Retour à la liste de la catégorie Sortir
jeu. 14 mai 2020 Sortir # Saint-Nazaire

La fresque des potes

Parfois du pire naît le meilleur. Preuve en est – et sera longtemps – la fresque que peignent aujourd'hui à l'hôtel de L'Europe de Saint-Nazaire des personnes sans domicile abritées d'urgence pendant le confinement de la population.

Les personnes sans domicile fixe accueillies à l’hôtel de L’Europe quitteront leurs chambres le 2 juin au matin, date de fin du dispositif gouvernemental mis en place en début de confinement. Une double aventure s’est vécue dans ce petit immeuble du centre-ville : la commune à toute la population, celle de l’enfermement sanitaire, et l’autre, particulière, faite d’entraide face à l’adversité et d’amitiés tissées.

>> Jean-Benoît

Alors, au moment de retourner “à la vie d’avant”, à la rue ou de squat en squat, ces résidents temporaires ont tenu à remercier Laurent Dupont, le gérant de l’hôtel qui leur a ouvert ses portes, en créant une grande fresque “covid-19” à l’entrée du patio.

« Cette fresque est pour lui, nous voulions lui offrir quelque chose de nous, pour tout ce qu’il nous a donné. Et pour Saint-Nazaire aussi, qui m’a changé par son sens de la solidarité », explique Malik, qui a récemment trouvé du travail chez Burban, maraîcher à La Baule, où il s’est rendu durant tout le confinement sur un scooter de location.

>> Malik

Laurent Dupont a non seulement accepté, mais il a même débloqué une petite somme pour l’achat des peintures. « Parce que moi aussi je les remercie de cette aventure humaine partagée, répond Laurent Dupont. Une personne que je ne citerai pas a dit que nous étions en guerre. A chaque guerre ses monuments, non ? En voici donc un, celui de notre guerre contre le coronavirus, contre la précarité aussi. Dans un hôtel construit avec les dommages de guerre en plus ! Il est important pour nous tous que subsistent des preuves de ces deux mois exceptionnels passés ensemble. »

Jean-Benoît, 40 ans, est quant à lui l’artiste qui a entraîné Malik, 53 ans, François, 34 ans, et Nico, 51 ans, qui n’avaient pas encore découvert leur goût pour le street art. A eux trois, ils éclatent de couleurs les murs habituellement réservés au passage des voitures de la clientèle. « Ce sont les seuls murs qui m’appartiennent, les autres sont en copropriété avec les voisins, personne ne pourra donc y toucher. Et là, elle sera protégée des intempéries. Cette fresque est faite pour être pérenne », insiste Laurent Dupont.

>> François

S’ils se sont voulus discrets sur le sens de ce qu’ils y avaient mis de personnel, les trois peintres sont beaucoup plus loquaces sur leur plaisir à partager ces pans de murs et ces pots de peinture. « On va laisser une mémoire ici, on ne va pas disparaître », confie François dans un sourire. « Grâce à Laurent, aux bénévoles de l’ASC et du Carillon, aux chefs qui ont cuisiné pour nous, nous sommes revenus aux autres, à la vie, à la ville. C’est une trace inoubliable qui restera en nous. Et puis, nous sommes un groupe maintenant, ça change beaucoup de choses », renchérit Jean-Benoît.

Des résidents qui comptent bien fêter* le vernissage de la fresque autour de Laurent Dupont avec l’ASC et tous les bénévoles qui les ont accompagnés durant ces deux mois.  Chaque acteur de cette chaîne de solidarité sera alors invité à signer l’œuvre terminée, à laisser aussi sa trace, quand d’autres chanteront la chanson qu’ils ont écrite sur l’air de Brassens, Les copains d’abord, sous l’impulsion de la bénévole Chris : “Qu’on se le dis’ au fond des ports”.

* En respectant les gestes de précaution.

>> Malik

 

///// LES NOUVELLES DISPOSITIONS /////

– Jusqu’au mardi 2 juin, les personnes sans domicile fixe sont donc accueillies à l’hôtel de L’Europe et à des horaires particuliers à cette crise au foyer d’urgence Blanqui. Ouvert 24h/24 durant le confinement, celui-ci sera en effet jusqu’à cette même date fermé de 9h30 à 14h.

– Les bons alimentaires journaliers de 7 euros octroyés par l’Etat continueront à être distribués, toujours jusqu’au 2 juin, à celles sans aucunes ressources.

– L’ASC a rouvert sa salle de restauration ce mardi 12 mai avec le retour de ses bénévoles “historiques”. Les petits déjeuner et les déjeuners y sont à nouveau servis (une personne par table).

– Le foyer Blanqui assure à ses résidents le petit déjeuner et le dîner. Le repas de midi se fait par ticket service.

– La Ville de Saint-Nazaire laisse les douches du gymnase Carnot à disposition de l’ASC jusqu’à la fin mai (lire article). Celles-ci sont ouvertes sur rendez-vous de 11h à midi.

« Trois à cinq personnes les utilisent chaque jour. Ce sont des sans-abris que nous ne connaissions pas auparavant, qui vivent dans des tentes, dans leur voiture ou à la Maison du peuple. Cela nous a permis de rentrer en contact avec eux, de créer un lien », explique Corinne Praud, directrice de l’ASC.

 

Partager votre avis