenos Aires.

Langues mortes

Avec des auteurs venus du Portugal, de l’Iran, de Somalie, et de Turquie, la question de la vie et de la mort des langues sera débattue. Les grands classiques sont retraduits tous les vingt ou trente ans. « Les lecteurs français lisent aujourd’hui les œuvres de Rabelais et de Montaigne dans des versions modernisées. Nous écrivons tous dans des futurs langues mortes », pense Patrick Deville. La survie du français viendra-t-elle du monde francophone, plus particulièrement de l’Afrique alors que peu à peu l’anglicisme envahit son usage ? Question d’autant plus actuelle lorsqu’on la compare à la vivacité de la langue espagnole qui digère l’anglais en le traduisant.

///// Prix Laure Bataillon et Bernard Hoepffner  /////

Le prix Laure Bataillon 2021 récompense la meilleure œuvre traduite de l’année et est décerné à Gonçalo M. Tavares et Dominique Nédellec pour Le quartier, les messieurs aux éditions Viviane Hamy. En raison de l’annulation de la dernière édition pour des raisons de crise sanitaire, le prix 2020 a été décerné à François-Michel Durazzo pour Le testament d’Alceste aux éditions Zulma 2020. Le prix Bernard Hoepffner qui récompense les traducteurs sera décerné à Rachel Ertel pour sa traduction de Heures rapiécées de Avrom Sutzkever aux éditions de l’Eclat.

 

///// Les langues en chiffres /////

Langues vivantes les plus parlées selon le nombre de locuteurs natifs (selon la revue Ethnologue, 2018).

Le chinois (mandarin) avec 918 millions de locuteurs natifs ;

L’espagnol, avec environ 570 millions de locuteurs natifs ;

L’anglais, avec environ 470 millions de locuteurs natifs ;

L’arabe, avec 378 millions de locuteurs natifs.

Principales langues vivantes véhiculaires

Une langue véhiculaire est une langue qui permet les échanges entre des groupes parlant des langues différentes. C’est le contraire d’une langue vernaculaire parlée à l’intérieur d’un seul groupe.

L’anglais avec environ 753 millions de locuteurs langue seconde ;

L’hindi avec 274 millions ;

Le français avec 202 millions ;

L’arabe avec 201 millions ;

Le mandarin avec 198 millions.

 

/////////////////////////////////////////////////////////////////////

déjeuner

Les réservations sont ouvertes pour le déjeuner public du 21 novembre
avec les écrivains invités dans le cadre de la 18e édition de Meeting
qui se tiendra dans l’alvéole 12 de la base sous-marine.
Tarif : 20 €.
Réservation : meetingsaintnazaire@gmail.com

 

/////////////////////////////////////////////////////////////////////

Partager votre avis