Retour à la liste de la catégorie Spectacles
mar. 06 juil. 2021 Spectacles # Saint-Nazaire

Sleeper Train

Sleeper Train est né de l'énergie croisée de quatre musiciens qui revisitent des musiques populaires de tous les pays. Des airs qui ont marqué leurs vies, leurs voyages. Familier et dépaysant à la fois.

Sleeper Train, c’est un quartet de jazz qui compose sur le temps élastique. Frédéric Chiffoleau à la contrebasse, Yoann Loustalot à la trompette et au bugle, François Chesnel au piano et Frédéric Pasqua à la batterie embarquent le public dans leur train de nuit qui traverse des gares internationales. Des mélodies glanées partout sur la planète, réinventées le temps d’un trajet. En 2018, la formation, alors légèrement différente, avait sorti l’album Old and new songs. Avec Sleeper Train, le quartet nous offre aujourd’hui son carnet de voyage musical à travers le Japon et la Russie avec un crochet par l’Ecosse. Laissez-vous porter par leur univers roulant dédié à la joie de retrouvailles artistiques, par le souffle d’un jazz dynamique et groove.

///// 3 questions à Frédéric Chiffoleau /////

Sleeper Train, c’est aussi une histoire locale. Seul musicien de sa famille, Frédéric Chiffoleau a grandi à Saint-Nazaire, dans le quartier de la Chesnaie.

Estuaire. Comment êtes vous devenu musicien ?

Frédéric Chiffoleau. A 12 ans, jaloux d’un de mes copains inscrit à l’école de musique, j’ai harcelé mes parents pour y aller. Je me suis retrouvé dans une classe de contrebasse. Au lycée Aristide-Briand, j’ai croisé le Guérandais Yohan Loustalot. Nous avons commencé à jouer ensemble. Plus jeune, j’ai connu la Tisanerie, une ferme-concert “mythique” dans les années 80. Mes parents étaient investis dans l’Amicale laïque. J’étais un petit gars de la cité. Je jouais au foot, au basket, j’écoutais du rap. Je ne pensais pas en faire mon métier. J’ai même bouclé un DUT de mesures physiques. Je suis resté ici jusqu’à mes 21 ans, et j’y suis revenu quelques années à l’aube de la quarantaine.

Comment s’est passée votre entrée dans le monde de la musique professionnelle ?

Très rapidement. J’ai vite compris que les mesures physiques ne me plaisaient pas. Dès 25 ans, j’ai participé à nombre de formations de jazz, je voyage beaucoup. J’ai accompagné Philippe Katerine et Anna Karina, l’égérie de Jean-Luc Godard, dans leurs tournées. C’est très varié.

Sleeper Train, c’est un album, un voyage, des rencontres ?

Tout à la fois. Chacun a pioché dans ses souvenirs, ses émotions. Beaucoup de musique traditionnelle revisitée par nous quatre. Une réflexion partagée sur le patrimoine. Moros, moros, découvert lors d’une tournée en Russie, enregistré sur un téléphone, au Japon, en Ecosse… Bref, une vraie tournée, enfin !

Partager votre avis