Retour à la liste de la catégorie Activités
mar. 26 janv. 2021 Activités # Saint-Nazaire

Un espace pour écrire

Un lieu libre et propice à l'écriture, c'est ce qu'a voulu l'auteur Joël Kerouanton, qui donne rendez-vous à tous ceux qui le souhaitent ce mardi 2 février au Garage, à Saint-Nazaire.

Il rêvait depuis plus de trois ans à cet atelier d’écriture différent des autres. Sans thème ni consigne, ouvert à tous les âges, sur une large plage horaire, où on arrive et on part quand on le souhaite, sans inscription, où on s’assoie où on veut et comme on le veut dans un espace collectif ou individuel, où on puisse écrire mais aussi lire les ouvrages mis à disposition. Où échanger, lire à haute voix son texte ou ceux des autres, où demander à être accompagné dans son écriture n’est pas obligatoire, juste possible. Un atelier également ouvert aux auteurs invités par la librairie l’Embarcadère, l’association L’Ecrit parle, Athenor ou la Meet si l’envie leur en dit.

Joël Kerouanton

Un atelier où la seule condition d’entrée est d’arriver avec l’envie d’écrire

« Une quinzaine de personnes d’absolument tous les âges sont déjà venues écrire lors de chaque journée, avec un stylo, un ordinateur* ou une tablette. Certains partagent leurs écrits, ou en discutent, d’autres restent très discrets. Cet atelier se veut juste un activateur d’écriture, et cela semble fonctionner. Ce n’est pas toujours possible d’écrire sur son lieu de vie, changer d’environnement peut être inspirant ou plus approprié à la concentration. Il peut aussi y avoir un effet d’entraînement. Et c’est gratuit, c’est important pour pouvoir toucher tous les types de public. Il est juste demandé d’adhérer à l’association Des voix au chapitre, ce qui donne d’ailleurs droit à une réduction de 5 % sur tous les livres de l’Embarcadère », explique Joël Kerouanton.

Toujours s’ils le désirent, les “auteurs” ont accès grâce à un mot de passe à une plateforme dédiée sur laquelle ils peuvent tout simplement ranger leurs textes dans un dossier personnel, mais aussi les rendre lisibles par les autres participants et utiliser des outils de son et de vidéo.

« Ils peuvent également envoyer leurs textes ainsi mis en page sur les réseaux sociaux ou par courriel. Et je réfléchis à d’autres développements, à des sortes de résidences, cette fois-ci à thèmes, dans différents lieux de la ville. Nous sommes en train de travailler à un pont entre l’atelier et la Maison de quartier de la Bouletterie et nous avons mis en place un partenariat avec les enfants de la Chrysalide qui sont atteints de troubles cognitifs, d’abord hors atelier, puis dans l’atelier. »

Si cette expérience est pour le moment prévue sur trois ans, Joël Kerouanton souhaiterait que cet espace public soit pérenne et se tienne à intervalles plus réduits pour « laisser du temps à l’écriture » et pour que venir écrire « devienne naturel ».

Après deux ateliers de lancement en décembre et janvier, rendez-vous aux amateurs est donc donné ce mardi 2 février.

* Possibilité de prêt d’un ordinateur sur place.

Partager votre avis