Des femmes à  la barre

Publié le 07 March 2017

Le bar de La Marine, digne représentant du patrimoine populaire, tient bon le vent face au port de Saint-Nazaire.

Christine Fréour, patronne du bar de la La Marine.

Christine Fréour a repris le café de ses beaux-parents en 2005. Avant elle, Térésa avait tenu ce zinc du Petit-Maroc de 1981 à 2004. « Quand ma belle-mère a racheté La Marine, c’était déjà un café, nous raconte-t-elle. Dans le quartier, il y avait beaucoup plus de bars qu’aujourd’hui. Très tôt le matin, après la criée sur le port, les marins se retrouvaient au comptoir. »
C’était aussi la grande époque des Fêtes de la mer au Petit Maroc. Chaque été, pendant toutes les années 80, avant le festival Les Escales, elles mettaient la culture maritime à l’honneur avec des activités nautiques, des concours de chiens sauveteurs, un ring de catch dans l’écluse, des jeux sur l’eau… « Les Fêtes de la mer, c’était de la folie ! »

Une histoire de famille

Christine a racheté le bar avec son mari Stéphane, le fils de l’ancienne patronne. Une histoire familiale de plus de trente-six ans.  « Je ne viens pas du tout de la mer, avant j’étais boulangère. Mon mari c’est pareil, il a le mal de mer même à quai… » Pour elle, les deux premières années ont été dures. L’esprit macho qui règne autour d’un comptoir n’est pas facile à affronter pour une nouvelle patronne. « J’ai appris à me blinder face aux blagues et aux petites réflexions, je ne les prends jamais au premier degré, confie-t-elle. Ma belle-mère a mis du temps à s’y faire aussi. Elle remontait parfois chez elle le midi pour décompresser. »

Flore, sa serveuse, tient le bar en semaine, Christine préfère travailler le weekend, « ça me laisse la semaine pour passer du temps avec mes enfants. Je veux préserver une vie de famille ». Mais elle aime son métier et faire régner un esprit bon enfant : « L’année dernière, j’ai refait les peintures pour mettre un coup de frais, tout en gardant l’esprit authentique du lieu. C’est important, les clients y tiennent. » La Marine appartient en effet autant à ses clients qu’aux patrons. La plus grande satisfaction de Christine Fréour est le contact avec cette clientèle, les habitués, dont font partie les marins-pêcheurs et les hommes des remorqueurs. A La Marine, on retrouve un vrai esprit de village, mais « c’est agréable de voir arriver les touristes dès avril-mai, ils sont curieux de connaître l’histoire du quartier. »

En lien avec des paysans locaux, le café propose aussi des œufs, du poulet et des saucisses pour aider les producteurs du coin et offrir des produits naturels. Des petites poupées réalisées en capsules de café sont également en vente au profit d’une association qui aide des enfants autistes à financer leurs vacances. La Marine organise de plus des concerts, une à deux fois par an, et lance d’ailleurs un appel aux groupes du coin pour le prochain, qui aura lieu pour la venue du Queen Mary 2 les 24 et 25 juin.

Emmanuel Lemoine

Café de La Marine : 7, rue de la Vieille-Ville, Saint-Nazaire.

 

 
 
 
Saint-Nazaire associations tous droits réservés 2010 - Mentions légales