Retour à la liste de la catégorie Associations
mer. 17 juin 2020 Associations # Saint-Nazaire

Appel à hébergeurs solidaires

A l'initiative du Secours Catholique, quatre jeunes mineurs isolés étrangers actuellement à Nantes seront scolarisés en septembre prochain au lycée professionnel Sainte-Thérèse de Saint-Nazaire. Le réseau des Hébergeurs solidaires lance un appel auprès de familles nazairiennes prêtes à leur offrir un toit.

« A Nantes comme ailleurs, les mineurs isolés étrangers en attente de reconnaissance de minorité par les autorités mais non protégés par la protection de l’Enfance, ou en recours auprès du tribunal pour enfants, vivent dans la rue, dans des squats ou appellent le 115 pour dormir en foyer d’urgence. Les bénévoles du Secours Catholique de Nantes accompagnent actuellement dans leur scolarité une vingtaine d’entre eux. Jusqu’à peu, nous le faisions uniquement de façon individuelle, mais nous y ajoutons maintenant le collectif à travers des rencontres en groupe de jeunes Nantais et de mineurs étrangers isolés dans l’objectif d’élaborer des projets en cohérence avec leurs parcours. Ces échanges ont fait apparaître que la première demande exprimée était un accès à l’école. Nous nous sommes donc tournés vers les établissements scolaires du territoire et nous avons reçu des réponses positives à Nantes, à Ancenis et de l’école Sainte-Thérèse de Saint-Nazaire », explique Anna Larquier, animatrice de réseaux de solidarité du Secours Catholique Nantes.

Ces quatre jeunes garçons prépareront sur deux ans un CAP Logistique et Commerce. Or, si les frais de scolarité et de cantine seront pris en charge par le Secours Catholique, demeure le problème du logement. Par le biais de l’antenne du Secours Catholique Saint-Nazaire, contact a été pris avec l’association Solid’Ados 44, le collectif des hébergeurs solidaires nazairiens qui accueille déjà à ce jour dix jeunes migrants.

« Le réseau est composé aujourd’hui de vingt familles car il est nécessaire que deux familles au moins se partagent en alternance l’hébergement d’un mineur, pour pouvoir souffler. Ce sont des jeunes personnes très mûres, courageuses et volontaires, mais il ne faut pas oublier les traumatismes, les coups de baisse de moral et le besoin de soutien dans les méandres des démarches administratives », avertit Babeth Gautier, membre du réseau qui héberge un jeune Camerounais depuis plus d’un an. « C’est aussi d’une richesse immense », ajoute-t-elle.

Les Hébergeurs solidaires de Saint-Nazaire recherchent donc au moins huit familles pour ces quatre nouveaux arrivants sur la ville, huit familles prêtes à offrir pour un temps un toit et une vie d’adolescent à ceux qui ont tout perdu hormis leur volonté de se construire une existence digne de ce nom.

Lire notre article “Ouvrir sa porte”, du 14 janvier 2020.

 

Partager votre avis