Rechercher
Le pire voisin au monde

Le vieux bougon Otto Anderson n’a plus aucune raison de vivre depuis la mort de sa femme. Alors qu’il s’apprête à en finir, il est dérangé dans ses plans par une famille, jeune et pleine d’énergie, qui s’installe dans la maison voisine : il fait alors la connaissance de Marisol, douée d’un sacré sens de la répartie, et comprend qu’il a trouvé une adversaire à sa hauteur ! Tandis qu’elle le pousse à porter un autre regard sur la vie, une amitié improbable se noue entre eux qui bouleverse totalement les repères d’Otto… 

 

Knock at the cabin

Alors qu’ils passent leurs vacances dans un chalet isolé en pleine nature, une jeune fille et ses parents sont pris en otage par quatre étrangers armés qui exigent d’eux un choix impossible afin d’éviter l’imminence de l’apocalypse. Alors qu’ils n’ont pratiquement aucun moyen de communication avec le reste du monde, ils vont devoir seuls prendre et assumer leur décision. 

 

Alibi.com 2

Après avoir fermé son agence Alibi.com et promis à Flo qu’il ne lui mentirait plus jamais, la nouvelle vie de Greg est devenue tranquille, trop tranquille… Plus pour longtemps! Lorsqu’il décide de demander Flo en mariage, Greg est au pied du mur et doit se résoudre à présenter sa famille. Mais entre son père escroc et sa mère ex-actrice de films de charme, ça risque fort de ruiner sa future union. Il n’a donc pas d’autre choix que de réouvrir son agence avec ses anciens complices pour un ultime Alibi et de se trouver des faux parents plus présentables… 

 

Sacrées momies⚱️

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi ressemblait le monde des momies ? Sous les pyramides d’Egypte se trouve un royaume fabuleux, où les momies conduisent des chars, rêvent de devenir des pop stars et vivent à l’écart de la civilisation humaine. Mais lorsqu’un archéologue sans scrupule pille un de leur trésors, Thut et la princesse Nefer, fiancés malgré eux, se voient contraints de faire équipe et de se rendre dans le monde des vivants. Accompagnés par le frère de Thut et son crocodile domestique, ils vont vivre une aventure hors du commun à Londres et former une amitié inattendue. 

 

Zodi et Téhu, frères du désert

Zodi, un jeune nomade de 12 ans, découvre dans le désert un bébé dromadaire orphelin. Il le recueille, le nourrit, le baptise Téhu et devient son meilleur ami. Zodi apprend par une vétérinaire, Julia, que Téhu est un coureur exceptionnel et qu’il peut rapporter beaucoup d’argent à sa tribu. Mais les qualités de son jeune dromadaire suscitent la convoitise de Tarek le braconnier de la région. Pour éviter que Téhu ne soit vendu, Zodi décide alors de s’enfuir et de traverser le Sahara. C’est pendant ce voyage que Zodi affrontera Tarek, survivra à une tempête de sable et traversera la mer de sel avec pour ultime objectif d’inscrire Téhu à la plus grande course de dromadaires au monde à Abu Dhabi. Avec l’aide de Julia, Zodi va se démener pour réaliser son rêve, faire de Téhu un champion et sauver sa tribu. 

 

Batman : le défi

Non seulement Batman doit affronter le Pingouin, monstre génétique doté d’une intelligence à toute épreuve, qui sème la terreur mais, plus difficile encore, il doit faire face à la séduction de deux super-femmes, la douce Selina Kyle et la féline Catwoman qui va lui donner bien du fil a retordre. Si Bruce Wayne apprécie Selina, Batman n’est pas insensible au charme de Catwoman. 

 

Moi quand je me réincarne en slime

Une conspiration se trame depuis longtemps à Raja, un petit pays à l’ouest de Tempest, autour d’une mystérieuse puissance connue sous le nom de « Reine ». Lorsqu’un slime (« créature la plus banale qui soit ») ayant évolué en un roi-démon nommé Limule Tempest croise le chemin de Hiiro, un survivant des Ogres, une incroyable aventure commence ! Elle sera faite de rencontres avec de nouveaux personnages, mais leurs liens seront mis à rude épreuve… 

 

Etugen entre la terre et le ciel

Quel est le sens de notre existence ? Qu’est-ce que l’âme ? Quels sont les pouvoirs de l’esprit, de la conscience ? Quel est notre rapport à la nature ? En posant ces questions, le film nous invite à découvrir une sagesse universelle à travers la rencontre de chamans, de guérisseurs, de yogis, mais aussi de philosophes, de médecins. Des plaines de Mongolie aux forêts d’Amazonie, ce film nous amène bien plus loin que nous ne l’aurions imaginé. Un documentaire positif qui marie spiritualité et chamanisme, pour une prise de conscience de la sauvegarde de la planète. 

 

Uski Roti

Chauffeur de car, Sucha Singh sillonne les routes poussiéreuses de la campagne du Pendjab, tandis que Balo, sa femme, passe de longues heures à l’attendre à l’arrêt de car avec son déjeuner. 

 

Un jour avant la saison des pluies

Un jour avant la saison des pluies est basé sur une des célèbres pièces de théâtre hindi moderne écrit par Mohan Rakesh. C’est une adaptation de la pièce basée sur la vie de Kalidasa en trois actes. Kalidasa est reconnu comme l’un des plus grands écrivains, poètes et dramaturges de l’histoire de la langue sanskrite. Ce film relate l’histoire d’amour de Mallika et Kâlidâsa, le célèbre poète et dramaturge. Vilom, leur ami, n’est au départ que le simple témoin de leur relation, mais vient le moment où Kâlidâsa doit quitter sa vallée pour les splendeurs lointaines d’Ujjain, où il rencontrera la gloire. 

 

Nazar

D’après une nouvelle de Dostoïevski, La Douce

Un homme réfléchit sur la complexité de son mariage, s’arrêtant sur différents moments du passé. La femme est la création idéalisée de son imagination. L’homme croit posséder la femme. Il ne se rend pas compte qu’elle finira par le posséder en particulier quand elle commence à manifester des signes d’indépendance. Des retranchements silencieux entre l’homme et la femme sont les premiers signes de cassure dans le couple. Les confrontations et réconciliations pleines de haine, de remords, d’espoir et de désespoir aboutissent à une fin tragique. 

 

Paris, Texas

Un homme réapparaît subitement après quatre années d’errance, période sur laquelle il ne donne aucune explication à son frère venu le retrouver. Ils partent pour Los Angeles récupérer le fils de l’ancien disparu, avec lequel celui-ci il part au Texas à la recherche de Jane, la mère de l’enfant. Une quête vers l’inconnu, une découverte mutuelle réunit ces deux êtres au passé tourmenté. 

 

La famille Asada

Dans la famille Asada, chacun a un rêve secret : le père aurait aimé être pompier, le grand-frère pilote de formule 1 et la mère se serait bien imaginée en épouse de yakuza ! Masashi, lui, a réalisé le sien : devenir photographe. Grâce à son travail, il va permettre à chacun de réaliser que le bonheur est à portée de main. 

 

La montagne

Pierre, ingénieur parisien, se rend dans les Alpes pour son travail. Irrésistiblement attiré par les montagnes, il s’installe un bivouac en altitude et décide de ne plus redescendre. Là-haut, il fait la rencontre de Léa et découvre de mystérieuses lueurs. 

 

Aftersun

Avec mélancolie, Sophie se remémore les vacances d’été passées avec son père vingt ans auparavant : les moments de joie partagée, leur complicité, parfois leurs désaccords. Qui était réellement cet homme qu’elle a le sentiment de ne pas connaître ? 

 

Lucie perd son cheval

Chez sa grand-mère, en compagnie de sa fille, Lucie rêve de son métier d’actrice. 

