Retour à la liste de la catégorie Associations
mar. 28 janv. 2020 Associations # Saint-Nazaire

Les Ami(e)s de May

Depuis son ouverture en septembre 2019, le local des Ami(e)s de May n’a cessé d’accueillir idées et propositions. Et ce n’est qu’un début.

>> Les Sourie Ion en plein atelier cuisine.

Ils ont commencé par relever leurs manches pour réaménager le local mis à leur disposition par l’association Fernand-Pelloutier* au 25, rue de la Renaissance, à Saint-Nazaire. Petite salle conviviale, installation d’une grande cuisine**, bibliothèque, tout est fait pour offrir le meilleur accueil aux membres de l’association des Ami(e)s de May*** et au public. Ils sont aujourd’hui 120 adhérents dont une dizaine plus engagés répartis en collèges qui autogèrent la maintenance et l’animation du lieu. Un espace qui se veut ouvert à tous ceux qui respectent la charte de l’association basée sur les notions de solidarité, de pratiques alternatives, de transmission et d’échange de savoirs.

Depuis son ouverture en septembre dernier, se sont déjà succédés débats, projections, conférences gesticulées, joyeux repas… L’association Solid’ados y a fait des réunions d’information, les Pieds dans le PAF coorganisé un ciné-débat autour du film La soupe au canard avec les Marx Brothers, le collectif Sourie Ion Anti Gaspi (voir page 14) investi la cuisine pour y préparer des plats à base d’invendus des marchés, l’association Terre de slam devant venir y écrire ses derniers textes durant l’après-midi qui précédera son passage à la P’tite scène des halles ce samedi 1er février.

Et vient de débuter un cycle sur la thématique antinucléaire, en lien avec le collectif Bure Sud Bretagne (Pays de Retz, Guérande, Saint-Nazaire et Sud Vilaine), avec un premier rendez-vous le 17 janvier dernier en présence de l’association Déstocamine qui se bat contre l’enfouissement en profondeur de déchets hautement toxiques en Alsace. D’autres rencontres sont prévues, dont une en février avec un collectif de Bure, dans la Meuse, en lutte contre le projet d’enfouissement de déchets radioactifs à 500 m de profondeur (projet Cigeo), une soirée axée sur l’histoire de l’opposition à l’implantation d’une centrale nucléaire en Loire-Atlantique au Pellerin (1976-1981), en lien avec celle de Plogoff (Finistère, 1976-1981), puis au Carnet (1982-1997), et la projection au cinéma Jacques-Tati de Fukushima le couvercle du soleil, de Futoshi Sato, qui raconte les jours qui ont suivi la catastrophe du 11 mars 2011.

Un lieu ouvert où s’informer, apprendre et réfléchir, mais aussi tout simplement discuter en passant du bon temps. A suivre. 

* Association nantaise dont l’objectif est l’étude et la diffusion de la pensée et des travaux de Fernand Pelloutier (1867-1901), journaliste, fondateur de la Bourse du travail de Saint-Nazaire, secrétaire et bâtisseur de la Fédération nationale des Bourses du travail.

** L’association est preneuse de tout don de matériel de cuisine et de fournitures de bureau.

*** Du nom de Marie-Jeanne Picqueray, dite May Picqueray, originaire de Savenay (1898-1983), humaniste militante antimilitariste anarcho-syndicaliste, créatrice du journal Le Réfractaire, journaliste à Libération et au Canard enchaîné.

Partager votre avis