Retour à la liste de la catégorie Spectacles
mar. 28 sept. 2021 Spectacles # Pornichet

Rentrée culturelle, le retour tant attendu

C'est enfin reparti. Cette rentrée culturelle s'annonce à nouveau riche en propositions comme une fête de l'après-Covid. Rencontre avec Gérard Boucard, directeur du Quai des Arts.

En photo : Thomas de Pourquery

Que le spectacle recommence ! Salles de concert, de théâtre et autres lieux de culture ont enfin repris le cours de leur programmation culturelle. Et le public, tant attendu, répond à nouveau présent. Un soulagement. « On avait craint que les spectateurs avaient trouvé de nouvelles habitudes avec l’épidémie et soient craintifs avec le pass sanitaire. Mais ils sont bien au rendez-vous avec cette saison 2021-2022. C’est même une bonne surprise. Notre nombre d’abonnements a dépassé celui de 2019 », se réjouit Gérard Boucard, directeur du Quai des Arts à Pornichet.

Une année qui s’annonce encore riche, dense et forte en émotions dans la salle de spectacle pornichétine. « La saison 21-22 s’annonce encore plus forte. On peut même dire que c’est un grand cru millésimé », vante-t-il. Et pour cause, 38 spectacles sont programmés contre 32 habituellement.

Nou-Ga-Ro, la dernière

Le début de saison démarre d’ailleurs en fanfare avec sûrement le dernier concert Nou-Ga-Ro par le trio Babx, André Minvielle et Thomas de Pourquery, mardi 12 octobre. Des papes de la musique dans leur genre respectif. « Ils font seulement 5 concerts par an. Pour pouvoir les programmer, c’est très difficile. C’est un concert qui était prévu pour la saison dernière, mais pour réaliser le report j’avais fait la demande en mars, je n’ai eu la réponse qu’en juin », se félicite le patron de la salle de spectacle. Autre tête d’affiche cette même semaine, vendredi 15 octobre, et pas des moindres, la tournée des 25 ans des Ogres de Barbarck. Seul regret, « il aurait été souhaitable que ces deux propositions soient mieux réparties sur la saison. »

Noé Preszow

A côté de ces locomotives, Quai des Arts continue à son habitude de proposer une large palette de propositions artistiques, mettant en avant des artistes prometteurs comme Noé Preszow. « C’est un futur grand de la chanson comme l’a prouvé son passage en ouverture des Francofolies de la Rochelle. Une pépite, s’enthousiasme Gérard Boucard. C’est un nouveau venu dans la chanson, avec des textes léchés et pleins de sens, une voix puissante et une présence charismatique sur scène. »

Théâtre d’engagement

Même si la musique occupe une bonne place, le théâtre, sous toutes ses formes, continue à être à l’honneur comme Echos Ruraux de la Cie Les Entichés qui raconte l’histoire dramatique d’un jeune paysan qui hérite à la mort de son père d’une ferme endettée et qui ne sait comment s’en sortir. « On est loin des clichés. Les deux metteuses en scène se sont immergées pendant plusieurs semaines dans un petit village du Berry. Elles se sont inspirées d’une histoire vrai », raconte-t-il.

Echos Ruraux de la Cie Les Entichés

Un Démocrate d’Idiomécanic Théâtre

Ou encore ce théâtre d’engagement et de réflexion avec Un Démocrate d’Idiomécanic Théâtre qui retrace la vie de d’Edward Bernays, neveu de Freud et inventeur de la publicité moderne. « C’est une pièce fascinante qui fait réfléchir sur la manipulation des foules. Une pièce vraiment d’actualité », commente-t-il.

Soutien à la création

Le Quai des Arts qui avait ouvert son plateau aux artistes pendant les confinements successifs maintient également son soutien à la création. Sur les 28 nouveaux spectacles, 12 sont des créations. « S’engager sur des spectacles qui ne sont pas encore créés était une volonté que nous avions pour soutenir les artistes, qui avait besoin et ont besoin de cette confiance et ces engagements », insiste Mylène Le Pape, adjointe à la culture. Thérèse, chanteuse française aux textes ciselés et impertinents, avait bénéficié de cette ouverture la saison dernière. Estuaire l’avait d’ailleurs rencontrée.

Même si tous les regards sont tournés vers l’avenir, les artistes qui ont été les premiers touchés par la crise sanitaire restent encore en danger face aux conséquences. Le public, lui, en revenant en nombre dans les salles, affiche son soutien tant désiré. Et Estuaire invite ses lecteurs à revenir dans les salles et applaudir les artistes qui nous procurent tant d’émotions. 

 

///// 65% des places /////

Quai des Arts reste encore prudent sur les jauges. « Aujourd’hui avec le pass sanitaire, on peut jouer avec 100% de la jauge. Cependant par mesure de précaution, dans le cas d’évaluation de la crise sanitaire, des réductions de jauge seraient à nouveau imposées », explique Gérard Boucard. Dans un premier temps, 65% des places seront mises à la vente et les 35% restants se feront dans les 15 derniers jours avant le spectacle. Et bonne nouvelle, si la jauge passe à 100%, « on ne tiendra plus compte de la billetterie placée, on repassera en placement libre avec tous les sièges occupés. »

Partager votre avis