 

[zoom] Retour à Séoul

Qui est-on ? D’où l’on vient ?  Retour à Séoul n’est pas proprement un récit initiatique, il s’agit plutôt d’une quête sans fin de son identité. Pour son troisième film, Davy Chou s’est inspiré de l’histoire d’une amie, Laure Badufle née en Corée et adoptée en France à l’âge d’un an et qui est retournée dans son pays de naissance à l’âge de 23 ans. Freddie (Park Ji-Min), 25 ans, revient en Corée du Sud où elle est née mais où ses parents l’ont confiée, encore bébé, à l’adoption internationale. 

De son atterrissage fortuit au pays, le réalisateur nous amène à suivre pendant huit ans le parcours chaotique de cette jeune femme, qui malgré elle, se confronte à ses origines. A son arrivée, elle est cette voyageuse occidentale comme on en croise tant. Jeune et libre, animée par une fougue insouciante. Très rapidement, elle découvre le centre Hammond, qui centralise toutes les adoptions internationales. Débute alors une quête, avec pour point de départ une photo : elle étant bébé, avec une femme dont elle pense qu’elle est sa mère et des chiffres écrites au dos de l’image. Et une interrogation qui la hante : cette mère qui l’a abandonnée pense-t-elle à elle lors de son anniversaire ?  

Tout se précipite lorsque le centre lui permet de renouer avec son père biologique. Freddie semble dure, distante et silencieuse avec ce père dont elle ne comprend ni la langue ni les raisons de son abandon. Derrière un visage impassible, se lit un regard plein de colère contenue. S’en suit alors des retours successifs à Séoul. Sa fougue juvénile s’est transformée en fougue désespérée, mélancolique, traversant le milieu underground de Séoul, s’adonnant à toutes les transgressions. Elle tient éloignée ce père qui la harcèle de message, et qui boit aussi par amertume, regret et aussi désespoir d’avoir commis une faute .  

Jusqu’au jour où, bien des années après, sa mère accepte enfin de la revoir. De ces émotions contraires réprimées durant huit années, coulent enfin les pleurs. Est-ce enfin la fin de sa quête et l’apaisement ? 

Le film évite le sentimentalisme convenu et explore toute la complexité et la violence de l’adoption internationale sans tomber dans la facilité. Il n’explique rien. Le réalisateur ne capte que les émotions, avec une pudeur toute asiatique.  

Nouvel an chinois

En chinois, le Nouvel An chinois s’appelle ChunJie, Chun, se dit le printemps, et Jie, signifie la fête, soit la fête du printemps et reste la fête traditionnelle la plus importante de l’année. Il s’est déroulé le 22 janvier dernier. Après le Tigre l’an dernier, cette année est célébré le Lapin. En astrologie chinoise,  cela est le signe annonciateur de prospérité et de paix.  

A cette occasion, après une interruption de trois ans, le centre interculturel franco-chinois de Saint-Nazaire propose une journée découverte de la culture et des arts chinois, jeudi 5 février, à partir de midi, à la salle polyvalente de l’Immaculée. 

Au programme : Outre la calligraphie chinoise et la traditionnelle cérémonie du thé, le public pourra découvrir le jiǎnzhǐ, ou l’art du papier découpé : les motifs principaux sont des animaux, dont les signes astrologiques, des fleurs, ou d’autres formes découpées aux ciseaux ou avec un couteau. Ils servent essentiellement à l’ornementation des portes ou des fenêtres ;  ils sont aussi appelés fleurs de fenêtres. Cette journée représente donc l’opportunité de mieux connaître cette civilisation millénaire, et de rapprocher les peuples. Et pourquoi ne pas se mettre au mandarin avec le centre interculturel franco-chinois qui propose des cours labellisés. 

Les Escales 2023…

 

Kraken handball, les “barjots“ nazairiens

Le kraken handball détonne dans le paysage sportif nazairien. Héritier en quelque sorte de l’esprit des “Barjots”, surnom de l’équipe de France multiple championne du monde dans les années 90 : « On est un peu foufou. On ne se prend pas au sérieux », explique fièrement Olivier Macé, un des fondateurs du club, créé il y a quatre ans et composé à 80% de personnes non originaires de la région. La volonté des dirigeants est de perpétuer cette vision d’une association sportive accessible à tous : « On ne veut pas devenir ce que ce sont devenus les autres clubs. Peu importe votre niveau, notre maître-mot, c’est l’accueil , souligne Olivier. Ici, les gens qui arrivent et ne connaissent personne peuvent se faire un réseau rapidement en quelques semaines ou quelques mois. » Et surtout la compétition n’est pas l’objectif principal. Avec une quarantaine de membres, le club aligne une équipe loisirs mixte, « à parité égale » et une équipe en D4 départementale. Le club affiche aussi sa différence dans sa manière de fonctionner.  

La Kraken beer 

Tout débute avec le refus d’une subvention exceptionnelle pour acheter du matériel. Échaudés, et peinant à trouver des partenaires privés, les dirigeants prennent le parti de ne plus « dépendre des demandes de subventions ou de sponsors ». L’idée fait alors son chemin de créer sa propre bière pour financer le club à terme. Ils prennent contact avec la brasserie Bouyer, installée à Saint-Nazaire. Le brasseur leur livre la base d’une bière blonde produite par ce dernier. Après les tâtonnements, et quelques ajouts d’ingrédients, ils se mettent d’accord sur la recette : la Kraken Beer. Un premier tirage de 400 litres sert d’amorçage. « Pour financer l’opération, nous avons organisé une prévente auprès des adhérents. » Le succès est au rendez-vous. A la buvette où à l’extérieur lors des matchs.  

Un deuxième tirage de 800 litres est commandé*. Les bénéfices tirés de la vente de la bière permet au club de se financer et surtout « nous proposons une des licences les moins chères de France, 100 € l’année contre 200 € habituellement ». Une réussite qui risque de faire des émules, alors que les associations, sportives ou non, courent sans cesse derrière la recherche de financements.  

* Le club n’ayant pas de licence, elle n’a pas l’autorisation de vendre sa bière en dehors des adhérents. 

L’ensemble Rouge

Un élément musical dépouillé qui se développe insensiblement. Un arpège ascendant qui tournoie, une mélodie qui s’y faufile, une toile mélodique qui se tisse entre trois vibrations qui s’étoffent et ne deviennent qu’une, une douce émotion qui grandit… Derrière les paupières, le premier album du trio Rouge créé en 2019 autour de la pianiste et compositrice Madeleine Cazenave, voyage entre classique, jazz, musique contemporaine et pop, mais surtout inspirations libres et sensations uniques. 

 

Madeleine Cazenave au piano, Sylvain Didou à la contrebasse et Boris Louvet à la batterie nous prennent délicatement par le cœur pour nous entraîner dans les profondeurs océaniques et les correspondances de couleurs. Rien de descriptif ici, mais ondes aquatiques, chants de baleines, apesanteurs, rythmes magnétiques, sensualité et subtilité. L’oreille semble reconnaître un peu de la féérie de Ravel, un peu de la mélancolie de Satie, un peu du toucher de Keith Jarret… Juste un peu, comme des réminiscences intimes. Les sons nous embarquent sans que nous en soyons véritablement conscients et nous font traverser avec bonheur chaleur et froidure, rebondissements, turbulences et sérénité, jusqu’à la puissance du rouge qui nous semble, soudainement, comme respirable, saisissable dans sa beauté resplendissante. Un concert immersif au sein des émotions que l’on reçoit au plus profond de soi. Car si, pour le poète*,  « la terre est bleue comme une orange », pour ces musiciens d’exception, la mer est rouge derrière les paupières quand le soleil les traverse et que nous ne sommes que correspondance éblouie des sens. 

