Retour à la liste de la catégorie Retours sur événements
jeu. 19 juil. 2018 Retours sur événements # Saint-Nazaire

Un sacré tintamarre à Saint-Nazaire !

Il y avait foule pour la 2e édition de Tintamarre et Charivari à Saint-Nazaire. Les deux maisons de quartier sont prêtes pour une 3e édition !

La Cuisine par la Cie Maboul Distorsion.

« C’était mieux que l’année dernière ! », affirment les deux Maisons de quartier de Saint-Nazaire, la Chesnaie et la Bouletterie, à propos de la 2e édition de Tintamarre et Charivari qui s’est tenue les 6 et 7 juillet, place Nadia-Boulanger. Du soleil, des spectacles de qualité et « plus de monde que lors de la première édition ». En 2017, l’affluence avait été estimée à 400 personnes par jour. Cette année, les organisateurs ont été étonnés par la foule du samedi. « On dépasse largement les 400 personnes ce jour-là », confie Touati Merniz, directeur de la maison de quartier de la Bouletterie.
Le spectacle La Cuisine par la Cie Maboul Distorsion a ravi plus de cent personnes, le Mito Circus (50 places sous chapiteau) a proposé quatre représentations sur les deux journées et une réservée aux scolaires mais n’a pas pu satisfaire tout le monde, et la Piste à dansoire a fait danser le public. « Il y avait même la queue au stand maquillage ! C’était une très belle édition sous le soleil. Et le public extérieur à nos deux quartiers était bien plus nombreux que l’année dernière. C’est donc un pari gagné pour nous car ce festival, en plus de l’aspect convivial et festif, a aussi été créé pour favoriser la mixité des publics, le vivre ensemble et le partage », souligne Laurence Hargand de la maison de quartier de la Chesnaie.

Une autre image des quartiers ouest

Fanfare Ca va Mania ©J.Juteau

Ce « village artistique » a mobilisé plus de 70 bénévoles dont 24 jeunes, les écoles Léon-Blum et Rebérioux pour la décoration, des membres de différents ateliers (ateliers créatifs, couture…) animés par les deux maisons de quartier mais aussi 14 jeunes en chantiers éducatifs pour la sono et la lumière, le montage des chapiteaux et la sécurité et la collaboration du collectif nantais Mobil Casbah pour la programmation et la technique. « C’est un travail partenarial qui montre aussi la richesse de nos quartiers », insiste Touati Merniz qui rappelle qu’une vingtaine de partenaires accompagnent ce festival, comme l’OMJ, la médiathèque, le Conservatoire, l’Amicale laïque Chédid, Oppelia, Au bonheur des bennes, l’ADPS, Unis cité… Une union qui a fait le bonheur du public : « Nous avons eu de nombreux retours positifs sur Facebook, lors d’ateliers créatifs une petite fille a dessiné un cœur en écrivant que Tintamarre et Charivari était un super festival et certains nous demandent même pourquoi on ne fait pas ça plus souvent ! » Les deux maisons de quartier sont donc motivées et prêtes à repartir pour une nouvelle édition.

 

Scène ouverte

Cie Drapés aériens ©J.Juteau

///// Tintamarre et Charivari en chiffres ////

plus de 70 bénévoles,
plus de 20 prestations artistiques,
8 prestations sur la scène ouverte,
12 ateliers,
5 stands de restauration.

 

Partager votre avis