Retour à la liste des films
Cinéma # Salle Jacques-Tati

[zoom] Julie en douze chapitres ūüé•

(Norvège 2021) drame de Joachim Trier avec Renate Reinsve, Anders Danielsen Lie, Herbert Nordrum.
Durée : 2h08.

Note de la rédaction :

Julie a bient√īt trente ans. Elle √©tudie la m√©decine, puis la psychologie et finalement s’int√©resse √† la photographie.

Mais que veut-elle exactement¬†? Magnifiquement interpr√©t√©e par Renate Reinsve, cette trentenaire scandinave semble naviguer √† vue dans la vie, sans objectif pr√©cis, au fil de ses coups de cŇďur.¬† Cela pourrait √™tre un r√©cit d’une banalit√© affligeante, s’int√©ressant √† une personnalit√© peu encline √† se poser.¬† Pourtant, elle est directe et attachante. Parle sans fard, √† mots crus et choisis de sexualit√© et de patriarcat. S’affirme, √† contre-courant, avec une d√©termination nonchalante. Elle a peur de se laisser pi√©ger, de n’√™tre plus elle-m√™me. Elle reconna√ģt ¬ę partir en vrille tous les six mois ¬Ľ, se sent spectatrice de sa vie. Elle aime sinc√®rement, se passionne. Puis se d√©tache.¬† Le ton choisi par le r√©alisateur Joachim Trier (Oslo, 31 ao√Ľt) semble anodin.

Tomb√©e amoureuse d’Aleks, un dessinateur de bd √† succ√®s plus √Ęg√© qu’elle et en mal d’enfant, elle peine √† s’engager. Ou r√©siste, avec ses armes, √† une vie qu’on veut lui imposer.

Fuir et choisir

Comme chacune, elle trimbale son lot de blessures d’enfance. Elle agace, en perp√©tuelle insatisfaite, qui ne se plaint pas, mais varie. Elle croise la route d’Eivind lors d’un mariage o√Ļ elle s’invite, sans g√™ne. Ils nouent un d√©sir √† la fois direct et distant. Une s√©duction brutale, qui bouscule leurs couples √©tablis. Un lien irr√©sistible qui dans un moment magique, suspend le temps pour isoler les deux amants du monde. Julie sait toujours s’√©chapper pour demeurer elle-m√™me et poursuivre sa route. Pourtant, personne ne sort indemne, ni ne laisse aucune trace chez les autres. La fausse l√©g√®ret√© de la narration embarque le spectateur dans une passivit√© confortable. La derni√®re partie du film ouvre une s√©quence tr√®s √©mouvante, inattendue. Un formidable portrait, d√©licat et sans complaisance, d’une femme du XXIe si√®cle.