* Paul Eluard 

Il était une fois… à Besné

Tout débute en 2013, à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle salle A Cappella. Un spectacle est créé avec les habitants de la commune, encadré par le comédien Jaouen Letourneux. « C’est d’abord une histoire de rencontre. A l’époque je tenais des conférences théâtralisées sur le thème de l’environnement pour le Parc naturel de Brière. Là, j’ai rencontré Aurélie Launay qui travaille au Parc et est élue à Besné », explique le comédien, qui se qualifie lui-même d’« ouvrier du spectacle ». Les habitants, chacun avec ses talents et ses rêves artistiques, sont alors réunis pour composer un objet artistique qui va déboucher sur une visite théâtralisée humoristique de ce nouveau lieu de spectacle. « A la différence de beaucoup de salles, c’est un lieu qui a été mis à la disposition des habitants. Il a été volontairement désacralisé. Il est plus facile d’accès pour les personnes qui se sentent le moins autorisé à y aller », se félicite le comédien. Cette aventure collective se poursuit dans le temps. S’en suit Brève de comptoir en 2016, et une comédie musicale à la West Side Story en 2018.  A chaque fois, le processus est le même : les spectacles sont co-écrits avec les habitants, Jaouen Letourneux avec sa compagnie se chargeant de « canaliser les énergies » et de la mise en scène.  

« Durant l’écriture, toutes les propositions des habitants étaient étudiées. Si une idée était meilleure que celle que je formulais avec ma compagnie, on l’intégrait au projet. Les habitants gardaient une exigence ».  

Un conte de fées 

Malheureusement le spectacle de l’année 2020 tombe à l’eau. Fin 2021, alors que la crise sanitaire frappe toujours le pays, sort un nouveau projet grâce à Hugo Aribart, habitant de la commune et président de l’association le Chant du lièvre. « Il a tout écrit. C’est drôle et bien écrit. Comme quoi amateur ne signifie pas médiocre », souligne le comédien. Sous le titre Savants du pat’lin, c’est un théâtre musical que proposent à nouveau les habitants.  

« Ce n’est pas comme une comédie musicale où les acteurs chantent et dansent. »  

« Ici les musiciens sont sur scènes, mais les acteurs jouent leur rôle sans faire partie de la musique. Une mise en scène qui s’inspire du film Marie à tout prix. » L’histoire ressemblerait à un conte de fée. Mais ici pas de prince charmant, la princesse, victime d’un sortilège, endormie pour l’éternité ne pourrait être réveillée comme par une chanson. Mais qui trouvera la bonne mélodie ? L’apothicaire, la sorcière, la reine des Elfes ?  

Le Shoebox d’Aristide-Briand à couper le souffle !

C’est imminent. Le projet Shoebox sera dévoilé au public ce jeudi 2 février. Trente minutes d’écoute musicale pour une immersion dans l’univers – revisité pour l’occasion – de l’inclassable Guillaume Perret, pointure internationale de la scène jazz contemporaine, nouvellement arrivé à Saint-Nazaire. Qui, durant deux mois, armé de son saxo et ses machines, a troqué son habit de scène contre la casquette de professeur… particulier ! A raison de quatre cours de deux heures. Au premier rang, les terminales option musique d’Aristide-Briand. Une vingtaine de jeunes passionnés. Tous, « le souffle coupé devant cet ovni », de reconnaître à l’unanimité que « travailler avec un musicien de cette trempe était un vrai grand privilège ». Leur professeur, Gwendolina Bonnet, à l’origine de cette « belle rencontre humaine et musicale » ne dira pas le contraire :  

« Guillaume Perret a pu poser un autre regard, une autre façon de jouer, de travailler, avec cette sincère volonté de transmission. »  

Et forcément, le feeling est passé. Tellement bien d’ailleurs que s’approprier l’œuvre de l’artiste, l’arranger et la re-créer à la sauce Aristide fut un vrai jeu d’enfant ! Cordes, vents, percussions, voix… « Tout ce petit monde s’est lié, galvanisé pour créer un ensemble oscillant entre jazz, musiques actuelles, rock et metal, autour de nappes sonores et d’onomatopées cristallisantes », souligne, plus que satisfait, le saxophoniste qui, après la performance des élèves (environ 10 minutes), interprètera quelques-uns de ses morceaux… En direct live de l’amphi cœur ! 

6e Oxmo Puccino 

Autre projet, autre style… Gwendolina Bonnet, également professeur de musique au collège Jean-Moulin, mène depuis cinq ans avec le professeur d’EPS, Loïs Jan, un projet pluridisciplinaire autour de la culture urbaine. Cette année, « nous avons décidé de travailler avec une classe de 6e, baptisée Oxmo Puccino », indique la cheffe de chœur des Irréductibles d’Aristide et de la chorale Cham/Chad du collège. Au programme depuis novembre : ateliers break dance avec le Nantais JayB, ateliers d’écriture et de musique assistée par ordinateur avec l’association L’R de rien d‘Angers, suivis par le Vip. Vip toujours pour l’enregistrement et la restitution (privée), le 10 février, de ce rap chorégraphié qui raconte l’histoire d’une goutte d’eau.  

Week-end 100 % gospel

Difficile de rester insensible à ce chant qui sort des tripes, né de la souffrance des esclaves noirs des Etats-Unis, à ces premiers “working songs” chantés a cappella dans les champs de coton pour se donner du courage… Qui n’a jamais été submergé par Oh, happy day, titre mondialement connu qui a su traverser le temps et les générations ? Croyant ou non, le gospel est à part, il en émane une puissance spirituelle qui nous embarque tous, tout feu tout flamme, dans son odyssée salvatrice. 

Gospel rhapsody, samedi 4 février. 

 

Et pour ceux qui en douteraient encore, et pour les autres déjà convaincus de sa magnificence, rendez-vous est donné avec deux chorales qui, sûre, vont embraser Montoir-de-Bretagne ! La première, Gospel rhapsody, qui se produira, samedi 4 février, à la salle Bonne Fontaine. Pour un concert d’exception… 55 choristes pour une invitation à voyager dans l’histoire du gospel et du negro spiritual, des rythmes africains aux chants des exploitations esclavagistes d’Amérique, des premiers chants des églises noires du fin fond du Mississippi à la rythmique effrénée du modern gospel… Un petit goût de trop peu ? Partie remise, dimanche 5 février avec Amazin’gospel en l’église de Montoir pour un répertoire tout aussi varié et transcendantal… Y a plus qu’à ! 

Un petit miracle

Rien ne va plus pour Juliette ! L’école dans laquelle elle enseignait a brulé, et sa classe unique va devoir être dispatchée aux quatre coins du département. Pour éviter cela, elle propose une solution surprenante : installer sa classe aux Platanes, la maison de retraite locale, seul endroit qui puisse les accueillir le temps des travaux. Pour les enfants comme pour les pensionnaires, la cohabitation ne sera pas de tout repos, mais va les transformer à jamais. Inspiré d’une histoire vraie. 

 

Mayday

Un pilote commercial, Brodie Torrance, a réussi l’exploit de faire atterrir son avion endommagé par une tempête sur la terre ferme. Il va découvrir qu’il s’est déposé sur une zone de guerre. Lui et les passagers se retrouvent pris en otage… 

 

Suspendus… des soignants entre deux mondes

Le 12 juillet 2021, sans concertation, les soignants du pays ont été confrontés à un choix : conserver leur emploi en ayant recours à une série d’injections médicales ou être suspendus de leurs fonctions au 15 septembre. Ce documentaire revient sur deux années de crise et décortique un système entier dans lequel les soignants auront été utilisés et manipulés. Caroline Blondel, Gregory Pamart, Carole Fouché, Louis Fouché, Judith Rémy, Éric Loridan et Aurélie Colin nous racontent leur vécu, leurs désillusions et leurs espoirs. 

