Retour à la liste de la catégorie Spectacles
ven. 20 sept. 2019 Spectacles # Saint-Nazaire

“Boire” : verbe du troisième groupe

Fabienne Swiatly revient à Saint-Nazaire pour une nouvelle rencontre avec les habitants d’une ville avec qui se sont tissés des liens puissants durant ses résidences d’écriture au Centre de culture populaire.

Saint-Nazaire, l’auteure, poète et photographe Fabienne Swiatly s’y est frottée à plusieurs reprises. Accueillie par le Centre de culture populaire en 2016 et 2017, elle était venue à la rencontre de salariés en équipes de 2/8 ou de 3/8 lors de résidences d’écriture dont le thème était le travail décalé, qu’elle avait poétiquement nommé “La nuit dans mes chaussures”. Elle avait extrait de ces échanges la trame de son écriture dans le recueil 44 nouvelles de Saint-Nazaire (éd. Color Gang), dont elle avait fait des lectures dans des entreprises locales et aux Abeilles*. La voilà donc à nouveau invitée par le Centre de culture populaire, rejoint par les associations L’écrit parle et Des sources et des livres, pour une représentation de sa pièce Boire, mais aussi parce que de tels vécus partagés ne peuvent s’interrompre brutalement à la fin d’une résidence.

Du roman au théâtre

Boire** est d’abord un roman paru en  2007, ou plutôt un roman d’une autobiographie assumée. Construit sur de courts fragments, il dessine au fil des pages une mosaïque dont les tessons sont les membres d’une famille, le père, la mère, le frère, la sœur… et le liant la consommation d’alcool, « l’ivrognerie » selon les mots mêmes de l’auteure. Cet alcool que chacun avale différemment, selon sa place, son rôle et ses cicatrices, cet alcool toxique dans une famille toxique. Par une langue aussi crue que la souffrance peut l’être, Boire serait comme une description systémique d’une famille mitée de silences, de non-dits, de manque de mots.

Un texte dépouillé d’emphase, troué d’espaces vacants, qui avait toutes les qualités pour être adapté au corps théâtral. S’est ainsi glissée dans ces interstices la comédienne Anne de Boissy, mise en jeu par Guy Naigeon, de la Cie Les trois-huit. Sur scène, des verres et encore des verres, du rouge et encore du rouge, et cette femme qui devient narratrice des autres et peut-être d’elle-même tant elle ne sait plus de quoi elle est faite, avec ou sans cette compagne qui la fait parler, délirer et chuter dans le sommeil. Un texte puissant qui interroge sur l’addiction, bien sûr, mais aussi sur l’écriture et ses conditions. 

* Elle avait également imaginée une nuit de l’écriture au Garage.
** Editions Terre Noire. Boire sera réédité en 2018 sous le nom Boire et plus avec un nouveau chapitre qui relate sa cure de désintoxication.


La soirée se découpera en trois parties :  une rencontre avec l’auteure animée par Jean-Pierre Suaudeau, membre de L’écrit parle (gratuit), un buffet (gratuit), la représentation de Boire (9 €, adhérents CCP et moins de 18 ans 6 €).

Boire sera également accueilli par Des sources et des livres samedi 21 septembre, 19h, au Centre culturel de Saint-Molf.

Renseignements : 06 22 94 11 55.


 

Partager votre avis