Retour à la liste de la catégorie Musique
mar. 05 nov. 2019 Musique # Saint-Nazaire

Aucun sens, comme à l’ancienne

“Aucun sens”, c’est un concentré de hip-hop, de rock, de rage et d’humour : tout l’esprit du groupe Amère Plume en un album.

« Notre première scène, c’était le tremplin Plus de zic à Quai des arts de Pornichet », se souvient Jérémy Pariente, bassiste du groupe nazairien Amère Plume. Depuis 2013, la bande d’amis a joué lors de la fête de la musique à Saint-Nazaire, au festival Les Couchetards à Saint-Joachim, au Ferrailleur à Nantes ou encore au Back Stage café à Paris dans le cadre du tremplin Emergenza 2016 où ils ont reçu le prix de la meilleure prestation scénique lors de la finale régionale. Et c’est après avoir écumé les scènes et les bars de la région pendant six ans et après avoir sorti un EP en 2014, que les cinq musiciens* sortent leur premier album, Aucun sens. « Ça faisait un moment que cette idée était présente dans nos têtes, mais le groupe a bien trouvé sa place sur scène, ce n’était donc pas une priorité. Maintenant, on a envie d’aller plus loin, de toucher des scènes plus grandes. Un album, c’est un objet important pour un groupe, ça marque une étape. Cela va nous permettre de démarcher les programmateurs de festivals, par exemple », explique Jérémy Pariente.

Cet opus de seize titres a été enregistré à l’été 2018 au studio OHM de Saint-Nazaire par son créateur Yann Tournay et masterisé au West West Side Music par Alan Douches grâce à un financement participatif. L’ambiance y est assez sombre et lourde, à l’instar de leur univers scénique, mais toujours teintée d’humour avec des interludes bien pensés, comme ceux intitulés Bip et Miaou FM. « On a repris la recette des bons vieux albums de rap. On est resté dans cet esprit-là, un peu old school. Peut-être que ça reviendra un jour ! » Une culture rap qu’ils aiment mélanger au rock et au hip-hop. « Depuis nos débuts, on crée une musique hybride de par toutes nos influences. On écoute un peu de tout, on a une culture musicale assez variée, donc on se complète bien. »

Aucun sens regroupe des morceaux déjà interprétés sur scène, quelques nouveautés et surtout des textes à l’esprit contestataire. « On a un côté “revendicatif pas content“ ! Et on aime en parler dans nos chansons, mais on ne veut pas que ça fasse de nous un groupe seulement politisé. » 

* Alexandre Thiot au chant, Djamel Gomez à la batterie, Nicolas Thebaud à la première guitare, Bastien Georges à la seconde et Jérémy Pariente à la basse.

Partager votre avis