Retour à la liste de la catégorie Spectacles
sam. 12 sept. 2020 Spectacles # Saint-Nazaire

Festival Farniente à Saint-Nazaire : vue sur mer

Le festival de musique alternative n’abandonne pas son public et ses artistes.
Sa 14e édition a été reprogrammée pour ce samedi 12 septembre, toujours à la plage de Monsieur Hulot.

Roger Raspail

Small is beautiful, “tout ce qui est petit est beau”. Ce slogan que se sont approprié les mouvements alternatifs, politiques comme culturels, le festival Farniente l’a fait sien. Sa 14e édition qui se déroulera samedi 12 septembre garde donc la même formule “underground” qui fait son authenticité et sa réputation : des artistes qui sortent des sentiers battus et des circuits traditionnels jouant dans le cadre magnifique qu’est la plage de M. Hulot. Une simplicité revendiquée : ici, pas de salon VIP, de barrières ou de vigiles, à la fin de leur concert les artistes restent à portée du public.

Tenir bon

Si les gros barnums qui attirent un nombreux public ont dû être annulés, les plus petits festivals comme Farniente arrivent à tirer leur épingle du jeu et à passer entre les gouttes. Non sans difficulté. Le festival avait été programmé en juillet dernier, mais les organisateurs n’ont pas voulu lâcher l’affaire. Un seul mot d’ordre : tenir bon ! « Il était important pour nous de maintenir ce festival, vis-à-vis de notre public et aussi des artistes. C’est grâce à la musique que nous avons réussi à tenir debout pendant le confinement », raconte Hélène Le Saux, cheville ouvrière de l’association qui organise le festival. Il était donc naturel, par fidélité à sa philosophie, « d’afficher sa solidarité avec les artistes », qui souffrent des conséquences de l’épidémie.

« Malgré les faibles moyens et des aides qui ne cessent de diminuer, le peu d’argent qu’on avait, nous l’avons reversé aux artistes. »

Cette proximité avec les artistes, Farniente la cultive depuis ses origines. « Le bouche-à-oreille fait que les artistes de ces circuits alternatifs commencent à nous connaître. On va à leur rencontre lors de leurs concerts ». Et, d’année en année, certains deviennent des « amis fidèles ». Jean-François Pauvros est un de ceux-là, présent depuis la première édition. Ce coup-ci, toujours avec sa guitare électrique, il revient en solo. « C’est un artiste qui a beaucoup voyagé. Il n’est pas dans le mouvement des musiques actuelles. C’est un peu notre mascotte », tient à préciser Hélène Le Saux.

Jean-François Pauvros

Une programmation alléchante

Eskimo

Au programme, Eskimo, une nouvelle venue au festival, mais au parcours déjà bien rempli. Cette artiste passionnée par la Scandinavie s’est déjà fait repérer pour son EP* folk-pastoral Dancing shadows. Elle sera cette fois-ci accompagnée par le saxophoniste Thomas Letellier.

A noter également le concert de Roger Raspail, le musicien percussionniste guadeloupéen bien connu, avec son groupe Kombo twopikal.

« Roger Raspail a fait toute sa carrière en accompagnant les plus grands. Aujourd’hui, il vient sous son propre nom et avec ses musiciens. »

Mona Soyoc

Le public retrouvera aussi une vieille connaissance qui a fait les jours heureux de la new wave des années 80 : Mona Soyoc, l’égérie du duo culte Kas Product. Elle sera avec le guitariste tout terrain Olivier Mellano.

Comme toujours, le festival Farniente régale un peu plus son auditoire par l’éclectisme de sa programmation… à savourer les pieds dans le sable.

* EP : Un EP est composé de une à trois chansons comportant une chanson d’une durée d’au moins dix minutes pour une durée de lecture totale d’environ trente minutes ou moins.

Partager votre avis