L’immensita

Rome dans les années 1970. Dans la vague des changements sociaux et culturels, Clara et Felice Borghetti ne s’aiment plus mais sont incapables de se quitter. Désemparée, Clara trouve refuge dans la relation complice qu’elle entretient avec ses trois enfants, en particulier avec l’aînée née dans un corps qui ne lui correspond pas. Faisant fi des jugements, Clara va insuffler de la fantaisie et leur transmettre le goût de la liberté, au détriment de l’équilibre familial… 

 

🇮🇹 Astolfo

Astolfo, un retraité qui n’attendait plus rien de la vie, est expulsé de son appartement à Rome. Il retourne dans l’ancienne maison familiale dans une petite ville de l’talie centrale. La demeure, autrefois une villa, est aujourd’hui en piteux état et est occupée par des squatteurs et Astolfo, compréhensif et généreux, s’en accommode. Il se débrouille, se chamaille avec le maire pas commode, retrouve un vieil ami qui, lui, s’est enrichi. Et puis il rencontre Stefania, une femme de son âge, et tombe amoureux. Le début d’une nouvelle vie… 

 

Interdit aux chiens et aux Italiens

Début du XXe siècle, dans le nord de l’Italie, à Ughettera, berceau de la famille Ughetto. La vie dans cette région étant devenue très difficile, les Ughetto rêvent de tout recommencer à l’étranger. Selon la légende, Luigi Ughetto traverse alors les Alpes et entame une nouvelle vie en France, changeant à jamais le destin de sa famille tant aimée. Son petit-fils retrace ici leur histoire. 

 

Les survivants

Samuel part s’isoler dans son chalet au cœur des Alpes italiennes. Une nuit, une jeune femme se réfugie chez lui, piégée par la neige. Elle est afghane et veut traverser la montagne pour rejoindre la France. Samuel ne veut pas d’ennuis mais, devant sa détresse, décide de l’aider. Il est alors loin de se douter qu’au-delà de l’hostilité de la nature, c’est celle des hommes qu’ils devront affronter… 

 

Astérix et l’empire du milieu

Nous sommes en 50 avant J.C. L’Impératrice de Chine est emprisonnée suite à un coup d’état fomenté par Deng Tsin Quin, un prince félon. Aidée par Graindemaïs, le marchand phénicien, et par sa fidèle guerrière Tat Han, la princesse Fu Yi, fille unique de l’impératrice, s’enfuit en Gaule pour demander de l’aide aux deux valeureux guerriers Astérix et Obélix, dotés d’une force surhumaine grâce à leur potion magique. Nos deux inséparables Gaulois acceptent bien sûr de venir en aide à la Princesse pour sauver sa mère et libérer son pays. Et les voici tous en route pour une grande aventure vers la Chine. Mais César et sa puissante armée, toujours en soif de conquêtes, ont eux aussi pris la direction de l’Empire du Milieu… 

 

Maurice le chat fabuleux🐱

Maurice le chat fabuleux arrive dans une nouvelle ville, avec ses compères les rats. Un seul but : arnaquer tout le monde, puis ronronner sur un confortable tas de pièces d’or. Mais, à leur arrivée, des événements mystérieux et magiques troublent leur plan. Rien ne se passe comme prévu et ils décident de mener l’enquête. Démarre alors une grande aventure pour cette petite bande bien poilue ! 

 

Le dernier été de la boyita

Jorgelina qui, l’été en Argentine, avait l’habitude de jouer avec sa soeur dans la « Boyita », la roulotte garée au fond du jardin. Mais cette année, tout est différent : ses parents se séparent et sa soeur, désormais adolescente, devient une étrangère pour elle. Alors Jorgelina part à la campagne en quête de Mario, le fils des paysans voisins. Ensemble, ils découvrent les mystères de leurs identités sexuelles. Un film sur l’éveil, une oeuvre intimiste raconté à hauteur d’enfant. 

 

Mind Game

Nishi est un mangaka méconnu, un type comme les autres, un type banal. Il retrouve un jour une amie du collège, Myon. Pendant toutes ces années, son amour pour Myon ne s’est pas éteint. Seulement, la jeune femme est fiancée, et pour lui présenter l’heureux élu, elle invite à Nishi à la rejoindre dans le bar tenu par son père. Des yakuzas débarquent. Ils en veulent au gérant. Nishi se fait descendre. Accueilli par Dieu, il refuse de mourir et se lance dans une course avec le Saint Père, qu’il doit remporter pour réécrire le cours de son histoire. Vraiment un type banal, ce Nishi. 

 

L’envol

Quelque part dans le Nord de la France, Juliette grandit seule avec son père, Raphaël, un soldat rescapé de la Première Guerre mondiale. Passionnée par le chant et la musique, la jeune fille solitaire fait un été la rencontre d’une magicienne qui lui promet que des voiles écarlates viendront un jour l’emmener loin de son village. Juliette ne cessera jamais de croire en la prophétie. 

 

De Humani Corporis Fabrica

Il y a cinq siècles l’anatomiste André Vésale ouvrait pour la première fois le corps au regard de la science. De Humani Corporis Fabrica ouvre aujourd’hui le corps au cinéma. On y découvre que la chair humaine est un paysage inouï qui n’existe que grâce aux regards et aux attentions des autres. Les hôpitaux, lieux de soin et de souffrance, sont des laboratoires qui relient tous les corps du monde… 

 

[zoom] Babylon

A même pas 40 ans, Damien Chazelle n’en finit pas de nous en mettre plein la vue ! Après le sensationnel Wiplash (2014) et la comédie musicale à succès La La Land (2016) qui lui a valu l’Oscar de la meilleure réalisation, le cinéaste franco-américain ne fait pas dans la demi-mesure avec Babylon ! Un bien bel euphémisme au regard de cette partition excentrique où sexe, gloire et ciné n’ont que faire des convenances ! Le rideau à peine levé qu’il nous plonge direct dans le bain (de bouse) ! Une entrée en matière… distinguée ! qui laisse augurer de la tournure que prendra cette fresque follement hollywoodienne ! 

Hollywood, le cœur du sujet. Hollywood, ses prémices, son histoire, ses bizarreries, ses excès, sa puissance, sa décadence, ses folles Années folles, ses espoirs et déboires. Damien Chazelle signe là une ode au 7e art comme il est rare d’en déclamer… surtout de la sorte ! 

Un film odyssée qui ose. Cru, passionnel, nostalgique, foutraque. Tout est permis. Sans filtre. Tout y passe… Des orgies gatsbysiennes à l’anarchie cocasse des tournages, des arrière-cours misérables aux mondanités perverses, du racisme noir à la plastique des femmes, des phénomènes de foire version Freaks à l’overdose de débauche, des fracassantes amours à la chute fatale, de l’âge d’or du muet à l’avènement du cinéma parlant… Le tout porté par une bande originale d’une puissance jazzique transcendantale. 

Après, on aime ou pas, c’est une question d’affinité. On peut aussi aimer sans tout aimer ! 

Manichéenne super-production que ce Babylon en demi-teinte qui marquera, qu’on le veuille ou non, les esprits. Si le film dans toute sa globalité (et il dure 3h) ne mérite pas d’être estampillé d’anthologie, certaines scènes, elles, le deviendront, si elles ne le sont déjà ! Côté casting, que dire… Alléchant ! Brad Pitt, Margot Robbie, Diego Calva et Tobey Maguire. Un quatuor que l’on suit, dans le tumulte des destins respectifs, avec intérêt mais sans réel panache… Une tendance générale. 

 

Izabela Matoš, brodeuse d’œuvres d’ar(t)’bres

Elle en rêve, de voir un jour sa forêt brodée exposer à Saint-Nazaire… Quatorze arbres, comme autant de madeleines de Proust que l’artiste monténégrine dresse, avec une poétique émotion, de toute son âme. Et de tous ces êtres croisés ici et là sur son chemin d’exploration qui lui ont fourni “matières” à création, donnant ainsi à son œuvre textile organique toute sa singularité.  

Des bouts de pulls, d’écharpes ou encore de t-shirts éclatants de couleurs, dont quelques-uns sont encore marqués par l’odeur de ces donateurs. Des bouts « d’histoires, de mémoire, de nostalgie » qu’Izabela Matoš assemble sur une grande toile blanche, elle aussi empreinte d’une certaine forme d’atavisme… Puisque créée à partir « des draps de lit et rideaux de mon enfance », confie-t-elle, la pelote de laine fixée à l’aiguille, prête, dans ce rituel féminin, à tisser les liens, « ceux que les hommes se créent entre eux. Entre eux et la nature, aussi ». Des liens qui s’étirent, se resserrent, se tendent, se contrarient, se déchirent… Une forêt de laine et de tissus multicolores pour exorciser les racines du mal. « L’artiste est un canal de guérison, il est né pour guérir. Sans lui, l’humanité va vers une annulation des émotions. L’art provoque, réveille les consciences », dixit celle qui ne se sait engagée qu’à la fin de ses performances… Quand les mots, les sons, les vibrations, les gestes se sont libérés.  

