Retour à la liste de la catégorie Spectacles
sam. 04 mai 2019 - mer. 26 juin 2019 Spectacles # Saint-Nazaire

Comme des accents de milonga

Cette année, la saison musicale du Conservatoire a des notes latines,
entre tango argentin, jazz espagnol ou steelband caribéen.

L’orchestre Silbando

Avec son Paseo hispanico, le Conservatoire de musique et danse de Saint-Nazaire part en Amérique latine, comme ont pu le faire aux XIXe et XXe siècles « des paquebots de la Compagnie générale transatlantique vers le Mexique, le Panama et les Caraïbes », souligne Jean-Jacques Lumeau, adjoint à la culture de la Ville. Encadrés par des compositeurs argentins de renom, un chorégraphe français et des artistes amateurs et professionnels, les élèves du Conservatoire de Saint-Nazaire feront résonner dans la ville les sonorités hispaniques jusqu’au 26 juin.

Pour mettre un premier pied dans cette culture, l’association dongeoise Totalmente Tango invite l’orchestre Silbando, ensemble de tango franco-argentin. « Il s’agit de l’un des ensembles les plus demandés en Europe. Silbando fera un concert le 4 mai, puis animera une milonga avec le DJ El Pillo. Ce temps fort correspond au festival que nous organisons chaque année », précise Damien Vasquez, vice-président de cette association créée en 2011. Ce bal tango sera entrecoupé d’une “respiration” menée par des élèves de classes à horaires aménagés du collège Jean-Moulin avec une danse traditionnelle paysanne argentine appelée “Chacarera”.

« Une milonga répond à des codes que l’on ne peut pas acquérir en quelques séances, cette danse sera donc surtout un moment de fête pour les enfants. »

Julien Grosvalet

La danse reviendra les 6 et 7 juin avec les élèves en classique et contemporain du Conservatoire. Les uns présenteront des extraits du ballet de répertoire Paquita, de Joseph Mazilier et Paul Foucher, et les autres évolueront dans la chorégraphie Hasht#g, un “paseo cibernético” (promenade cybernétique) interrogeant le rapport de l’Homme à la machine créé avec Julien Grosvalet, de la Cie R14.

 

Gerardo Jerez Le Cam © Thomas Hammje

Côté musique, le compositeur et pianiste argentin Gerardo Jerez Le Cam a fait répéter différents groupes et classes en premier cycle, soit plus de 200 élèves, autour d’un conte musical argentin composé pour chœurs et orchestre, Agua y Fuego, qu’ils présenteront les 9 et 10 mai.

 

Martin Matalon

En juin,  le piano et les percussions rencontreront au théâtre Jean-Bart l’électronique et le multimédia au travers de deux pièces de musique des compositeurs argentins Martin Matalon et Arturo Gervasoni. Les élèves et enseignants entraîneront ensuite le public à Porto Rico pour deux concerts à la Galerie des Franciscains le 18 juin. Le voyage se poursuivra entre “bailecito y flamencas”, steelband aux couleurs caribéennes et jazz, jusqu’au mercredi 26 juin, jour du dernier concert de l’année des élèves du Conservatoire dirigés par Martin Matalon, professeur au CNSMD de Lyon, et accompagnés en partie des musiciens de l’Orchestre symphonique de Saint-Nazaire.

 

///// EN RÉFLEXION /////
Le Conservatoire a repris ses activités le 23 avril après l’incendie qui a détruit son hall d’accueil. A l’heure actuelle, une réflexion est menée pour conjuguer ces travaux avec le projet d’extension du bâtiment et la création d’un auditorium. « Nous discutons avec les architectes. L’idée de déplacer l’entrée a été émise, donc est-il judicieux d’entreprendre des travaux maintenant alors que le Conservatoire fonctionne sans ? », interroge Jean-Jacques Lumeau.

Partager votre avis