Retour à la liste de la catégorie Jeu
mar. 10 avril 2018 Jeu

Une pointe de sel ?

Ma p’tite Saline : un kit ludique et éducatif pour assaisonner ses loisirs comme son assiette quand arrivent les beaux jours.

Bénédicte Brossolet et Lionel Saur.

Dans son coffret de bois transportable, Ma p’tite Saline est la reproduction miniature d’un marais salant, sous forme d’un bac avec ses deux œillets, son trémet (aire de stockage saisonnière) et sa ladure (aire de stockage journalière). Grâce à une notice pédagogique sur le fonctionnement d’une saline et un petit las (l’outil pour récolter le sel), l’objectif est de produire soi-même en un minimum de temps (de deux heures à deux jours, selon les conditions météo) l’équivalent d’une cuillère à café de sel, entre fleur et gros sel. Pour ce faire, il suffit de s’approvisionner en eau de mer, et de laisser faire le soleil et le vent.

Le concept est aussi simple qu’efficace. Tellement simple que l’on s’étonne qu’il n’ait pas été développé plus tôt : « Ma p’tite Saline est née sur l’idée du Pouliguennais Lionel Saur, qui initiait déjà ses enfants à la fabrication du sel. Pour que cet amusement familial devienne un vrai jeu accessible à tous et utilisable partout, il s’est rapproché de deux amis designers qui ont planché sur les dimensions idéales pour que cela fonctionne et le choix des matériaux qui devaient être 100 % recyclables, issus de la région et surtout conformes aux normes de sécurité », explique Bénédicte Brossollet, co-gérante de Pâte à Têtard, l’entreprise locale créée pour pouvoir commercialiser Ma p’tite Saline.

Passé les étapes d’élaboration puis de validations officielles, le jeu Ma p’tite Saline est donc mis en vente en juillet dernier, via le réseau Facebook : « L’équipe a débuté en fabriquant 80 boîtes, quatre semaines plus tard, elle en avait vendu 500 ! » Un succès immédiat et des retours d’estime inespérés : « Les enfants ne sont pas les seuls à apprécier, les adultes aussi sont ravis de cette activité qui permet de se reconnecter à l’essentiel, à la nature, et d’en accepter ses lois car, à moins de tricher en mettant le bac sur le radiateur, s’il ne fait pas beau, il faut attendre. Comme un apprenti paludier ! D’ailleurs, beaucoup de sauniers professionnels ont été bluffés par l’efficacité et le côté pédagogique du jeu ! »

Et le succès ne s’arrête pas là puisque Ma p’tite Saline a obtenu quelques mois après son lancement le Défi international et attractivité des Audacity Awards 2017, avant de participer au salon des entrepreneurs Nantes/Grand Ouest puis au salon nautique de Paris grâce au soutien de Cap Atlantique et de la Région.

« Aujourd’hui, nous nous rapprochons des collectivités locales car Ma p’tite Saline est un bel outil pour promouvoir notre territoire. Nous envisageons également de travailler avec l’Esat Marie-Moreau de Saint-Nazaire, cela faisant partie des valeurs que nous défendons. »

Et le monde est vaste : mer baltique, des Caraïbes ou de Marmara… Ma p’tite Saline rentre dans une p’tite valise. Et non, ce n’est pas M. Carrefour qui fabrique le sel…

Partager votre avis