De “Baudelaire” à la guerre 

L’arrière-arrière-petite-fille d’Antun Gustav Matoš que l’on qualifiait de “Poète maudit” et surnommait “Le successeur de Baudelaire” n’a pas à rougir de ses racines… Au contraire, l’artiste protéiforme d’une joyeuseté spleen et fleurie suit ses pas, à sa manière, plus d’un siècle après sa mort, en 1914. 14… le nombre de ses arbres, l’âge aussi d’Izabela quand la guerre a éclaté en Yougoslavie. En 1995, l’enfant d’Herceg Novi – ancien petit village de pêcheurs à l’époque romaine situé sur les rives de la mer Adriatique – part à Belgrade étudier la physique chimie, trois ans ! Puis s’inscrit aux Beaux-Arts, sans le dire à ses parents : « Déjà, ils ne comprenaient pas pourquoi petite je passais mon temps à danser, chanter, dessiner ! Mon père m’autorisait à emprunter son casque pour écouter de la musique, seulement une fois par semaine. Alors les Beaux-Arts ! » 

En 1998, elle descend, dort dans la rue pour manifester son opposition au régime de Milosevic. En 1999, pour fuir les bombardements, les étudiants sont «  déportés  » au Monténégro, trois mois. « A notre retour à Belgrade, c’était la folie, l’anarchie totale. La guerre continuait à côté, avec son lot d’atrocités, et nous, nous continuions à vivre, dans notre bulle artistique. » Izabela venait alors de finir ses études, et comme « tout était possible dans cette ville de trois millions d’habitants », elle multipliait les projets : décoratrice d’intérieure, costumière… Un voyage en Turquie pour enrichir sa soif de création, une galerie de peintures et de bijoux « dans [sa] Méditerranée », deux ans en Argentine, un retour sur ses terres où désormais elle « se sent étrangère » ; son sourire ne pouvant rivaliser aux stigmates toujours prégnants de la guerre.  

Entre Nantes et Saint-Nazaire 

En 2014, direction la France où elle mène de front expositions personnelles, ateliers tout public surtout en direction des jeunes, créations radiophoniques pour Jet FM, performances, siestes sonores entre Nantes et… Saint-Nazaire. Elle y pose ses valises en 2018. Izabela y trouve un vrai soutien : le café Sous les palmiers, la galerie Le collectionneur ludique compulsif et un peu vieillot, l’association LFLF2015… En plus de s’y sentir « heureuse. Avec les cargos, les chantiers navals, c’est comme un petit bout de chez moi. L’horizon maritime m’apaise, m’aide à panser mes blessures », et le pin maritime, son arbre préféré, à réaliser son ar(t)bre de vie. Et, espérons-le, à voir son vœu premier s’exaucer : planter à Saint-Nazaire sa forêt d’âmes brodées et poétisées ! 

///// L’arbre qui cache la forêt ///// 

Du 31 janvier au 28 février, Izabela Matoš expose un de ses 14 arbres de vie(s).
Avec les photos de Marinette Delanné prises lors de la performance donnée avec Ty Yann Février cet été à Saint-Malo-de-Guersac, avec LFLF2015.
Café Sous les palmiers.
Rens. izabelamatos.com, izabela2matos@gmail.com
 

Camel Zekri, le passeur d’histoires en musique

Dans son bureau du centre national de création musicale Athénor, le nouveau directeur Camel Zekri s’excuse de la valise, à peine défaite, posée au pied de son bureau. La veille, il était à Athènes pour nouer de futurs partenariats. Originaire d’Algérie, il a passé la majeure partie de sa vie d’artiste dans le pays du camembert, l’Orne. A Athénor, il n’est pas vraiment en terre inconnue. Entre 2005 et 2010, il était déjà artiste associé à l’établissement culturel. « Je travaillais avec Brigitte Lallier-Maisonneuve dans les quartiers de Bellevue à Nantes », explique-t-il. Proposant ainsi une série de concerts sous le signe du métissage. Dans ce quartier cosmopolite, « on était proche des habitants. On était partout, dans les écoles, les médiathèques, avec les associations, dans la rue ».  

Musicien nomade 

Cette sensibilité au métissage culturel fait partie de son ADN. Il commence la musique avec son grand-père Hamma Moussa, maître Gnawa du Diwan de Biskra en Algérie. En parallèle, il découvre la guitare électrique puis la guitare classique. Il est d’ailleurs récompensé par le prix du Conservatoire de Paris. Il se passionne pour le jazz contemporain de John McLaughlin ou d’Antony Braxton avant de s’engager pendant plusieurs années dans la musique antillaise. Il enregistre d’ailleurs plusieurs titres avec Dédé Saint-Rix. Le chanteur martiniquais de Chouval bwa avait reçu les maracas d’or en 1983.  

Renouer avec les traditions 

A la fin des années 80, sa rencontre avec le clarinettiste Xavier Charles l’ancre dans l’impro. Délaissant quelque temps son héritage traditionnel. Mais un voyage au Niger en 1992 sera le déclencheur de son tournant artistique. Et c’est en 1996 avec le festival de l’eau qu’il noue un lien entre ses deux inspirations : l’improvisation et la tradition. « La musique présente une dimension universelle. Elle nous transmet toujours quelque chose de cet ailleurs », déclare-t-il. Pour lui, c’est l’expression même de la fraternité, voire d’une certaine spiritualité. Ce festival devient alors un lieu de dialogue privilégié entre musiciens à l’écriture et aux oralités différentes. Il réunit musiques orientale, africaine et européenne. « Je souhaite transposer le festival de l’eau, ici à Saint-Nazaire, en Brière ». Continuer à récolter cette parole et les traditions d’ici et de les mêler à des traditions d’ailleurs.  

« Il nous faut remettre du récit dans la musique contemporaine. » 

Mélanger les écritures 

Il n’hésite pas à interroger nos mémoires, notre passé colonial et ses déchirures contemporaines, mais aussi les questions écologiques. De l’oralité traditionnelle aux écritures les plus improvisées, la musique nous raconte toujours une histoire. Camel Zekri affiche donc les ambitions futures d’Athénor. Sans rupture avec le travail réalisé ces quatre dernières décennies. « Nous sommes et resterons un laboratoire de création et de science », soutient-il. Depuis 2018, Athénor a été labellisé Centre national de création musicale et est un laboratoire de science reconnu. Il souhaite aussi donner une dimension plus internationale en nouant des partenariats avec des artistes et des centres de création en Amérique du Nord, en Afrique et partout en Europe. S’ouvre donc pour Athénor une nouvelle page de son histoire qui porte le regard vers d’autres horizons, à l’image cosmopolite de Camel Zekri. 

 

///// Programme du festival Coïncidences ///// 

Mercredi 25 janvier
Lecture en papillote, lecture musicale et gourmande avec Christophe Havard et Aurélie Maisonneuve. Dès 3 ans.
Gratuit. A 16h30, médiathèque de Trignac. 

Vendredi 27 janvier
Un cafard, un piano noir, concert littéraire d’après La passion selon G.H. de Clarice Lispector, avec Sophie Angel.
Tarifs : de 7 € à 12 €.
A 19h30, théâtre Jean-Bart. 

Samedi 28 et dimanche 29 janvier
Stage sur le conte musical dans le cadre de la résidence de Jean-François Vrod La bête à sept têtes, avec le Parc naturel régional de Brière.
Rés. 06 75 89 33 21. 

Mercredi 1er février
Les zatipiks, spectacle chansigné / chansons en français et en langue des signes par la Cie Le bruit du silence. Dès 6 ans.
Tarifs : de 5 € à 7 €.
A 14h30, espace Bois-Savary. 

