Retour à la liste de la catégorie Associations
mar. 09 nov. 2021 Associations # Saint-Nazaire

Le forró, musique et danse du Brésil

Immersion dans la culture populaire du Brésil avec l'association Les pieds ont des oreilles qui propose concerts et danse.

Le forró est au Brésil ce qu’est le tango en Argentine, ou encore ce qu’est la valse en France, une danse pratiquée par tous. C’est tout à la fois un style de musique traditionnelle avec un mélange d’accordéon, de gros tambour plat (zabumba), de triangle et de tambourin et une danse sensuelle qui trouve son origine dans le Nordeste du pays. Pas aussi connue que la salsa cubaine, cette pratique trouve pourtant peu à peu sa place dans le paysage culturel français. Et elle a ses adeptes. Depuis 4 ans l’association les Pieds ont des oreilles cherche à la promouvoir sur Saint-Nazaire.

« A Nantes, je pratiquais le forró. En venant habiter sur Saint-Nazaire, je ne trouvais essentiellement que de la bachata ou encore de la salsa », souligne Alice Vigneron, la présidente.

« C’est une pratique qui se développe. Dans nos régions de l’ouest, et en particulier en Bretagne, c’est par le réseau des bals traditionnels qu’elle connaît un certain essor. Par ailleurs, le Brésil a été très en vogue quelques années ». Le forró s’est implanté en France grâce en partie à l’année du Brésil en 2005 qui a rencontré un vif succès. Selon un rapport d’information du Sénat en 2009, près de 15 millions de personnes avaient été touchées par l’événement, soit près d’un quart de la population française. « Plus de 430 manifestations culturelles (danse, photographie, peinture, édition, musique, théâtre ou cinéma) ont été organisées dans 161 villes françaises et environ 2 000 artistes brésiliens de toutes les disciplines ont pu exposer leurs œuvres ». L’association multiplie les initiatives pour faire connaître cette musique mais aussi pour pouvoir pratiquer la danse. « Nous essayons d’organiser un concert tous les deux mois au bar l’Appart. Nous invitons des artistes brésiliens qui sont en tournée en Europe ». Pour pouvoir faire venir les artistes, l’association nazairienne s’est d’ailleurs rapprochée des différentes associations de la région comme Brasil No Pé à Nantes. « Pour nous c’est l’occasion de pratiquer sans être obligé d’aller à Nantes. De même nous organisons des cours. Nous apprenons aux élèves à guider et à être guidés. Car au départ, on avait surtout un public féminin, mais les choses se rééquilibrent peu à peu », convient Alice Vigneron. Envie de danser et d’explorer d’autres horizons culturels, l’association propose ses cours tous les mercredis à la salle Carnot à 19h.

Partager votre avis