Retour à la liste de la catégorie Spectacles
mar. 25 janv. 2022 Spectacles # Saint-Nazaire

Des « Emotions » en suspens

La compagnie Arts Symbiose a présenté son dernier spectacle jeune public « Emotions » à la médiathèque Etienne-Caux. Comme de nombreuses compagnies, elle est confrontée à l’incertitude pour ses programmations. 

Mercredi 19 janvier. Médiathèque Etienne-Caux. Une fille en robe blanche, un bateau à voile bleue, deux ballons rouges et un pied bandé de noir. Dans un spectacle centré sur les émotions qui passent, Karine Le May de la Cie Arts Symbiose met tout son talent à partager avec ses jeunes spectateurs surprise, colère, peur, joie. Dans le public, on perçoit les babillages, les rires, l’étonnement.

Poésie douce et tendre

Talent indéniable de mime et clown, un théâtre d’objet millimétré, des paroles rares, l’univers coloré et émotif s’installe. Le lien précieux entre artiste et public, celui qui a tant manqué, se tisse vite et sans peine. L’univers de la Compagnie Arts Symbiose , qui laisse une belle part à la poésie, au burlesque et à la douceur fait mouche. Emotions est leur 4e spectacle jeune public. Une de leurs créations, Huumm des légumes avait été jouée des centaines de fois.

Fragilité actuelle du spectacle vivant

Créée en 2001 à Pornichet par Karine Le May et Jean-Luc Rivière, Arts Symbiose combine créations jeune public et conférences-spectacles. Jean-Luc Rivière travaille aussi avec les Chantiers de l’Atlantique et a dernièrement mis au point une conférence sur les addictions.  Les deux artistes s’investissent dans les ateliers en milieu scolaire. Il est pourtant ardu en cette période, même pour une compagnie aussi expérimentée de tracer son chemin sereinement entre reports et manque de dates. « Va-t-on jouer ou pas ? », résume Karine Le May. La semaine dernière, elle a connu une annulation à 24 heures du spectacle pour raison sanitaire.

« On y croit toujours mais on se sent en fragilité. Les programmateurs n’osent pas s’engager, c’est une incertitude supplémentaire ».

Une illustration locale de la fragilité qu’a entraînée la crise sanitaire pour le spectacle vivant.

Partager votre avis