Lecture croisée avec Frédéric Béchet et Philippe Gauthier.
Gratuit. A 19h, espace Bois-Savary. 

Jeudi 2 février
Ali-Baba, concert-Spectacle par la Cie Eclats. Dès 8 ans.
Tarifs : de 5 € à 7 €.
A 19h30, théâtre Jean-Bart. 

Samedi 4 février
Rencontre/lecture avec Philippe Gauthier.
Gratuit. A 14h, librairie L’Embarcadère. 

Mardi 7 février
Ecouter l’ombre, concert pour orchestre de radios, voix, magnétophone et objets lumineux, par Les Harmoniques du néon, Anne-Julie Rollet et Anne-Laure Pigache.
Tarifs : de 5 € à 7 €.
A 19h30, espace Bois-Savary. 

Samedi 11 février
Le monde est rond, théâtre musical par l’ensemble Offrandes, Théâtre du radeau, Martin Moulin et François Tanguy. Dès 4 ans.
Tarifs : de 5 € à 7 €.
A 10h et 17h, espace Bois-Savary. 

Et si on allait au théâtre !

Le théâtre amateur est décidément à la fête dans Estuaire. Un incontournable même dans la vie d’un territoire : que serait, en effet, la vie culturelle d’un village ou d’une ville sans sa troupe de comédiens amateurs ! Leurs représentations rencontrent de tels succès que cela a même fait l’objet d’une enquête inédite en 2018 sur le théâtre amateur dans les Deux-Sèvres.  

Les 174 troupes recensées avaient attiré pas moins de 96 000 spectateurs. Un chiffre impressionnant qui confirme l’engouement pour cette activité de loisirs. Janvier étant la période des représentations, Estuaire s’est donc penché sur les propositions locales. 


Pornichet,
le Théâtre de la Réplique 

Chaque année, cette troupe qui dépend de l’amicale laïque Le Pouligou rencontre un certain succès à Quai des arts. « Nous avons une chance de pouvoir jouer dans un tel lieu. On se doit d’être à la hauteur de cette salle », indique Xavier, qui y joue en tant que comédien depuis une dizaine d’années. Si le théâtre amateur est souvent associé à la comédie populaire, l’exigence de rigueur et de qualité n’en est pas moindre. « Nous répétons six heures par semaine sous la houlette de Catherine Debiard. C’est elle qui fait le choix des pièces. » Cette année, c’est une comédie policière d’Isabelle Oheix qui sera présentée au public, Le Crytérion à tête de girafe. L’histoire : Lise, la pétulante patronne d’un hôtel de bord de mer mène l’enquête, avec deux de ses clientes, sur un tueur en série qui fait fuir sa clientèle. Avis aux amateurs de polar un peu loufoque. 

Les 27 et 28 janvier, 20h30, et 29 janvier, 15h, Quai des arts.
Tarifs : 8 €, 6 €. Rens. 06 89 43 21 41.
 


Saint-Malo-de-Guersac,
le théâtre de la Malouine 

C’est une institution au village. La section théâtre de l’association La malouine existe depuis 1913. Une longévité exceptionnelle. « Nous espérons célébrer les 110 ans l’année prochaine », annonce Virginie Deux, qui est à la tête de la troupe. C’est elle, entourée de deux camarades, qui choisit la pièce chaque année. « Nous sommes onze dans la troupe. Je choisis en fonction du nombre de personnages et de la volonté de nos comédiens de jouer un rôle important ou non. » Ici, la troupe privilégie le théâtre de boulevard. Un choix assumé. « On fait du vaudeville parce que la vie est déjà assez triste comme cela et surtout on veut s’amuser et donner du plaisir au public », explique Virginie Deux. Cette année, le thème de la pièce choisie Une chasse en enfer de Charles Istace s’est télescopée avec l’actualité nationale et les débats parlementaires sur la régulation de la pratique de la chasse. L’histoire raconte, en effet, les quiproquos, les malentendus et les situations cocasses de deux Anglaises, deux chasseurs et deux naturalistes. Une pièce écrite pour la Brière ! 

Le 27 janvier, 20h30 ; 29 janvier, 14h30 ; 4 février, 20h30, Ciné malouine.
Tarifs : 7 €, 3,50 € – 12 ans.
Rés. Billetterie à l’Astre floral, 02 40 91 27 40, theatre.lamalouine@gmail.com
 


Donges,
le théâtre Azdak 

 

Après Molière avec Les précieuses ridicules et Les femmes savantes, le théâtre Azdak reprend cette année une partition scénique plus contemporaine et intime : Qu’est-il arrivé à Bette Davis et Joan Crawford ? de Jean Marbœuf « Je ne voulais pas enfermer la troupe dans du classique, assure Yvon Potier, le metteur en scène. L’auteur a imaginé une correspondance entre deux stars vieillissantes d’Hollywood qui nous livrent les coulisses, parfois peu reluisants, de l’avant, pendant et après le tournage ». Un projet qui est à l’initiative de deux membres de la troupe : « Nous nous sommes enfermés pendant 15 jours pour travailler le texte et la mise en scène ». L’année se révèle aussi dense pour la troupe qui prépare pour avril la pièce d’Eric-Emmanuel Schmitt La nuit de Valognes. Quelques femmes sont réunies un soir d’orage dans une propriété poussiéreuse. Ensemble, elles vont juger et condamner Don Juan qui les a toutes séduites et abandonnées. Une pièce d’actualité qui met en exergue ce féminisme brûlant qui interroge et bouscule les masculinités traditionnelles. 

Les 27 et 28 janvier, 20h30, Espace Renaissance.
Tarif : 12 €. Rés. 06 67 67 79 30, theatre.azdak@gmail.com
 

Le Vip, saison 2, c’est…

« BlueStage… 

Stéphane Heuvelin, responsable et programmateur du Vip 

Neal Black 

 

…, le nouveau rendez-vous en 2023, en complément de la biennale Jazz au Vip. Désormais l’année impaire sera le point d’ancrage des amateurs de blues, nombreux sur le territoire. Ainsi, durant trois jours, ce chant né dans les plantations de coton aux Etats-Unis renaîtra-t-il de ses cendres, d’ailleurs jamais éteintes, et toujours aussi brûlantes. Il suffit d’écouter le Nantais Alex de Vree pour un blues aux racines, le 27 janvier. Le 28, Fred Chapelier 5tet présentera son dernier album, tout en émotion avant de laisser place à Neal Black & the healers, le plus Français des bluesmen texans ! Puis, le 29, carte blanche est donnée à Arnaud Fradin, guitariste et chanteur de Malted milk, pour une traversée sonore dans le Mississippi.  

Vendredi 27 janvier, 21h, gratuit.
Samedi 28 janvier, 21h, de 15 € à 20 €.
Dimanche 29 janvier, 18h, gratuit.
 


Et Folk en scènes… 

… Trois villes, trois café-concerts (gratuit), trois conférences (gratuit), trois dates de concert à Montoir-de-Bretagne avec Dom La Nena et Blacks Lilys (24 mars), à Trignac avec Sammy Decoster et Vanessee Vulcane (25 mars), à Besné avec Barcella (26 mars). » 

Les 24, 25 et 26 mars, de 5 € à 10 €.  


« Wave o’sound… 

Manu Legrand, animateur du centre de ressources / accompagnateur de projets 

LauCarré 

 

… festival, organisé par LMP musique et le Bureau de la musique de l’IUT de Saint Nazaire revient sur la grande scène du Vip. Pour cette 7e édition, du rap de haute volée avec au programme LauCarré, James Baker et les gagnants du tremplin étudiant en mezza, Cuwan et Boogie. » 

Jeudi 9 février, 21h à minuit, 10 €.  


