Retour à la liste de la catégorie Rendez-vous
jeu. 04 nov. 2021 Rendez-vous # Saint-Nazaire

Florentine Rey la poésie des Chantiers

L'artiste poète a terminé sa résidence au CCP. Elle sera sur la P'tite Scène des Halles jeudi 4 novembre pour restituer sa vision du monde des Chantiers.

En avril dernier, en pleine crise Covid, Estuaire avait déjà rencontré Florentine Rey en résidence au CCP (centre de culture populaire). Dans sa chambre d’hôte de la Compagnie des 5 Mondes, la poétesse originaire de Saint-Etienne commençait à découvrir Saint-Nazaire et l’univers des Chantiers.

« A cause de la crise, je croisais peu de gens, mais j’entendais le bruit des machines. Je découvrais un autre vocabulaire, celui du métal que les hommes façonnent ».

Ne pouvant plus réaliser l’objet de sa résidence qui était portée sur le travail, car les portes des entreprises lui étaient fermées, elle décide alors de contourner le problème en se concentrant sur les « à-côtés, les non-dits », de donner une « autre lecture de la réalité ». « J’ai proposé aux gens de faire un rêve éveillé. Avec Claire Burban, on a mis deux chaises dans différents paysages des chantiers, et on a demandé aux habitants et aux travailleurs de rêver. De se couper de cette énergie très masculine qui se dégage de cet endroit. Car ici les hommes sont en fait des machines. Pendant un instant, ils se sont ressourcés. On a révélé leur potentiel, on a créé des communs, ça nous a fait beaucoup de bien ». Une pause bienveillante qui leur a permis de changer le temps de quelques instants leur regard sur le paysage quotidien de leur environnement professionnel.

Demain, poésie du quotidien

De ces trois mois de résidence fractionnés par session de trois semaines, Florentine Rey a réalisé un premier film, qu’elle a présenté dans les médiathèques de la Carene le week-end dernier. Mais elle a aussi demandé à ces travailleurs au sortie de leur entreprise d’écrire un paragraphe de ce qu’ils allaient faire demain. « Ça pouvait être je dois passer chez ma mère ou faire les courses. Des choses banales, très concrètes, ancrées dans la vie des gens. Ces phrases, je les ai ensuite transformées, déconstruites pour en faire des fragments de poésie ». Car ce qui fait vibrer Florentine Rey, c’est la poésie qu’elle a découvert il y a une dizaine d’années après s’être essayée à la musique, à la vidéo et au roman.

« En France, la poésie contemporaine est perçue comme un art qui sent un peu la poussière. Alors qu’au contraire, elle est avant-gardiste, elle envoie des messages non-conformistes. On peut aller à l’essentiel avec plus de liberté ».

Artiste nomade, elle aimerait aujourd’hui se rendre aux Etats-Unis ou en Amérique du Sud. « Là-bas, la poésie est quelque chose de normal et reconnu ». En attendant le grand voyage, elle reprend son baluchon de ménestrel pour aller poser un nouveau regard, toujours sur le monde du travail et des ouvriers, aux anciennes mines de fer à Segré dans le Maine-et-Loire.

Partager votre avis