Retour à la liste de la catégorie Sortir
lun. 11 mai 2020 Sortir # Saint-Joachim # Saint-Nazaire

La musique ne connaît pas la distanciation

Accordéon contre le cœur, Pascala chante depuis trois semaines aux oreilles de résidents d'Ehpad.

Pascala, de la Cie Balagosse, connaît bien la résidence du Port, à Saint-Nazaire, pour y diriger tous les mois un atelier de chorale* et s’y produire régulièrement. Mais ça, c’était avant, avant le confinement. Alors, en attendant de retrouver ses fidèles résidents, c’est à sa fenêtre qu’elle chantait pour ses voisins du quartier de la Tréballe. Mais quand Brigitte Huguet, la directrice de la résidence du Port, et Anita Soulard, l’animatrice, lui ont demandé de revenir avec son accordéon quand les portes des maisons de retraite ont pu s’entrouvrir, c’est immédiatement qu’elle a accepté.

Par chance, il faisait un temps splendide sur Saint-Nazaire ce vendredi 24 avril… « J’ai pu chanter à l’extérieur, dans le patio, avec un micro et une enceinte. Les résidents étaient installés sur des chaises disposées à distance ou se tenaient à leur fenêtre. J’ai choisi des chansons qu’ils connaissaient pour qu’ils puissent chanter avec moi. Ça a été un vrai petit bonheur », raconte Pascala.

Un petit bonheur si intense qu’il devait être renouvelé dès le mercredi suivant. Mais la pluie s’est mise de la partie. « Il n’était pourtant pas question d’annuler, l’attente était trop forte. On a donc opté pour l’intérieur, en respectant à la lettre les mesures barrière, évidemment. »

C’est donc masquée, vêtue d’une sur-blouse et de sur-chaussures que Pascala, sans enceinte ni micro cette fois-ci, a déambulé dans les couloirs de la résidence, ce qui n’a pourtant pas atténué le sentiment de vivre un moment partagé de fête.

« J’ai chanté dans les couloirs, mais aussi dans les salons et sur les paliers. J’ai été très troublée parce que je voyais là des personnes nouvelles pour moi, qui ne font pas partie de la chorale, qui ne sortent pas de leur chambre, et je chantais pour chacune d’elle, de façon individuelle. C’est très fort cette relation de confiance qui se crée aussi rapidement grâce à la musique. »

Les résidents ont tant apprécié ces parenthèses de fraîcheur qu’il a été décidé que Pascala retournerait à leur rencontre toutes les semaines jusqu’au retour à la vie “normale”. Quant aux familles, elles ont été touchées de recevoir, après tant d’inquiétude, vidéo et photographies remplies de sourires et de mains qui applaudissent.

Une initiative reprise cette semaine par la résidence Elsa-Triolet de Saint-Joachim : « La configuration des lieux est différente, je chanterai dehors, sur l’herbe, et les résidents seront soit installés sur la terrasse soit à leur fenêtre. Distance physique ne veut pas dire distance émotionnelle. Il faut continuer à essayer de se donner de la joie, sinon on risque de mourir aussi, mais d’isolement. »

* Pascala est également le chef de chœur de la chorale Au clair de la rue de Saint-Nazaire.

 

 

Partager votre avis