« Les internationaux… 

Stéphane Heuvelin, responsable et programmateur du Vip 

Michelle David & the true tones 

 

…, l’une des marques de fabrique du Vip, font leur grand retour. Et en force ! Un réel ravissement de pouvoir de nouveau accueillir des artistes d’Outre-Atlantique, et quels artistes ! La non moins célèbre musicienne, artiste visuelle, cinéaste et animatrice new-yorkaise Kendra Morris pour de la pure… soul (16 mars). Et c’est sans compter sur le vibrant gospel soul de Michelle David (& the true tones), l’une des révélations des Escales 2019 (8 avril). Et les allumés de Daddy long legs autour d’un son unique et contemporain qui personnifie le rock garage et le punk (25 mars). » 

Jeudi 16 mars, 21h, de 8 € à 14 €. 
Samedi 8 avril, 21h, tarifs NC.
Samedi 25 mars, 21h, de 8 € à 14 €.
 


« Jeune public… 

Coraline Mathieu, chargée de l’action culturelle et du jeune public 

 

… à vos gardes ! L’artiste nantaise, musicienne et plasticienne Chicaloyoh débarque au Vip avec des valises pleines de petits objets drôles et étranges. Emportés par une orchestration sonore, cafetières, nappes, fleurs, armoires… chantent, dansent, parlent dans ce joyeux bazar artistique ! Hablame Cosita, décalée, onirique, fabuleux… » 

Dimanche 2 avril, 15h30, 17h30, 5 €.
Dès 3 ans.
 


« The french touch… 

Frédéric Petit, président des Escales 

Soja Triani 

 

… rien que du bon. Et c’est peu dire. A commencer par l’élégante polymorphe Irène Drésel qui présente une techno dansante hors des sentiers battus, entre sensualité et dark (25 février). Suivie de Mademoiselle pour une soirée blues oriental qui s’éternisera, pour notre plus grand bonheur, avec l’atypique Niqolah Seeva (3 mars). Place à la pop version folk, entre chanson et poésie urbaine avec Rouquine et façon électro avec Soja Triani (17 mars). Et soirée punk rock avec Les ramoneurs de menhirs qu’on ne présente plus ! (24 mars). 

Samedi 25 février, vendredis 3 et 17 mars, 21h, de 15 € à 20 €.
Vendredi 24 mars, de 14 € à 19 €.
 


Et le trio made in Région… 

Orange Blossom 

 

… dont deux en résidence : l’ovni de la scène jazz contemporaine française, le néo-nazairien Guillaume Perret qui revient pour un nouveau live qui va (encore) transcendé son public (24 février) et les indétrônables Nantais d’Orange Blossom pour une électro orientale qui renverse les frontières (31 mars). Cabadzi, basé à Nantes également, présentera son 4e opus autour d’un hip-hop osé, à contre-courant, brut et intelligent (18 février). » 

Samedi 18 février, 21h, de 13 € à 18 €.
Vendredi 24 février, 21h21, de 9 € à 14 €.
Vendredi 31 mars, 21h21, de 11 € à 16 €.
 

  

///// Formule club… ///// 

Atrocia 

 

Les artistes locaux mis sur le devant de la scène. Trois dates aux esthétiques différentes :
Slam, rap avec Open mind par le NCA Tranq’s (3 février, 21h).
Métal avec Atrocia et Mud Digger (4 février, 21h).
Rock avec Charles Gounod conspiracy (5 février, 17h).
Gratuit. 

Course

Le Snos athlétisme organise la 22e édition de sa course des 10 km du parc paysager, samedi 25 février, départ devant la Soucoupe :  

Marche nordique 10 km, 9h30, 4 €. 

Course 10 km, 15h, 10 €, 9 € pour les licenciés, course inscrite au challenge départemental. 

Course 5 km, 14h, 6 €. 

Galopades 7 / 9 ans, 1km, 16h30, gratuit. 

• Galopades 10-13 ans, 1850 m, 16h45, gratuit. 

Yoga

Matinée Kundalini yoga, dimanche 29 janvier de 9h à 12h30, espace Camille-Flammarion. 

Coop du coin

Visite de la Coop du coin, épicerie coopérative et participative, samedi 21 janvier, 14h. Au 35, boulevard Gambetta.  

Stage shiatsu

Par Maître Kiro Ker, samedi 21 janvier, 9h30, école Carnot. Organisé par L’Apami. 

En famille

Ya ka cuisiner avec le chef Gilles Balac, vendredi 27 janvier à la Maison de quartier de Beauregard. 

En famille

Gym, mercredi 25 janvier, 9h30 à la Maison de quartier de l’Immaculée. 

Prévention

Le camion du MarSOINS stationnera à l’école Léon-Blum pour un bilan nutritionnel mercredi 18 janvier de 8h30 à 10h30. Au Carrefour des solidarités, pour un dépistage dentaire, mercredi 18 janvier de 14h à 16h. A la Fraternité pour les risques cardio-vasculaires, jeudi 19 janvier de 9h30 à 12h. Aux halles de Méan-Penhoët, pour un bilan santé, lundi 23 janvier de 14h à 16h. A l’école Chedid, pour un dépistage visuel, mardi 24 janvier de 15 à 17h30. 

Numérique

Conseil numérique, les 20, 24 et 25 janvier (06 77 71 61 77, pauline.lucas@conseiller-numerique.fr).
Et si on fabriquait des animaux imaginaires ?, mercredi 25 janvier, 15h, dès 6 ans.
 

Au diable le protocole

Tricot et crochet, le 24 janvier, création de papier, le 25 janvier, 14h.
Au 41, rue Edouard-Vaillant.
 

Nouvel An chinois

Le Centre interculturel franco-chinois  avec le CDK44 et l’ADRV proposent de fêter le Nouvel An chinois, dimanche 5 février, salle polyvalente de l’Immaculée. Réservation avant le 20 janvier. Au programme : déjeuner chinois, art du thé, film, danses et atelier de calligraphie.  

Atelier d’écriture

Animé par Pamphile Hounsou, de 10h30 à 12h au Local (48, rue Edgar-Degas). Organisé par l’association Revivre et Le Local. Les vendredis 20 et 27 janvier. 

Au Pré vert

Réalisation d’une œuvre Mixmédia avec Brigitte Douaud, mercredi 18 janvier, 14h30 (8 €). Atelier écriture, jeudi 19 janvier, 19h30 (15 €). Yoga sur chaise, vendredi 20 janvier, 10h (15 €).
Au 30, rue du Maine.
 

Salon de l’orientation et des métiers

Plus de 50 métiers à découvrir et plus de 80 gestes à tester dans de nombreux secteurs. Trajectoire, le grand salon de l’orientation et des métiers est de retour à Saint-Nazaire, jeudi 19 janvier de 13h30 à 17h, le 20 de 9h à 12h et de 13h30 à 17h, le 21 de 10h à 17h à la base sous-marine. Ouvert aux collégiens, lycéens, chercheurs d’emploi et salariés en reconversion professionnelle. 

Atelier d’écriture

Projet d’écriture, de création, d’édition et de publication d’œuvres personnelles (roman, biographie, pièce de théâtre, poésie, musique).  

Favoriser et mener à bien collectivement la réalisation de projets créatifs, en priorité pour les personnes sans domicile fixe.  

Donner de son temps et valoriser ses compétences au cours des différentes étapes pour réaliser et éditer un livre : Saisie, corrections, relecture, mise en page… 

Proposé par Les 13 SDF, association d’aide aux personnes sans domicile fixe et de tous horizons. Tous les lundis de 14h à 17h30, au tiers-lieu culturel Couleurs talents (76, avenue de la République). 

Café-concert

Palmier jazz sessions, les cafés-concerts du Conservatoire. 

Rencontre

Avec Caroline Lamarche, lauréate du prix Goncourt de la nouvelle 2019, autour de son roman La fin des abeilles. Un hommage au dernier combat de sa mère. Deux générations et deux parcours de femmes, élevées dans des modèles sociaux différents. Par L’écrit parle.  

Théâtre

Chasse en enfer, comédie de Charles Istace par le Théâtre de la Malouine. 

Théâtre

Le crytérion à tête de girafe, comédie policière jouée par le Théâtre de la réplique. Lise, pétulante patronne d’un hôtel au bord de mer ne décolère pas. Un tueur en série qui sévit dans la région fait fuir sa clientèle. Devant l’incompétence de la police, Lise décide de mener l’enquête secondée par deux de ses clientes.  

Théâtre

Comment va le monde ?, par la Cie La Passerelle. Sol, c’est comme un Raymond Devos québécois, mais plus politique.  

Bal jam

Bal jam forrò. L’occasion de danser et de musiconcocter ! 

Concert groove

The crispy tenders (groove instrumental des années 70). 

👫 Nuits de la lecture

Conte sur le thème de la peur, suivi d’un après-midi jeux “À se faire peur”. Dès 3 ans. 

Théâtre

Chasse en enfer, comédie de Charles Istace par le Théâtre de la Malouine. 

👫 Nuits de la lecture

Lecture d’histoires effrayantes pour les enfants (10h30) et horrifiques pour les adultes (15h). Venir déguisé. 

Concert chanson française

Nos folles Années folles, avec Musica et ses 300 choristes. Au programme : Joséphine Baker, Mistinguett, Maurice Chevalier, André Breton, Aristide Briand ou Marcel Duchamp  et les événements marquants d’une époque palpitante qui mérita bien son surnom d’Années folles !  

Théâtre

Le crytérion à tête de girafe, comédie policière jouée par le Théâtre de la réplique. Lise, pétulante patronne d’un hôtel au bord de mer ne décolère pas. Un tueur en série qui sévit dans la région fait fuir sa clientèle. Devant l’incompétence de la police, Lise décide de mener l’enquête secondée par deux de ses clientes.  

Musique

Entrez dans la danse ! avec Lucie Berthomier (harpe) et Céline Lamanda (flûte traversière), concertistes et professeurs au CRD de Saint-Nazaire. Pour un voyage en direction de l’Argentine, jusqu’à l’Afrique, via les pays de l’Est, l’Irlande… Entre rythmes et mélodies de compositeurs classiques aux musiques de tradition orale (Astor Piazzolla, Bela Bartok, Jean Cras, Katchaturian…). 

Théâtre

Hôtel des 2 mondes d’Eric Emmanuel Schmitt par la Troupe d’Avalix.  

Café-concert

Colfax (blues). 

Danse

Spectacle de danses bretonne et irlandaise avec le Cercle celtique de Saint-Nazaire et concours de soupe (venir avec sa préparation). 

Rencontre

Avec Joub, de son vrai nom Marc Le Grand, dessinateur et scénariste de BD (Max et Zoé et Géronimo). Précédée d’un atelier avec l’auteur autour de l’art de l’autoportrait, dès 8 ans. Dans le cadre du lancement du prix des lecteurs Bulles en fureur.  

👫 Théâtre

Stella Maris, un spectacle paysage au cœur du vivant, une rêverie sonore autour d’une étendue d’eau par la Cie nantaise Digital samovar. De 6 mois à 5 ans. 

Conférence

“Les plantes qui résistent à la sécheresse” par Adrien Duval. Par la Société d’horticulture et d’art floral. 

Nuits de la lecture

Soirée polar : découverte de films adaptés de romans policiers et jeu d’enquêtes. 

Nuits de la lecture

Club de lecture : “Fais-moi peur”. 

Café-concert

Rewind (pop rock internationale). 

👫 Nuits de la lecture

Conte et autres lectures pour les 4 à 7 ans sur le thème de la peur. 

Concert poétique

Léonid, deux multi instrumentistes circassiens pour une soirée pleine de drôleries, de poésie et de musique.  

Nuits de la lecture

Les chocottes ! soirée mêlant conte avec Laura Moreau, raconteuse d’histoires, et peinture avec Gaëlle-Louise Barbaglia. 

Café-concert

Shakira (musique électronique). 

Chanson

Chansons culottées par la Cie du Chat qui guette avec Julia Lemaire au chant et Pierre Le Bot au piano. 

Café-concert

Horizon (musiques du monde). 

Conférence

“La voie lactée” par Astronomie pour tous. 

Café-concert

Glenn (musique électronique). 

Conférence

“De Saint-Nazaire à Jérusalem, un chemin de fraternité”, par Jean-Yves Téréné. 

Rencontre

Avec l’écrivain Vélibor Čolić autour de l’histoire de la musique des Balkans. Par le Centre de culture populaire. 

Conférence / débat

“La bataille des Cardinaux”, une bataille navale (1759) perpétuée aujourd’hui par les découvertes archéologiques sous-marines par Laurent Delpire, directeur du Patrimoine et de l’urbanisme de la Ville du Croisic. Par l’Agora de l’Estuaire. 

Nuits de la lecture

Scène ouverte et temps d’échange sur le thème de la peur. 

Nuits de la lecture

Et si on lisait “la peur” au bistrot ? Par la Médiathèque Etienne-Caux. 

👫 Conte

Contes et fleurette, animations littéraires autour du thème Le loup : ami ou ennemi ? 

Musique et danse

Les Cham’ades d’hiver, spectacle proposé par les classes à horaires aménagés du collège Jean-Moulin et les élèves du Conservatoire. 

👫 Théâtre

Stella Maris, un spectacle paysage au cœur du vivant, une rêverie sonore autour d’une étendue d’eau par la Cie nantaise Digital samovar. De 6 mois à 5 ans. 

👫 Lecture

Ixo, un petit chihuahua à poils longs, adore qu’on lui lise des histoires ! Il viendra avec sa maîtresse, Linda Ouvrard, intervenante spécialisée dans la lecture avec le chien. 

Your Name

Mitsuha, adolescente coincée dans une famille traditionnelle, rêve de quitter ses montagnes natales pour découvrir la vie trépidante de Tokyo. Elle est loin d’imaginer pouvoir vivre l’aventure urbaine dans la peau de… Taki, un jeune lycéen vivant à Tokyo, occupé entre son petit boulot dans un restaurant italien et ses nombreux amis. À travers ses rêves, Mitsuha se voit littéralement propulsée dans la vie du jeune garçon au point qu’elle croit vivre la réalité… Tout bascule lorsqu’elle réalise que Taki rêve également d’une vie dans les montagnes, entouré d’une famille traditionnelle… dans la peau d’une jeune fille ! Une étrange relation s’installe entre leurs deux corps qu’ils accaparent mutuellement. Quel mystère se cache derrière ces rêves étranges qui unissent deux destinées que tout oppose et qui ne se sont jamais rencontrées ? 

 

Vivre

1953. Londres panse encore ses plaies après la Seconde Guerre mondiale. Williams, fonctionnaire chevronné, est un rouage impuissant dans le système administratif de la ville qui doit se reconstruire. Il mène une vie morne et sans intérêt, mais tout change lorsqu’on lui diagnostique une maladie grave qui l’oblige à faire le point sur son existence. Rejetant son quotidien banal et routinier, Williams va alors se dépasser et enfin vivre pleinement sa vie. 

 

Le Clan

Fred, Achille, Max et Belette sont quatre truands qui forment une belle équipe de bras cassés. Après avoir raté lamentablement leur dernier coup, ils décident de se refaire en kidnappant Sophie Marceau… 

 

La passagère

Chiara vit sur une île de la côte atlantique, là où son mari Antoine a grandi. Ils forment un couple heureux et amoureux. Elle a appris le métier d’Antoine, la pêche, et travaille à ses côtés depuis vingt ans. L’arrivée de Maxence, un nouvel apprenti, va bousculer leur équilibre et les certitudes de Chiara… 

 

16 ans

Nora et Léo se rencontrent le jour de la rentrée en classe de Seconde. Leurs regards s’enchâssent et tout est dit. Le frère de Nora, manutentionnaire à l’hypermarché local, est accusé de vol et viré sur-le-champ. Le directeur de l’hypermarché c’est Franck, le père de Léo. Les deux familles s’affrontent, les différences s’exacerbent et le chaos s’installe. Les vies de Nora et Léo s’embrasent.